MeeT and TRaVeL MaG n°63 - mai/juin 2021

Seychelles Côte d’Azur

MAI / JUIN 2021

NuMéRo 63

éDiTo La lecture de ce nouveau numéro doit logiquement coïncider avec un retour à une vie à peu près normale dans l’Hexagone, selon le calendrier communiqué le 31 mars dernier par le Chef de l’État. Au retour des bambins à l’école le 26 avril a succédé le 3 mai celui des collégiens et lycéens, mais aussi la levée de l’interdiction des déplacements à plus de 10 km du domicile. Mi-mai, ce sera au tour des terrasses des cafés et restaurants de rouvrir, en même temps que les lieux culturels. Autant d’avancées qui vont se faire par étapes, le gouvernement ayant privilégié une approche territoriale, avec toutefois un maintien du couvre-feu national pendant quelques semaines. Vous l’aurez remarqué, rien dans ces annonces ne concerne le secteur évènementiel – il a apparemment disparu des radars –. Ces derniers mois, ses acteurs se sont semble-t-il faits à l’idée que la reprise ne sera pas au rendez-vous avant le début de 2022, c’est-à-dire pratiquement deux années après le début de la crise. Les aides massives débloquées par l’État ces derniers mois ont certes permis de sauver l’essentiel, reste à savoir si ce sera suffisant à l’heure de la reprise. Quelle sera d’ailleurs le niveau réel de cette reprise, bien malin qui pourrait le dire aujourd’hui. Michel Foraud

NuMéRo 63

SoMMaiRe

ACTUALITÉS P.6 Horizons P.10 Transports P.12 Étoiles P.16 Espaces P.20 DMC P.21 Prestas P.22 Agences P.26 Mise en scène

DESTINATIONS P.30 Seychelles P.34 Côte d’Azur

P.30

© Jason deCaires Taylor

P.34

NUMÉRO 63 | MAI - JUIN 2021

Philippe Autran vient d’être nommé président de Congrès et Expositions de Bordeaux. Il succède à Éric Dulong qui était aux commandes de CEB depuis sept ans. À Dubaï , plusieurs évènements internationaux ont pu se tenir depuis l’automne dernier, notamment le salon Gitex Technology qui a attiré du 6 au 10 décembre 50000 visiteurs au Wordl Trade Centre. Autant que le Gulfood, point de rencontre de l’industrie alimentaire mondiale, qui a eu lieu du 21 au 25 février 2021 auWTC. Jean-François Rial est le nouveau président de l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris. Le président de Voyageurs de Monde succède à Pierre Schapira qui occupait le poste depuis 2014. La crise a conduit le sultanat d’ Oman à fermer tous ses offices du tourisme à l’étranger. À l’exception de l’office en France dirigé par Rania Khodr qui prend en charge les marchés allemand, anglais et italien. L’Île Maurice pourrait assouplir les restrictions de voyage à partir de l’été. Il faut pour cela que 700000 personnes soient vaccinées, le seuil fixé par les autorités pour atteindre l’immunité collective. Plus besoin de remplir les trois formulaires exigés jusqu’alors pour entrer en République Dominicaine . Il suffit de compléter 72 heures avant le départ un formulaire en ligne sur le site : https://eticket. migracion.gob.do. Venise fête le 1 600 e anniversaire de sa naissance. Un évènement que la Sérénissime vit sans touristes, une première dans son histoire. Elle qui reçoit chaque année quelque 35 millions de visiteurs veut imaginer pour demain un tourisme plus respectueux de l’environnement. Il était temps ! La Croatie vient de lancer Safe Stay in Croatia, un label décerné aux professionnels du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration qui respectent scrupuleusement les mesures sanitaires adoptées par les autorités.

LES SALONS EN BERNE

Après une année 2020 catastrophique pour les salons et foires en Île-de-France, faut-il s’attendre à ce que l’année 2021 soit aussi sombre ? Les chiffres fournis par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris dans la dernière étude qu’elle a consacrée à l’activité des salons au premier trimestre 2021 ne laissent guère d’espoir de voir le secteur repartir d’ici à l’automne. Aucun salon francilien en version physique n’a pu se tenir au premier trimestre, ce qui veut dire que l’activité a été nulle pour ce type de manifestation, plus d’une centaine de salons en présentiel ayant

été annulée. Ce qui aussi, selon la CCI Paris-Île-de-France, représente une perte d’1,6 milliard de retombées économiques pour le territoire et plus de 5,7 milliards d’euros de ventes non réalisées entre exposants et visiteurs. Notons que 55 des salons présentiels annulés ont tout de même pu se tenir ou vont se tenir durant l’année en version digitale. Reste, comme le souligne la CCI Paris-Île- de-France, que même si ces alternatives digitales permettent aux organisateurs de maintenir un contact avec leurs clients et constituent une belle opportunité de visibilité pour les exposants, « elles génèrent infiniment moins de retombées économiques. Les dépenses liées aux séjours des exposants et visiteurs sont nulles (transport, hôtels, restaurants, achats, sorties culturelles, etc.). Celles liées à l’organisation du salon sont quant à elles bien moindres ». Pour autant, les professionnels, loin de baisser les bras, s’organisent pour une reprise d’activité à la rentrée de septembre 2021, les entreprises semblant plus qu’impatientes d’exposer à nouveau sur des salons physiques.

GEL DES FLUX TOURISTIQUES

HoRiZoNS

Loin de rebondir, le tourisme mondial s’enfonce dans la crise. Les dernières données dévoilées par l’Organisation mondiale du tourisme – l’OMT – révèlent que la chute des arrivées de touristes internationaux a été de 87 % en janvier par rappor t à la même pér iode de 2020, juste avant le début de la crise. Le durcissement des restrictions de voyage imposées par de nombreux états pour lutter contre la flambée du virus est bien sûr à l’origine de ces mauvais résultats qui concernent toutes les régions du

6

monde. En outre, les vaccinations qui se sont engagées sur un rythme moins important que prévu ont retardé un peu plus le redémarrage du tourisme. Géographiquement, c’est la région Asie- Pacifique qui reste la plus touchée (- 96% d’arrivées), suivie de l’Europe et de l’Afrique (- 85%), du Moyen-Orient (- 84%) et du continent américain (- 77%). Constatant que début février, 32% de toutes les destinations mondiales étaient complètement fermées, l’OMT prévoit que les arrivées de touristes internationaux vont baisser de 85% au premier trimestre par rapport à la même période de 2019, ce qui représente 260 millions d’arrivées en moins. Pour la suite, l’OMT a échafaudé deux scénarios pour un possible rebond des voyages en 2021. Le premier laisse entrevoir un rebond en juillet qui se traduirait par une augmentation de 66 % des arrivées internationales en 2021 par rapport aux plus bas historiques de 2020. Le second table sur une reprise en septembre, ce qui ferait augmenter les arrivées internationales de 22 % par rapport à 2020, mais marquerait une baisse de 67% par rapport à 2019.

