MeeT and TRaVeL MaG n°65 - septembre-octobre 2021

palais congrès PAR NATHALIE COSTA

des

LA REMONTADA

P our beaucoup, les palais et centres de congrès de l’Hexagone ont rouvert leurs portes en septembre dernier dès que le feu est passé au vert. Pour autant, les équipes sont sur le pied de guerre depuis le mois de mai, organisation et commercialisation obligent. Car, entre les reports, les annulations, les évènements récurrents et les nouvelles manifestations venues se greffer sur un agenda déjà fort rempli, il a fallu négocier, user de flexibilité et préparer 2022 voire les années suivantes. Depuis cette rentrée, vierge toutefois d’évènements internationaux, du moins en 100 % « présentiel », il apparaît que sur les mêmes salons, par exemple, si le nombre de visiteurs est aussi élevé, voire plus qu’en 2019, malgré une baisse significative du nombre d’exposants, ce visitorat présente un engagement business bien plus important, avec en prime le retour des Européens. Car il n’y a pas encore de participants venus des territoires américains ou asiatiques au vu des contraintes sanitaires qui fluctuent – entre le classement rouge, orange ou vert mis en place par les autorités –, limitant ainsi les accès et des conditions d’attribution de visas pour les ressortissants de certains pays. Cette crise sanitaire aura au moins eu le mérite de susciter la réflexion sur les manifestations de « demain » et sur les équipements qui les accueillent. Ainsi le gigantisme des salons ne semble plus de mise quand le contenu et l’offre apparaissent désormais comme essentiels, répondant aux besoins des visiteurs et des exposants. Quid de la digitalisation qui a préoccupé bon nombre de sites ? Si elle ne peut en aucun cas supplanter le « présentiel », elle s’impose davantage comme une valeur ajoutée laquelle, en amont et en aval de la manifestation, permet de partager du contenu, de renforcer la valeur de l’évènement, de faire vivre sa communauté, et de toucher des cibles différentes empêchées de se déplacer. Repenser les formats des évènements implique également de repenser les sites et leur environnement direct : outre l’accès, primordial, l’accompagnement du visiteur doit sans cesse s’améliorer in situ dans un esprit « business friendly », avec des moyens de connexions high tech, mais également autour d’offres élargies à proximité immédiate pour rendre les expériences le plus agréable et facile possible (offre hôtelière diversifiée par exemple). Autant d’investissements nécessaires pour gagner en attractivité que des subventions pourraient d’ailleurs accélérer, en termes de promotion à l’international et de recrutements d’exposants notamment. Ce que déjà quelques destinations ont assimilé, faisant de l’industrie du Mice un axe stratégique de développement économique. Les palais des congrès sont en pleine effervescence depuis mai dernier, car la reprise est là, et, bonne nouvelle, plus rapide qu’espérée. En dépit de quelques freins qui subsistent encore, l’appétence à se retrouver et le besoin d’échanger en « présentiel » priment qu’il s’agisse de salons, de foires, de congrès, de conventions d’entreprises ou de tout autre manifestation professionnelle.

PaLaiS DeS CoNGRèS

64

MEET AND TRAVEL MAG

Made with FlippingBook - Online magazine maker