Pétrosphère 2/15

Pétrosphère N o 2 / Juin 2015

M.G.: Dans les grandes lignes, Swissoil Argovie peut approuver la stratégie énergétique du Conseil d’Etat. Mais nous nous posi- tionnons clairement contre la reprise automatique du MoPEC 2014 (Modèle de prescriptions énergétiques des cantons), dont la mesure la plus drastique consiste à exiger 10% d’énergies renouvelables en cas de remplacement d’un chauffage à mazout ou à gaz. Il s’agit d’une contrainte étatique visant à mettre les propriétaires sous tutelle. De plus, une telle disposition renché- rirait énormément les assainissements de chauffages, en parti- culier dans les bâtiments anciens, ayant pour effet de les rendre souvent non rentables. Comment expliquez-vous que le canton d’Argovie, pourtant dominé par les partis bourgeois, veuille se donner ainsi des airs d’enfant modèle en édictant des prescriptions hostiles aux propriétaires? M.G.: Je m’attends tout de même à ce que le gouvernement reconnaisse que le MoPEC 2014 ne peut pas être repris tel quel. Nous avons aussi confiance dans la majorité bourgeoise du Grand Conseil, que ce soit au Parlement ou dans le peuple. Nous ne voulons et ne pouvons accepter aucune disposition injuste et de nature à créer une distorsion de concurrence à l’égard de notre technologie de chauffages à mazout, qui est moderne et a fait ses preuves. L’association nationale Swissoil Suisse est placée désormais sous la direction d’un nouveau président (cf. encadré). Dans ce contexte, qu’attendez-vous de Swissoil Suisse ces prochaines années, en particulier en ce qui concerne la lutte contre le MoPEC au niveau cantonal? Et comment décririez- vous les relations entre Swissoil Argovie et Swissoil Suisse? M.G.: Avec l’élan donné par le nouveau président, une person- nalité connue au plan national et qui dispose d’un réseau idéal après la Berne fédérale, je souhaite une meilleure perception de Swissoil à tous les échelons politiques. Nous avons appris à nous défendre dans ce milieu où la concurrence est rude. Mais nous devons encore accentuer nos efforts à tous les niveaux, car chacun sait bien que la concurrence ne dort pas. S’agissant des rapports entre Swissoil Argovie et Swissoil Suisse, je les trouve agréables et constructifs. Le soutien de Swissoil Suisse dans les projets énergétiques cantonaux est très bon et profes- sionnel. Nos adversaires politiques le perçoivent aussi.

Les énergies hydraulique et nucléaire font du canton d’Argovie l’épicentre de la politique énergétique suisse: la centrale nucléaire de Leibstadt.

Photo: iStockphoto

Au service du canton énergie

Le canton d’Argovie, patrie de Doris Leuthard, notre ministre de l’énergie, est souvent qualifié de «canton énergie» à cause de ses centrales nucléaires et hydrauliques. Martin Gautschi, président de Swissoil Argovie, explique quels sont les défis que doit relever la politique énergétique de son canton. Pétrosphère: Monsieur Gautschi, en tant que représentant de Swissoil Argovie, vous avez actuellement plusieurs fers au feu en matière de politique énergétique. Notamment l’initiative populaire «Aargau effizient und erneuerbar» émanant de la gauche et des écologistes, qui exige entre autres que les besoins en chauffage et eau chaude des bâtiments du canton d’Argovie soient couverts à 100% par de l’énergie renou- velable à partir de 2050. Quelle est la position de Swissoil Argovie par rapport à cette initiative? Martin Gautschi: Swissoil Argovie est clairement opposée à cette initiative, car un possible tournant énergétique exige de la flexibilité et non des prescriptions rigides. Le contenu de l’ini- tiative constitue une contrainte bourrée de dirigisme étatique. De plus, ce monstre bureaucratique serait très gourmand en argent public. Le canton d’Argovie ne peut pas se le permettre. Le conseil d’Etat argovien a opposé à cette initiative sa stratégie énergétique «energieAARGAU» en tant que contre-projet indirect. Quelle est l’opinion de Swissoil Argovie au sujet de ce concept énergétique cantonal? Pouvez-vous vous y rallier ou y a-t-il des points à améliorer?

Swissoil Argovie En tant qu’association des négociants en combus- tibles argoviens, Swissoil Argovie défend les intérêts de l’industrie du mazout et représente 55 000 ex- ploitants de chauffages à mazout dans le canton d’Argovie, ce qui correspond encore à une part de plus de 50% du marché du chauffage. Swissoil Argo- vie compte actuellement huit membres.

Monsieur Gautschi, merci de nous avoir accordé cet entretien.

Swissoil Suisse est l’association nationale des négociants en combustibles. L’association a pour but de favoriser un commerce de combustibles indé- pendant et performant en Suisse. Elle compte actuellement 148 membres répartis entre huit associations régionales. Dans le cadre de l’assemblée générale de Swissoil Suisse, le 29 mai 2015 à Lausanne, le conseiller national Albert Rösti (UDC Berne) a été élu à la présidence et succède à Caspar Baader. Albert Rösti est membre du Conseil national depuis 2011 et, en cela, membre des CEATE (Commissions de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie). Agé de 47 ans, il est marié, père de deux enfants et patron d’une PME dans le domaine des affaires publiques et de la gestion de projets.

Martin Gautschi Photo: Gautschi

Martin Gautschi est âgé de 43 ans, marié et père de deux enfants. Au bénéfice d’une licence ès sciences politiques, il est propriétaire et directeur de la société Voegtlin-Meyer SA. Martin Gautschi siège à la prési- dence de Swissoil Argovie depuis six ans.

Albert Rösti, nouveau président de Swissoil Photo: parlament.ch

D’autres informations se trouvent sur le site www.swissoilschweiz.ch

4

5

Made with