MEET AND TRAVEL MAG

FRANZISKA LÜTHI DIRECTRICE MARKETING ET VENTES DU SUISSE CONVENTION BUREAU À PARIS Propos recueillis par Michel Foraud

3 heures quotidiennes, avec de nombreuses séquences, attendait les participants. Les 60 speakers que nous avions conviés – t ou s de s expe r t s de l eur thémat ique e t imp l a n t é s d a n s l ’ é co s y s t ème de l a destination – nous ont fait vivre des moments e n r i c h i s s a n t s e t inspirants. Nous étions par exemple heureux

M&T – Vous avez organisé mi-avril une série de rendez-vous en direct de 4 villes de Suisse. De quoi s’agissait-il ? Il s’agissait d’une learning expedition digitale en livestream , constituée de quatre étapes. C’est un format nouveau, jamais encore proposé ou testé par une destination. Les organisateurs d’évènements qui font du voyage connaissent le format éductour où l’on découvre hôtels, lieux, activités et prestataires in situ . Ici, c’est différent, on rencontre surtout l’âme et le cœur d’une destination, à travers des rencontres et des histoires inspirées du territoire, qui nous sont racontées au cours d’une émission digitale live et qui rejoignent les réflexions des organisateurs meeting & events . D’ailleurs, les organisateurs d’évènements connaissent et apprécient tous le format salon ou conférence avec des tables rondes, des interviews inspirantes ou encore des retours d’expériences. Avec la “ Suisse Learning Expedition ”, les participants ont retrouvé aussi ces aspects- là. Cette learning expedition , c’est un mélange des genres créatif et utile, qui s’est déroulée sur 4 jours en façon roadtrip digital.

d’avoir une table ronde 100 % féminine, dédiée à l’innovation ; le témoignage de Felix Rudolf von Rohr, membre honoraire du Carnaval de Bâle, classé par l’Unesco au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, ou encore le navigateur genevois Alan Roura, le plus jeune concurrent de l’histoire du Vendée Globe, qui est venu clôturer

M&T – À qui étaient destinées ces séances de formation digitale ? Notre learning expedition s’est ad r e s s é e aux o rg an i s a t eu r s d ’ évènement s f rancophone s au s en s l a rge : l e s agence s évènementielles, les freelances , les venue finders , les associations, les donneurs d’ordre et les chefs

les 4 jours de la Suisse Learning Expedition et qui a montré que la culture, l’innovation, le plaisir et le dialogue ne sont pas que des valeurs fondamentales pour un organisateur d’évènement. L’avantage de notre learning expedition digitale est de pouvoir maintenant continuer à partager ces moments grâce aux replays qui restent

« participer à la réflexion en cours

sur le futur de l’évènement »

HoRiZoNS

8

disponibles sur www.suisse-learningexpedition.com et ainsi d’inviter aussi tous ceux qui n’étaient pas disponibles ou dubitatifs de notre initiative à s’embarquer dans le voyage. M&T – Vous croyez au sortir de la crise à une reprise des évènements ? Faudra-t-il en modifier les formats et les contenus ? Je suis convaincue qu’à la sortie de cette crise, quand nous pourrons à nouveau nous déplacer, voyager, nous réunir en nombre, les évènements en présentiel reprendront. Nous en aurons été privés tellement longtemps que l’envie de les reprendre sera très fort. Les obstacles seront de gagner la confiance des donneurs d’ordres et leur prouver qu’un évènement pourra se dérouler en toute sécurité. Ça prendra peut-être un peu de temps pour certains, mais cela arrivera. Quant aux formats, il est certain qu’ils évolueront, comme cela a d’ailleurs toujours été le cas. Le contenu prendra encore, c’est certain, de l’importance. M&T – Outre cette série de rencontres en avril, avez-vous programmé d’autres évènements en 2021 ? Nous allons reprendre les webinaires destinations à partir de mai. Sinon, nous pensons reprogrammer des voyages d’étude et organiser des évènements de networking après l’été, si toutefois la situation le permet. Ce qui reste une valeur sûre de notre stratégie, c’est notre blog que nous continuons d’alimenter avec du contenu que nous voulons inspirant.

de projets évènementiels en entreprise… Mais elle pouvait et peut également intéresser les prestataires techniques, les hôtels Mice et les lieux évènementiels, dans la mesure où nous avons réf léchi aux valeurs fondamentales de l’évènement. La participation s’est faite en s’inscrivant au préalable sur le site internet de l’évènement. Ensuite, l’internaute avait accès à toutes les sessions en livestream pendant les 4 jours. Un chat leur a permis de poser des questions et de commenter les interventions. Désormais, les replays sont disponibles sur le même site. Pour les visionner, il suffira d’être inscrit sur la plateforme (ce qui est d’ailleurs toujours possible). M&T – Quel bilan faites-vous de cette learning expedition ? Notre objectif était de participer à la réflexion en cours sur le futur de l’évènement. Nous avons choisi 4 thématiques qui nous semblent intéressantes et importantes pour demain et pour lesquelles nos 4 destinations suisses ont des choses à dire, à raconter et à montrer : la Culture, l’Innovation, la Joie de vivre – le Rire – le Bonheur et encore le Dialogue. Un programme varié, mais dense de

MEET AND TRAVEL MAG

Mario Zanetti est le nouveau président de Costa Croisières, il était jusqu’alors directeur commercial du croisiériste. Air Arabia Maroc a lancé fin mars une nouvelle liaison entre Bordeaux et Casablanca. À raison de 2 vols hebdomadaires – le lundi et le mercredi – assurés en Airbus A-320. American Airlines relance ses vols transatlantiques au départ de l’Europe. 10 liaisons sont concernées par cette reprise, notamment Paris-New York opérée quotidiennement. Depuis le 16 avril, la SNCF a ressuscité les trains de nuit entre Paris et Nice. Départ de la Gare d’Austerlitz à 20h52 et arrivée à Nice à 9h06, après des arrêts à Marseille, Toulon, les Arcs, Draguignan, Saint- Raphaël, Cannes et Antibes. Le 2 juillet, Air France va inaugurer une nouvelle liaison entre Paris CDG et Denver, la capitale du Colorado. À raison de trois vols hebdomadaires – mercredi, vendredi et dimanche – opérés en Boeing 787-9 doté de 3 classes, une Éco de 228 sièges, une Premium Éco de 21 sièges et une Affaires de 30 sièges. Bonne performance d’ Airbus au premier trimestre 2021 : l’avionneur européen a livré 125 appareils contre 122 au premier trimestre 2020. Star incontestée, l’A320neo, dont 57 exemplaires ont été livrés, notamment en Chine et en Inde. Placée depuis un an sous le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, LATAM Airlines a décidé de se séparer de ses 11 Airbus A350. Des appareils qui vont notamment être cédés lors de ventes aux enchères. Volotea va s’envoler dès le 17 septembre de Lyon vers Sétif, au nord-est de l’Algérie. 3 vols hebdomadaires seront assurés par la compagnie qui dessert à ce jour 96 villes dans le monde. Les Seychelles ayant levé les restrictions d’entrée sur leur territoire – un test PCR suffit aux visiteurs –, Qatar Airways en a profité pour renforcer ses dessertes au départ de Doha.

