Nantes-Mtétropole

Grandangle Pôleindustrield’innovationJules-Verne

PÔLE INDUSTRIEL D’INNOVATION

manufacturing park

universitaires, écoles, labora- toires et organismes de formation de travailler ensemble. Moyens d’essais et d’expérimentation, compétences et expériences y sont mutualisés. L’objectif est double : favoriser des projets de R&D (plus d’un milliard d’euros investis en 10 ans) conçus dès le départ pour des applications industrielles, en misant sur l’in- telligence collective. Nouveaux matériaux, techniques avancées de soudage, robotique industrielle sont par exem­ ple conçus au Technocampus Composites, ouvert depuis 2009. Tandis qu’au Technocampus Ocean, son alter ego sorti de terre en 2015, ce sont des alliages métalliques plus légers, plus per- formants, des hydroliennes, des procédés innovants de production pour les industries navales et maritimes, qui sont mis au point. « L’industrie du futur existe déjà, lance Patrick Cheppe. En nous fédérant autour de projets col- laboratifs, innovants mais prag- matiques, nous créons un cercle vertueux, développons les outils de production les plus efficients et améliorons la compétitivité des filières industrielles. C’est grâce à cet écosystème qu’Airbus est toujours en activité à Nantes et que Boeing vient de rejoindre notre pôle de compétitivité ! » Bâtir l’industrie du futur Au début de l’histoire en 2004, il y a des pionniers qui décident d’anticiper les mutations indus- trielles. Tels des « moteurs » fédé- rateurs, ils font naître, grandir contre vents et marée, et monter en puissance, avec le soutien de l’État et des collectivités terri- toriales, le pôle de compétitivité EMC2 (2005), les Technocampus et l’Institut de recherche tech- nologique Jules-Verne (2012). Aujourd’hui le Pôle industriel de l’innovation Jules-Verne, qui réu- nit l’ensemble, déborde de projets

et s’étend sur de nouveaux ter- ritoires, les Régions Bretagne et Centre-Val de Loire. Un label a aussi été créé : le « Jules Verne Manufacturing Valley ». « Notre pari est de construire, pour le bien commun du ter- ritoire, le « Nantes Institute of Technology », à la croisée de la Silicon Valley, du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et des Compagnons du Devoir, prône Patrick Cheppe, mais aussi de remettre de l’humain dans le monde de l’entreprise techno- logique. » L’usine du futur est

C.Blanchard

déjà là. • Cécile Faver www.pole-emc2.fr www.technocampus.fr/fr www.irt-jules-verne.fr

ICI,SECONSTRUIT L’USINEDUFUTUR ! Un véritable quartier de l’innovation industrielle est en train de naître au sud de Nantes, entre l’usine d’Airbus et l’aéroport actuel : le Pôle industriel d’innovation Jules-Verne. Voyage au cœur de l’usine du futur. L es bonnes nouvelles se succèdent pour l’industrie locale. Le chantier naval STX France à Saint- place to be » de l’innovation et de la recherche et développe- ment (R&D) industrielle ! On y viendra du monde entier », promet Fabien Arignon, direc- teur général de Sitia, membre du pôle de compétitivité EMC2.

Le FabMake souffle ses deux bougies Inauguré en septembre 2014, le FabMake (ou « Fabulous Makers of Manufacturing ») est situé sur le site du Technocampus Composites. C’est un atelier de prototypage où l’on trouve le nec plus ultra de l’innovation technologique pour créer et concevoir et fabriquer un produit novateur. Créateurs, chefs d’entreprise, étudiants, porteurs de projets, ingénieurs, techniciens, chercheurs, industriels viennent y travailler, constituant une communauté de 150 Makers. www.fabmake.fr

Nazaire livre le plus grand paquebot du monde. DCNS, lea- der mondial du naval de défense, et Airbus, l’avionneur euro- péen, affichent des commandes record. Tous à contre-courant du fatalisme de la désindustriali- sation, comme Daher, le cham- pion caché de l’aéronautique, qui vient de passer le cap du milliard d’euros de chiffre d’af- faires. Daher, qui, dès 2012, s’est installé sur le Pôle industriel d’innovation Jules-Verne. Tout comme la société nantaise Sitia, experte en ingénierie de bancs d’essais. C’est là, entre l’usine Airbus et l’aéroport Nantes- Atlantique, que se construit le Jules Verne manufacturing park. « Ce site deviendra « the

Miser sur l’intelligence collective

« C’est un endroit d’où émerge- ront des start-up et de nouvelles entreprises qui, dotées d’une vision internationale, développe- ront des procédés et des produits innovants, générateurs de nom- breux emplois qualifiés », assure Patrick Cheppe, président du pôle de compétitivité EMC2, l’un des « piliers » du Pôle industriel d’innovation Jules-Verne. Ici, les technologies de pointe avancent à grands pas, notamment au sein des Technocampus. Ces centres spécialisés permettent aux grands groupes industriels, PME,

2-

NantesMétropole- Hors-série-Janvier2017

Made with