MeeT and TRaVeL MaG n°65 - septembre-octobre 2021

EMMANUEL DUPART DIRECTEUR DÉLÉGUÉ DE FRANCE CONGRÈS ET ÉVÉNEMENTS Propos recueillis par Nathalie Costa

M&T – Quel est le bilan que vous pouvez aujourd’hui dresser sur le segment des congrès et salons en France ? La dynamique constatée depuis septembre est due principalement au jeu des reports, mais au-delà de l’activité très soutenue créée par ce différé, la part de demandes entrantes est en augmentation et c’est de bon augure pour 2022, déjà bien engagé, mais surtout pour 2023 et au-delà. Reste qu’au-delà du nombre d’évènements accueillis, il faut suivre avec attention les évolutions structurelles qui se dessinent comme la part de participants in situ vs celle des participants en ligne quand le live streaming est proposé, le taux d’occupation des infrastructures, le chiffre d’affaires par m², les retombées indirectes sur la chaîne d’accueil, etc. Nous faisons évoluer rapidement nos grilles de lecture d’autant que cette reprise, d’une certaine façon en trompe l’œil, met en évidence une évolution accélérée des comportements, et par conséquent des modèles économiques qui avaient cours avant la crise sanitaire. M&T – Quelles sont, le cas échéant, les inquiétudes qui perdurent ? I l impor te sur tout de transformer les formes d’inquiétudes en opportunités sur la durée, et ça n’est pas qu’une formule. L’étude prospective Mice 2025*, que nous co-produisons avec la Banque des

Territoires et Accor, nous alerte sur l’impact économique de nos activités – orienté à la baisse à 3-4 ans – si nous ne mettons pas en place des mesures et actions rapides dans les domaines suivants : l’observation avec de nouveaux indicateurs de performance, l’attractivité de nos destinations, l’adaptation des équipements aux nouvelles attentes,

l’accélération des dynamiques d’innovation, la coopération entre les acteurs de la filière et le développement du référentiel « Destination Innovante Durable » avec tous les enjeux RSE que celui-ci couvre. France Congrès et Evénements va prendre sa part dans la mise en œuvre de ce plan d’actions en transformant la démarche informelle Innov & Tech en dispositif dédié au futur des villes et des évènements, avec des partenaires et des ressources dédiés. De façon concomitante, et avec les principales organisations professionnelles, nous avons demandé au Gouvernement de bien vouloir adopter certains dispositifs et/ou financer certaines actions afin de conforter et accélérer la reprise, et permettre à la filière de se transformer à court/ moyen terme. Nous avons besoin d’un engagement fort de l’État, à la hauteur des difficultés subies par la filière et les villes de congrès et d’évènements (fermetures administratives, fermeture des frontières…).

* Étude Mice 2025 réalisée par le cabinet Nova Consulting (octobre 2021).

NUMÉRO 65 | NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2021

Made with FlippingBook - Online magazine maker