MOINS DE VOLS INTÉRIEURS

Si la crise a mis au tapis nombre de liaisons courts et moyens courriers, certaines d’entre elles pourraient bien ne jamais reprendre. En adoptant mi-avril le troisième volet de loi climat et résilience, les députés ont en effet entériné le principe de limitation des vols domestiques et l’encadrement des

l a

projets d’extension des aéroports. L’article 36 de la loi Climat interdit notamment les vols entre deux villes dès lors qu’existe une alternative en train de moins de 2h30. Jean-Baptiste Djebbari, le Ministre des Transports, a indiqué que 3 lignes étaient concernées – Paris-Lyon, Paris-Bordeaux et Paris-Nantes –, opérées au départ d’Orly. D’autres lignes devraient s’ajouter à cette liste, à commencer par Paris-Rennes ou Lyon-Marseille, mais certains élus exigent que la limite des 4h préconisée par la convention citoyenne soit appliquée, ce qui reviendrait notamment à bannir les vols entre Paris et Marseille, une hérésie selon d’autres élus locaux qui avancent les conséquences sociales de ces décisions. LES GROS

AÉROPORTS TRINQUENT

L’arrêt presque total du trafic depuis mars 2020 n’a pas seulement affecté les compagnies aériennes, il a sérieusement ébranlé les plateformes aéroportuaires. Tout spécialement en Europe où les plus grosses – Heathrow et Paris-Charles-de- Gaulle – ont été fortement impactées, alors que d’autres ont mieux supporté le choc, à l’instar d’Antalya en Turquie et de Cheremetievo, en périphérie de

TRaNSPoRTS

10

Moscou. Deux aéroports qui ont bénéficié d’un relatif dynamisme de leur marché domestique, il est vrai très étendu. Du coup, Londres-Heathrow, d’ordinaire en tête du classement, est rétrogradé à la dixième place des aéroports européens en nombre de passagers. BOUFFÉE D’AIR POUR AIR FRANCE-KLM

En attendant de retrouver des niveaux d’activité satisfaisants, le groupe a réussi à convaincre la Commission européenne d’avaliser son plan de recapitalisation, du moins pour la partie concernant Air France alors que les discussions continuent entre la Commission et le gouvernement néerlandais. L’accord prévoit qu’Air France et sa holding vont recevoir

4 milliards d’euros de recapitalisation via une augmentation de capital de 1 milliard d’euros et la conversion du prêt de 3 milliards accordé au printemps 2020. Du coup, l’État français va monter sa participation au capital d’Air-France-KLM à 30% contre 14,3% aujourd’hui. À noter que les autorités néerlandaises ne souhaitant pas souscrire à l’augmentation de capital vont conserver les 14% qu’elles détiennent dans le groupe, tout comme Delta Airlines, détenteur de 8,8% du capital, tandis que China Eastern annonce souscrire à l’augmentation sans dépasser toutefois 10% du capital.

Les vols sont opérés en Boeing 787 Dreamliner.

MEET AND TRAVEL MAG

FRANKLIN AUBER DIRECTEUR MARKETING – COMMUNICATION DE SINGAPORE AIRLINES FRANCE Propos recueillis par Michel Foraud

sont très actives. Ensuite, la demande est très forte sur le marché du fret. Notre vol Paris-Singapour fait le plein de cargo et justifie à lui seul de maintenir une rotation quotidienne. M&T – À quelle échéance le secteur du transport aérien peut-il retrouver des couleurs ? En matière de prévisions, à ce stade et compte tenu des nombreuses incertitudes qui demeurent sur l’ouverture des frontières et l’impact de la vaccination de masse, SIA est en phase avec celles données par IATA, à savoir un retour au niveau de trafic de 2019 pour le marché loisir en 2024 et en 2025 pour le trafic affaires. Pour 2021, dans le scénario le plus optimiste à ce jour, IATA prévoit un trafic global équivalent à seulement 38% de celui enregistré en 2019. SIA espère opérer ce printemps 2021, 25 à 30% de sa capacité totale. Mais il est clair qu’il faudra plusieurs années au secteur du transport aérien et du tourisme pour se remettre de l’impact majeur du Covid 19. M&T – Sur le segment affaires, lamultiplication des réunions à distance ne risque-elle pas de pénaliser les déplacements long-courriers ? français. Beaucoup de projets industriels et commerciaux en Asie- Pacifique nécessitent de se déplacer pour rencontrer des partenaires et travailler sur place. Les visioconférences ne peuvent pas tout faire… M&T – La vaccination est la clé d’un retour à la vie d’avant. Sera-t-elle suffisante pour donner envie aux gens de voyager ? Nous espérons que la vaccination de masse permettra une réouverture progressive des principales destinations touristiques d’Asie-Pacifique et la levée des restrictions sanitaires imposées aux touristes. C’est effectivement un point essentiel pour rassurer les voyageurs. Chez Singapore Airlines, plus de 90 % du personnel navigant est déjà vacciné. Mais ce qui est également très important, c’est qu’il y ait une harmonisation des règles sanitaires applicables par l’ensemble des compagnies, pilotée par les différents états. SIA est en pointe dans ce domaine puisque nous sommes la compagnie de lancement du travel pass d’IATA, un passeport digital qui permet de centraliser tous les documents sanitaires (attestation de vaccination, résultats des tests PCR) sur son smartphone. Cela contribue à faire gagner un temps précieux à l’embarquement et permet de rassurer passagers et personnels. Les nouveaux outils informatiques ont montré toute leur utilité en ces périodes de confinement et de voyages très contraints. Il y aura probablement à l’avenir une rationalisation des voyages d’affaires, mais nous ne sommes pas trop inquiets pour l’avenir des voyages long- courriers. La plupart de nos clients corporate sont des cadres et techniciens de grands groupes

M&T – Comment SingaporeAirlines a-t-elle traversé la crise ? La crise du Covid 19 a très fortement impacté l’activité de SIA. Depuis le printemps 2020, le revenu du groupe SIA (Singapore Airlines, SilkAir, Scoot) est en recul de près de 80% et le trafic passager a baissé de plus de 90%. Dès le début de la crise, une course contre la montre a été lancée sur plusieurs fronts pour rapatrier les passagers bloqués au fur et à mesure que les frontières se refermaient, proposer des solutions de voyages alternatives à ceux dont les vols étaient annulés et rembourser ceux qui le souhaitaient. Dans le même temps, il a fallu revoir l’ensemble de nos procédures au sol et à bord afin d’assurer la sécurité sanitaire de nos passagers et de nos équipages et mettre en place d’importantes mesures d’économies compte tenu de l’effondrement de nos recettes. Sur les 9 premiers mois de l’exercice 2020/21 commencé en avril 2020, le montant des pertes du groupe SIA s’est élevé à 3,5 milliards de dollars. M&T – La sortie de crise engagée en Asie se traduit- elle par une reprise d’activité dans la zone ? Il est vrai que l’Asie a plutôt très bien géré la crise.

Dans beaucoup de pays, la pandémie a été contenue et le nombre de malades et de victimes est resté limité. À ce jour, un tourisme intra asiatique a par exemple déjà repris à Singapour avec des pays comme la Malaisie, la Chine, le Japon, la Corée,

« nous ne sommes pas trop inquiets pour l’avenir des voyages long-courriers »

l’Australie. Le challenge est maintenant pour ces pays de gérer la réouverture aux pays émetteurs, notamment européens, sans mettre en danger leur population et tout en proposant une expérience touristique la moins contraignante possible sur le plan sanitaire. M&T – Qu i d du ma r c hé eu r opé en , notamment du marché français ou vous avez relancé en début d’année votre vol quotidien entre Paris et Singapour ? Singapore Airlines a effectivement relancé le 19 janvier un vol quotidien direct Paris Singapour A/R en Airbus A350-900. Plusieurs raisons à ce choix : d’abord, malgré la crise du Covid 19, un trafic minimum continue d’exister sur l’axe Paris-Singapour et au-delà, vers des destinations comme le Cambodge, le Vietnam, les Philippines et certaines capitales d’Asie où les entreprises françaises

NUMÉRO 63 | MAI - JUIN 2021

Hyatt à Zurich. Pour son arrivée en Suisse, la chaîne américaine a choisi la première ville du pays et tout précisément The Circle, son nouveau centre d’affaires et de commerces implanté à proximité de l’aéroport qui accueille sur 180000 m 2 deux hôtels, un centre de congrès, des installations culturelles et des restaurants. Le nouvel Hyatt Regency compte 255 chambres et suites, un restaurant, deux bars, un fitness centre et offre un accès direct au Circle Convention Centre qui dispose de 17 salles de réunion. Four Seasons annonce la reprise de l’hôtel Formentor à Majorque. Noyé dans un superbe domaine 1 200 ha en bord de mer, ce vétéran de l’hôtellerie de luxe dans l’île – il a ouvert ses portes en 1929 – va bénéficier d’une rénovation complète, notamment ses 110 chambres et suites. Réouverture prévue au printemps 2023. Le groupe Marriott à Bordeaux. Il inaugure un hôtel Renaissance de 149 chambres et suites sur les bords de la Garonne, face à la Cité du vin. Un établissement 4 étoiles qui abrite un restaurant, un bar, une piscine intérieure, un espace de gym et 4 salles de réunions. La chaîne bavaroise Ruby Hotels ouvre un nouvel établissement à Francfort. Implanté en centre- ville, le Ruby Louise (en mémoire de Louise von Rothschild, la femme d’un grand banquier du xix e siècle très impliquée dans la vie locale) compte 215 chambres et suites.

ORIENT-EXPRESS SE LANCE À ROME Ce devait être Bangkok, ce sera finalement Rome. Le premier représentant de la nouvelle collection Orient-Express Hotels ouvrira ses portes fin 2023 dans la Ville éternelle . Ainsi en a décidé le groupe Accor en vertu d’un partenariat signé avec la SNCF, propriétaire de la marque, qui prévoit le développement d’une dizaine d’Orient-Express Hotels dans le monde d’ici à 2030. Pour sa première implantation romaine, Orient-Express Hotels a choisi de se glisser dans les murs de l’ancien palazzo Fonseca, un superbe édifice du xvii e siècle qui domine la piazza de la Minerva, dans le quartier du Panthéon. Transformé en 1832 en hôtel de charme, le Grand Hotel Minerva a été fréquenté par nombre d’intellectuels et d’artistes, parmi lesquels Stendhal et Heman Melville. D’ici à sa réouverture, au printemps 2023, il va être totalement rénové pour devenir l’une des plus élégantes résidences hôtelières de la capitale italienne. MARRIOTT DOMINE

LE MARCHÉ HÔTELIER Le classement mondial des groupes hôteliers 2021 établi par Hospitality On-MKG conforte les résultats de 2020. Marriott fait toujours la course en tête malgré une croissance légèrement en berne (- 5%) grâce à une progression de 3,1% de son parc, lequel atteint désormais 1,4 million de chambres. Derrière lui, l’indien OYO – invité surprise du classement précédent –, laisse place au groupe chinois Jing Jiang qui a racheté Louvre Hotels en 2015 et Radisson Hotel Group en 2019 et signe une croissance de

éToiLeS

Le Marriott Marquis à Dubaï

6,7%. À la troisième place, Hilton voit son parc progresser de 4,9% (+47000 chambres) et dépasser le million de chambres. Vient ensuite IHG, qui regagne une place malgré une stabilité de son offre de chambres et à la cinquième place Wyndham qui est le seul groupe à avoir vu son parc baisser (-4,2%). Avec 750000 chambres (+3%), Accor signe une belle performance et redevient le numéro 6 du secteur. Notons qu’il a réduit sa participation dans le groupe chinois Huazhu, lequel prend la 7 e place du classement avec un bond de 23% de son parc (+100000 chambres). À la 8 e place l’américain Choice Hotels, dont le parc progresse de 1,2%, tandis qu’à la 9 e place on retrouve l’indien OYO – deuxième en 2020 – qui a perdu plus de la moitié de ses chambres. À la dixième marche du podium se distingue, un autre groupe chinois, BTH Hotels, dont le parc de chambres a progressé de 6,6%.

12

RADISSON ANTICIPE L’APRÈS COVID Malgré la crise qui a secoué le secteur hôtelier en 2020, Radisson Hotel Group n’a pas réduit ses engagements, plus de 40 nouveaux établissements ont été signés dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) pour un total de 7700 chambres. Figurent au nombre de ces développements, un Radisson Red à Cologne (photo), un Radisson Beach Resort à Dubaï, un Radisson Blu à Santorin et un Radisson Hotel & Convention Centre à Johannesbourg. Radisson a également lancé une nouvelle marque – Radisson Individuals – destinée aux hôteliers indépendants qui souhaitent s’appuyer sur la plateforme mondiale du groupe. En 2021, Radisson maintient la pression dans cette région stratégique puisque 30 établissements vont y ouvrir leurs portes (5000 chambres), dont 7 nouveaux membres de la Radisson Collection – la marque luxe du groupe – qui s’installe à Séville, Lyon (La Cour des Loges), Milan, Venise et Cortina d’Ampezzo. Selon Elie Younes, vice- président exécutif et directeur du développement EMEA, « 2021 sera une année de transition avec un premier semestre difficile et une reprise attendue par la suite, et une année d’opportunités supplémentaires pour un meilleur avenir ».

MEET AND TRAVEL MAG

Le groupe Barrière affine son organisation en créant une nouvelle direction de la stratégie et du développement confiée à Alexandre Desseigne-Barrière, le fils de Dominque Desseigne, le président directeur général du groupe. Par ailleurs, Vincent Arnaud arrive aux commandes de la direction Hôtellerie Restauration du groupe. L’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH), la principale organisation professionnelle du secteur des cafetiers, hôteliers, restaurateurs et discothèques, vient de signer un partenariat avec la toute jeune Union des Professionnels Solidaires de l’Evènementiel – UPSE –, en vue notamment de mener des actions communes auprès des pouvoirs publics. L’UPSE, créée en mars 2020 par des professionnels représentatifs des 55000 prestataires de l’évènementiel privé, des associations et des collectivités, revendique à ce jour 2 700 adhérents dans l’Hexagone.

LES NOUVELLES ÉTOILES DE L’ ÎLE-DE-FRANCE 2021 va-t-elle marquer le vrai retour des clients dans les hôtels ? Rien n’est moins sûr tant le marché hexagonal est mou et les prévisions encore bien incertaines. Voilà qui n’empêche pourtant pas des projets de se concrétiser, comme en témoignent les nombreuses ouvertures attendues cette année dans la capitale et en périphérie. Parmi eux, à Paris, trois établissements de grand luxe qui

s’apprêtent à entrer en scène, Cheval Blanc du groupe LVMH en bord de Seine (72 chambres et suites), Bulgari également propriété de LVMH dans le triangle d’or (76 chambres et suites), et Chopard qui va se glisser en fin d’année dans l’élégant Hôtel de Vendôme, édifié au xviii e siècle sur la place la plus huppée de la capitale (29 chambres et suites). En version affaires, le Pullman Paris Montparnasse rouvre mi-mai après un méga-chantier de trois années (957 chambres et un spectaculaire roof-top au 32 e étage), tandis qu’un Canopy by Hilton va voir le jour dans le secteur du Trocadéro. Aux portes de Paris, le groupe Airelles, déjà présent à Courchevel et Val d’Isère, va prendre possession du Grand Contrôle, un établissement installé dans l’enceinte du Château de Versailles (14 appartements), alors que la collection des Domaines de Fontenille qui compte dans ses rangs Les Bords de Mer à Marseille et le Fontenille Menorca va s’enrichir avant l’été du Domaine de Primard (photo), une demeure de campagne du xviii e siècle ayant longtemps appartenu à Catherine Deneuve (30 chambres et 9 suites, table gastronomique d’Éric Frechon). PLEY-T-IL ?

S’il n’y a pas pléthore d’hôtels dans ce secteur feutré du VIII e arrondissement de Paris où l’hôtel Pley vient d’entrer en scène, on y recense en revanche plusieurs ambassades, le musée Jacquemart André et le parc Monceau. Un environnement chic qui donne une vraie plus-value à ce nouvel établissement 4 étoiles de 100 chambres et suites qui a posé ses valises au 214 de la rue du Faubourg Saint-Honoré, à deux pas de la place des Ternes. Et qui rend un hommage appuyé à Europe 1, la radio périphérique née en 1955 pas très loin de là, rue François 1 er , dont de nombreux clichés d’archives sont exposés dans ses espaces publics, décorés par ailleurs d’œuvres de l’artiste contemporain Julien Nédélec. Outre ses élégantes chambres, l’Hôtel Pley met à la disposition de la clientèle d’affaires un restaurant, un bar et 6 espaces de réunion et de réception, parmi lesquels le Studio (75 personnes) et le Penthouse au dernier étage (30 personnes), directement relié au rooftop de l’hôtel, d’où l’on jouit d’un beau panorama sur Paris et la Tour Eiffel. L’EUROPE CENTRALE ET DE L’EST À LA MANŒUVRE Dans les trois années à venir, 277 hôtels devraient ouvrir leurs portes en Europe centrale et orientale, – l’ancien bloc de l’est – représentant quelque 63700 nouvelles chambres. Une montée en puissance qui va surtout concerner 2021 avec 124 ouvertures programmées et 23242 nouvelles chambres et, dans une moindre mesure, 2024, année où 86 hôtels verront le jour (27316 chambres). C’est la Pologne qui va hériter en trois ans du plus grand nombre de nouveaux établissements (62 ouvertures pour 12 314 chambres), devant la Russie (61 hôtels pour 11392 chambres), la Croatie (34 hôtels pour 11927 chambres), le Monténégro (18 hôtels pour 4936 chambres) et la Roumanie (15 hôtels pour 2538 chambres). Du côté des villes, Budapest se distingue avec 14 nouveaux établissements et 2 585 chambres, suivie de Moscou (11 projets), Prague (9 projets) et le duo polonais Varsovie-Cracovie avec chacune 8 projets.

éToiLeS

14

L’hôtel Nobu à Varsovie

MEET AND TRAVEL MAG

LAURENT DUC PRÉSIDENT D’UMIH HÔTELLERIE FRANÇAISE* Propos recueillis par Michel Foraud

M&T – Dans quel état se trouve le secteur de l’hôtellerie et de la restauration ? À combien s’élèvent les pertes depuis le début de la crise ? Aujourd’hui le secteur est à l’arrêt, les boîtes de nuit depuis mars 2020, les restaurants, cafés et bars depuis novembre et les quelques hôtels qui restent encore ouverts sont des lieux de sommeil sans aucune prestation annexe. M&T – Qui des hôteliers ou des restaurateurs a le plus souffert de cette crise ? Les groupes ont-ils mieux résisté que les indépendants ? Sans hésiter, ce sont les hôteliers qui sont le plus touchés. Nous n’avons jamais été fermés administrativement et le fonds de solidarité représente peu ou prou la valeur du loyer ! Lorsque vous faites malheureusement 51% de chiffre d’affaires, vous échappez aux fonds de solidarité (il faut 90% de CA pour couvrir nos charges). Je ne dis pas que les restaurateurs, les discothèques ou les bars sont mieux lotis que nous, pour autant depuis décembre le fond de solidarité couvre à peu près leurs frais de fonctionnement. En ce qui concerne les groupes, il convient de différencier les établissements appartenant directement à des chaînes et les franchisés. Les franchisés sont des chefs d’entreprise indépendants qui ont les mêmes problèmes que les chefs d’entreprise qui n’ont pas d’enseigne. Pour les filiales de groupes, c’est un autre aspect, car de nombreux artifices juridiques leur permettent de ne presque pas payer de loyer. M&T – L’impact de cette crise a-t-il été comparable à Paris et en province ?

et ça permet d’attendre la réouverture. Pour autant, ces aides et prêts garantis par l’État ont depuis 18 mois maintenu en vie des entreprises qui auraient déjà dû fermer en raison de leur situation antérieure. Si vous rajoutez aux 15% d’entreprises qui auraient du déposer leur bilan en mars 2020 les 15% qui auraient du être concernées en mars 2021, ainsi que l’absence ou presque de création d’entreprises, ce sont 30% des restaurants et/ou cafés qui vont mettre la clé sous la porte dans les 6 mois à venir si l’État n’intervient pas avec un programme de continuité. M&T – Depuis le début de la crise, les Français manifestent

régulièrement leur soutien aux restaurateurs. Est- ce suff isant pour qu’ils reviennent en nombre dès la levée du confinement ? C’est l’évidence même ! L’envie de partager et de manger autre chose que ce qu’ils préparent à la maison est bien là. Je dirais même qu’ils sont dans les starting-blocks, pas que pour manger d’ailleurs, pour boire aussi ! M&T – Êtes-vous favorable au passeport

« Le tourisme mondial va devoir revoir son logiciel »

Non, comme lors de chaque crise internat ionale c ’es t Par i s qui est le plus touché puisque c’est Roissy qui est la porte d’entrée en Fran ce p ou r l e s c l i en t s internationaux. Seulement 40 % des hôtels travaillent à Paris, et je ne vous parle pas de l’hôtellerie

vaccinal, sésame pour accéder à un restaurant ou à un hôtel ? C’est certainement très bien, mais quelle légitimité pour le faire appliquer ? M&T – Sur le marché Mice et affaires, ne risque-t-on pas d’assister à une baisse des dépenses des sociétés qui vont privilégier les réunions à distance et réduire les budgets des évènements ? C’est une évidence, le télétravail à tout changé. Pour autant, il a aussi durablement modifié les relations humaines et il y aura de toute façon un retour aux rencontres en présentiel, tout n’étant pas digitalisé à ce jour. Il y aura toujours des formations ou la présence est indispensable ! M&T – L’hôtellerie et la restauration vont-elles devoir changer de logiciel pour regagner les parts de marché perdues pendant la crise ? Le tourisme mondial en général va devoir revoir son logiciel.

très haut de gamme qui elle a parfois décidé de se mettre en sommeil pour 3 ans. Quant à la Province, l’impossibilité de pouvoir partir en vacances à l’étranger ou la peur de protocoles de sécurité sanitaires peu fiables ont profité à la campagne et à la montagne, des destinations qui habituellement en été étaient de plus en plus délaissées. M&T – Les nouvelles aides accordées en f in d’année 2020 par le gouvernement ont-elles permis de limiter la casse ? Redoutez-vous des dégâts en sortie de crise ? À priori pour les établissements faisant moins d’un million de chiffre d’affaires annuel, c’est assez confortable. L’aide représente 20 % du chiffre d’affaires, les salariés sont en chômage partiel et il n’y a pas d’achat à financer, ça passe

* UMIH : Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie.

NUMÉRO 63 | MAI - JUIN 2021

Les Studios Rouchon ont équipé leur plateau Big One d’un grill motorisé qui permet de concevoir de nouvelles configurations et de libérer de l’espace utile. Autre nouveauté, un engagement RSE pour une certification B-Corp d’ici la fin de l’année. Tandis que le parc des expositions de Montpellier poursuit sa métamorphose, la SPL Occitanie Events en charge de son exploitation a obtenu la certification ISO 20121, pour son système de management responsable sur l’intégralité de ses activités : la gestion des équipements ainsi que l’accueil et la production d’évènements.

CNIT FOREST , À L’OMBRE DE LA DÉFENSE Exit le CNIT La Défense, place au CNIT Forest. Mandatés par Viparis, l’architecte Nicolas Adam et le dessinateur et scénographe François Schuiten – à l’origine entre autres du design de la station de métro Arts et Métiers – vont redonner vie à ce site emblématique du quartier de La Défense. Fermé depuis 2015 dans le cadre de la construction de la nouvelle gare du RER E qui reliera Saint-Lazare à la

16 © François Schuiten © Chaix & Morel et associés

Gare du Nord à l’horizon 2023, le lieu offrira quelques 20 000 m² d’espaces modulables, équipés des dernières technologies : un grand hall (jusqu’à 800 personnes en cocktail), 2 amphithéâtres de 740 et 1175 places, 24 salles de réunion (de 31 à 163 places), 2 espaces polyvalents de 2 859 m² et 2 186 m², un patio et des espaces de pause chaleureux, voués aux échanges informels. Le tout dans une ambiance évaporée de bien-être où les arbres digitaux composés de milliers de leds évoquent des forêts intérieures, où l’éclairage savamment étudié diffuse une lumière douce, où le sensoriel rejoint la haute technologie. Répondant aux enjeux de développement durable, ce CNIT entièrement repensé permettra en outre la tenue de 2 évènements concomitants grâce à de nouvelles zones d’accueil distinctes. Un espace de services (bureau de change, La Poste, food hall de 2000 m²) et des zones de commerces (77 boutiques et kiosques) ajouteront à la mixité du site. Rendez-vous est pris pour son inauguration prévue en septembre 2022. BRUGES , NOUVEAU CENTRE DE CONVENTION

Très attendue ce printemps, la réouverture du musée Carnavalet après plus de 4 ans de travaux. Le site parisien

Son ouverture est attendue pour janvier 2022. Le futur centre de réunion et de convention de Bruges ou BMCC (Bruges Meeting & Convention Centre) a investi le cœur historique de la ville, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Conçu par l’architecte de renom Eduardo Souto de Moras en collaboration avec le cabinet d’architecture anversois META, ce nouvel emblématique donnera à voir des espaces transfigurés, des collections restaurées et une muséographie relookée.

eSPaCeS

outil, quasi face au Concert Hall Brugge, va déployer un vaste hall d’accueil (370 m²), un hall polyvalent et lumineux de 4500 m² en rez-de- chaussée, soit le plus grand espace évènementiel de Bruges, une salle plénière modulable (514 sièges escamotables ou 257 x 2) baignée d’un flot de lumière naturelle et flanquée d’un foyer (174 m²), 12 salles de réunion modulables (de 25 à 80 places en théâtre) cernant un foyer commun de 391 m², et un espace de restauration (jusqu’à 499 places) au 4 e et dernier étage avec terrasse de 176 m² pour une vue imprenable sur la ville (photo). Aisément accessible depuis la gare SNCB située à quelques minutes à pied, cet équipement l’est aussi des hôtels, des restaurants et des attractions principales de la ville. Autre atout, sa conception quasi neutre sur le plan énergétique : outre l’utilisation de matériaux durables pour sa construction, il a été pensé pour s’adapter aux manifestations hybrides grâce à du matériel audiovisuel innovant de haute technologie et pour une exploitation optimale. LÉONARD EN 3D AU CLOS LUCÉ

Léonard de Vinci sera plus que jamais présent en sa dernière demeure du château du Clos Lucé. Un tout nouvel espace immersif de 500 m² qui lui est consacré vient d’y être inauguré. Logé dans un bâtiment flanqué de deux ailes, l’une ancienne et rénovée, l’autre ultra contemporaine et aérienne, entre voile de béton, acier et verre transparent (Atelier d’architecture Chaix & Morel et Associés), ce nouvel écrin lumineux donne aux visiteurs l’opportunité d’approcher au plus près les œuvres majeures du maître toscan selon une scénographie signée Arc-en-Scène : au rez-de- chaussée, une galerie immersive permet de visualiser 17 tableaux projetés sur les murs tandis que dans la galerie supérieure, une salle multimédia utilisant la réalité

virtuelle, la réalité augmentée, le motion design et le jeu vidéo propose d’intégrer l’univers de l’artiste et d’en approcher notamment la passion pour les mathématiques et la géométrie. Ce nouvel espace vient enrichir et compléter l’offre du Clos Lucé-Parc Leonardo da Vinci déjà prisé des organisateurs pour ses possibilités évènementielles (3 salles au château de 30 à 80 personnes, la grande halle de style Eiffel jusqu’à 330 personnes, l’Auberge du Prieuré au cœur du parc jusqu’à 60 convives).

MEET AND TRAVEL MAG

WOJO INVESTIT LE XIII e C’est à quelques pas de la Bibliothèque François Mitterrand et de la station de métro éponyme (ligne 14) que Wojo, acteur du coworking et de la “ workspitality ”, a installé son tout dernier espace parisien, après celui de Madeleine ouvert en décembre 2019. Opérationnel depuis mars dernier, le Wojo Tolbiac distribue sur 9 étages et près de 7500 m² (hors terrasses), 854 postes en bureaux privatifs, 102 places en coworking, 20 salles de réunion (de 4 à 20 places), un bar, un coin gourmet, une salle de sport et un rooftop au 10 e étage

Le 1 er studio TV avec vue sur pelouse. C’est l’offre clé en main développée par OM Events au stade Orange Vélodrome, dédié aux évènements digitaux des entreprises : installé dans une loge VIP, il est équipé de matériel technique de pointe et d’une connectivité de très haut-débit. Repris au traiteur Fleur de Mets par Moma Group , les Salons Marceau du XVI e arrondissement parisien ont été rebaptisés Galerie Bourbon après un relooking déco ( jusqu’à 250 personnes). Une première pour le Canada ! Le Centre des congrès de Québec annonce la tenue du 5 e Congrès mondial d’Agroforesterie (WCA5) qui réunira en juillet 2022 plus de 1 000 experts venus du monde entier.

18 © Tetris © Grands Chais de France © PuyduFouEspana eSPaCeS

en plus de ses 6 terrasses et du parvis sur rue. Designés sur le thème du voyage imaginaire, les espaces lumineux et fonctionnels s’adaptent à tous les formats, apportant des conditions de travail performantes ou d’échanges conviviaux. La partie restauration – pauses, déjeuners, cocktails – est assurée par I-lunch, un prestataire dûment choisi pour son engagement éco-responsable. Joint- venture créée en 2015 à parts égales entre Bouygues Immobilier et Accor, Wojo déploie aujourd’hui 8 adresses parisiennes, bientôt rejointes par un site à Montparnasse de 13 000 m² prévu pour 2022, 2 sites à Lyon, un à Lille (ouvert en février dernier) et un autre à Barcelone. Sans compter la centaine de Wojo Corners et Wojo Spots ouverts pour leur majorité dans les hôtels Accor. DOMAINE DE LA GALINIÈRE ,

LA PROVENCE AU CŒUR Au cœur d’une propriété viticole de 90 ha de la commune de Châteauneuf-le-Rouge, située à 15 min d’Aix-en- Provence et une demi-heure de Marseille, le Domaine de la Galinière occupe au pied du plateau du Cengle, les premières marches de la célèbre montagne Sainte- Victoire. Construite sur une ancienne voie romaine,

cette demeure dont l’histoire aurait débuté peu avant le xv e siècle s’est orientée vers la production de vins en agriculture biologique. Mais pas seulement ! Après avoir ouvert des gîtes en 2019 – dont le Pavillon, un ancien pigeonnier reconverti en charmante petite maisonnette – le site propose depuis avril dernier de beaux espaces de réception, entièrement équipés (jusqu’à 350 personnes) entre vignes, oliviers, pins et terre ocre. Fondue dans le paysage environnant grâce à son architecture extérieure faite de murs en pierres apparentes et de couleurs pastel, la bâtisse principale compte la salle Sainte-Victoire (400 m², 280 personnes assises, 350 en cocktail), coiffée d’une verrière centrale et dont l’ouverture latérale permet aux voitures ou autres objets volumineux de pénétrer à l’intérieur, ainsi que 2 salons (de 35 à 50 invités pour le 1 er , de 20 à 30 pour le 2 e ) avec une vue directe sur les vignes. PUY DU FOU ESPAÑA , OLÉ !

Et l’organisation internationale One YoungWorld a choisi Montréal et son palais des congrès pour la tenue de son sommet en 2024 où se réuniront 2 500 jeunes leaders venus de plus de 190 pays.

Après plus de 2 ans de travaux, la version espagnole du Puy du Fou a ouvert ses portes le 27 mars dernier à 7 km de la ville historique de Tolède, rejoignable depuis Madrid en 45 min par l’autoroute ou 1 h en train. Sur 30 ha, le Puy du Fou España qui, comme son homologue vendéen, ne propose aucune attraction mécanique et s’articule autour de 4 villages thématiques : l’Arrabal, un marché médiéval au pied des murailles ; la Puebla Real, un village du xiii e siècle reconstitué au pied du Castillo de Vivar, le château qui accueille depuis août 2019 le spectacle nocturne El Sueño de Toledo (4 000 places), imaginé dans la veine de la Cinescénie ; une ferme du xviii e siècle animée par ses paysans ; et enfin, El Askar Andalusi,

campement maure qui vit au rythme de ses artisans d’art. À l’instar du Puy du Fou, une vingtaine d’auberges permettent aux visiteurs de se restaurer, à table ou à en emporter, quand 4 spectacles originaux les transportent au cœur des légendes espagnoles : El Ultimo Cantar, ou l’épopée du célèbre Cid Campeador sur une scène tournante (2053 places) ; Allende la Mar Oceana ou l’odyssée vers le Nouveau Monde à bord de la Santa Maria de Christophe Colomb (scène de plus de 2000 m²) ; A Pluma y Espada, un parcours aux côtés de l’auteur et bretteur Lope de Vega (1800 places) ; et Cetreria de Reyes, spectacle de fauconnerie à ciel ouvert (3000 spectateurs). Avec pour objectif d’atteindre 600000 visiteurs pour sa 1 re année d’exploitation – les conditions sanitaires imposant des jauges maximales – le parc qui aura nécessité un investissement de 183 millions d’euros, devrait s’agrandir encore d’ici 2028 en intégrant un centre de congrès dès 2025, tandis qu’aucun hôtel n’est prévu.

MEET AND TRAVEL MAG

Le Grand Palais a fermé ses portes pour entamer une gigantesque mue. En 2024, la Nef accueillera des compétitions olympiques et paralympiques quand l’ensemble du monument rouvrira au public au printemps 2025. Le Grand Palais éphémère sur le Champ de Mars prendra en attendant la relève. Le Centre International de Congrès de Jérusalem (ICC) devrait accueillir la conférence annuelle de la Société internationale de recherche sur les cannabinoïdes en juin 2021. Organisée en collaboration avec l’université hébraïque et le Jerusalem Conventions and Visitors Bureau, elle devrait attirer près de 800 chercheurs, médecins et scientifiques du monde entier. En public ou en virtuel, tout dépendra des restrictions appliquées par le ministère de la santé.

PORTO , C’ESTWOW

Imag i né pa r s on PDG Ad r i an Bridge et soutenu par le groupe partenaire The Fladgate (propriétaire d’importantes marques de vin de Porto, d’hôtels, de restaurants et d’entreprises distribution), WOW Porto (World Wine Por to) s’ impose depuis son ouverture en juillet 2020 comme le nouveau centre culturel de la ville de Porto. Situé au cœur du quartier historique de Vila Nova de Gaia, ce mégaprojet urbain de 35000 m² a investi

de of

d’anciens entrepôts de vin, entièrement rénovés et réaménagés, au sein d’une zone déclarée “projet d’intérêt national potentiel” par le gouvernement portugais. Promouvoir l’histoire, la tradition, le savoir-faire et l’avant-garde portugaise dans des domaines aussi différents que l’œnologie, la gastronomie, la mode, le design et les arts, tel est l’enjeu de ce complexe culturel, unique en son genre. Ainsi concentre-t-il 5 restaurants, pour certains privatisables, des bars, 6 musées expérientiels (histoire de la ville, vin, chocolat, liège, industrie textile et mode), des boutiques, une école du vin, une galerie d’artistes de 400 m² (de 50 à 400 personnes) et un espace évènementiel dédié avec une vue magnifique sur Porto (250 personnes) depuis ses baies vitrées ou sa terrasse (photo). D’autres espaces sont privatisables parmi la multitude de patios,

terrasses et cours couvertes que compte le site comme la Lemon Plaza (100 à 300 convives) ou le Patio du Porto Fashion and Fabric Museum (de 50 à 300 personnes). Parmi les plus grandes attractions touristiques lancées en Europe en 2020 – une gageure compte tenu de la situation pandémique – WOW Porto qui aura nécessité quelque 100 millions d’euros d’investissement, vient renforcer l’offre Mice de la 2 e ville portugaise.

NUMÉRO 63 | MAI - JUIN 2021

ECMEETINGS EVOWK LE VIRTUEL Pour affronter la situation difficile que subit la profession et pallier les restrictions de voyages, le DMC ECMEETING (représenté en France par SB Mice Consulting) a décidé d’innover tout en mettant à profit ses 20 ans d’expertise dans l’organisation de rencontres évènementielles. À la clef, le lancement d’Evowk (www.evowk. com/shift-to-virtual/), une plateforme qui se veut une solution tout-en-un pour la tenue de réunions, conférences, expositions, évènements hybrides et virtuels sur mesure. En associant une technologie innovante à une approche pratique et personnelle, cette solution digitale vise à transformer les évènements physiques en environnements virtuels entièrement personnalisables. Sécurisée, f lexible, facile

Plus de 25 ans après sa création et face à la crise sanitaire, Connections DMC Mauritius (Carré Destinations) a décidé de se réinventer en endossant une nouvelle identité et devenir HELLO ISLANDS MICE . Un nouveau départ pour ce dynamique réceptif qui conserve la même équipe et le même engagement professionnel. C’est parti pour coBALT ! Comme annoncé, la nouvelle agence réceptive opérant sur les pays baltes (Lettonie, Lituanie et Estonie) lancée par le collectif Tourisme for Good, est désormais opérationnelle. Aux manettes, Clément Leblond qui gère les opérations entre le bureau central basé à Tallinn (Estonie) et le bureau des ventes Europe de Prague.

d’utilisation, adaptée à tout type de manifestation privée ou publique, qu’il s’agisse d’un évènement gratuit, payant ou mixte, elle propose des outils de réseautage hautement interactifs et une analyse intégrée des données pour un retour sur investissement accru. Grâce à une technologie puissante, Evowk a été conçue pour accueillir de manière transparente des évènements multisessions à grande échelle, de toute taille et pour une portée illimitée et mondiale des participants. LODGE ATTITUDE PLUS VERT À MINORQUE

Implantée depuis août 2020 sur Minorque, l’agence réceptive française Menorca Island by Lodge Attitude s’est engagée auprès de la fondation “Menorca Preservation” dont les actions se concentrent sur la conservation marine, la préservation des terres et l’énergie durable. Le DMC qui élabore des concepts de voyage basés sur un tourisme responsable, durable et solidaire, entend ainsi contribuer à cet élan d’écoresponsabilité locale selon 2 axes majeurs : l’éthique qui s’appuie notamment sur une collaboration avec les prestataires et partenaires labellisés par la fondation, sur la mise en place d’échanges durables des entreprises françaises envers Minorque ; puis, l’implication, concrète, via une compensation carbone des vols convertie en don de 10 euros par voyageur pour chaque voyage réalisé et le développement du bénévolat de l’agence sur des missions

DMC

20

éco-responsables locales. À travers ce partenariat, le DMC propose de mettre les porteurs de projets locaux et les acteurs/voyageurs au cœur de l’immersion minorquine, de faire vivre une expérience humaine riche de valeurs, de partage et d’implication selon un fil conducteur en lien avec les objectifs des clients. UNE IMMERSIONAVEC NACARA

En parallèle de ses activités, le DMC français Nacara vient de lancer une nouvelle marque, Sinopiæ, pour un nouveau produit à destination des agences et de leurs clients actuellement empêchés de voyager : un film sur-mesure réalisé par des professionnels. D’une durée de 5 min en format 360° et en 3D, ce film qui se visionne avec un casque de réalité virtuelle ou sur un écran, immerge littéralement le spectateur dans la destination, Paris en l’occurrence, où il peut se projeter comme s’il y était selon différentes séquences bien rythmées : un chauffeur l’embarque à bord d’une 2CV, avant d’enfourcher une trottinette ou un vélo électrique sur les berges du canal Saint-Martin, puis séance de pétanque à Montmartre, pause-café en terrasse, etc. Customisable à l’envi selon les thématiques choisies (architecture, cliché, chic & trendy, green, etc.) et les clients visés (choix de la langue et voix off par exemple), ce film répond à la créativité des agences et peut aisément s’intégrer dans leur

panel de services : en introduction d’une conférence voire d’un cocktail où un chef ou un sommelier de renom peuvent créer un happening, en teaser incentive avant l’arrivée à destination, etc. Cette expérience immersive peut se décliner sur d’autres destinations hexagonales : intégrer par exemple des séquences hors Paris, comme une dégustation d’huîtres au bassin d’Arcachon après une visite des lieux phares de la capitale.

MEET AND TRAVEL MAG

Made with FlippingBook - professional solution for displaying marketing and sales documents online