Produire mon électricité solaire

PRODUIRE MON ELECTRICITE SOLAIRE UNE OPPORTUNITÉ À SAISIR ! LIVRE BLANC

1

EDITO

Le Crédit Agricole Centre-est, banque de l’environnement, et Compagnie nationale du Rhône (CNR), acteur engagé de la transition énergétique, se retrouvent régulièrement sur des projets de territoire. Des expériences terrain de chacun a émergé le besoin de rédiger un document répondant aux premières questions qui se posent quand on a envie de mettre des panneaux solaires sur son exploitation ou sur le foncier de son entreprise.

E. A. : Je suis fière de voir la concrétisation de cette mission. CNR, concessionnaire du fleuve Rhône, observe chaque jour les effets du changement climatique. Il est urgent de développer d’autres énergies renouvelables et le potentiel solaire de notre région est incroyable. En tant que dirigeante d’entreprise, il est de ma responsabilité R. A. : Tous nos clients se posent des questions et les premières d’entre elles sont des questions de compréhension. Le marché électrique, le déroulement d’un projet solaire sont perçus comme complexes et peuvent dissuader les bonnes volontés. Ce livret a pour ambition de vulgariser la production d’électricité solaire, pour que l’énergie devienne enfin un levier de performance. E. A. : Je suis convaincue que la portée de ce document ne serait pas la même si CNR en était le seul auteur. La complémentarité avec le Crédit Agricole, acteur coopératif et tiers de confiance sur son territoire, et une association historique dans le solaire, Hespul, confère à ce livre blanc un caractère d’intérêt général. R. A. : Accompagner la transformation du modèle économique des entreprises, des PME et des agriculteurs, en intégrant les réponses aux défis climatiques est un devoir. Mis à disposition gratuitement de nos clients pour éclairer leur choix, ce livre blanc est la preuve de l’engagement concret de deux acteurs reconnus territorialement que sont le Crédit Agricole Centre-est et CNR. de mettre à la portée de chacun notre expertise pour que les freins au développement du solaire disparaissent.

Élisabeth Ayrault Présidente directrice générale de CNR

Raphaël Appert Directeur général du Crédit Agricole Centre-est

2

Considéré il y a peu comme une source d’énergie hors de prix et sans avenir, le photovoltaïque a gagné ses lettres de noblesse grâce à une baisse des coûts spectaculaire : tout le monde s’accorde désormais pour voir en lui le premier moyen de production d’électricité de l’humanité dès les prochaines décennies. Ce n’est pas une raison pour attendre! Abordable dès aujourd’hui dans des conditions acceptables de rentabilité grâce aux dispositifs de soutien mis en place par l’État, il offre aux entreprises et aux exploitants agricoles la possibilité de valoriser leurs toitures bien exposées et de disposer d’une source de revenu complémentaire tout en faisant «un geste pour la planète». Fruit d’un partenariat original entre un opérateur énergétique ancré depuis toujours dans son territoire, une banque régionale tournée vers ses territoires et une association pionnière de la transition énergétique et écologique, le présent guide a pour vocation de rendre accessible au monde de l’entreprise le retour d’expérience accumulé depuis le tout premier raccordement au réseau d’une installation photovoltaïque

en France – en 1992 dans le département de l’Ain. Nul doute que cette contribution sera utile à beaucoup, tant il est vrai que si la technologie photovoltaïque est d’une extraordinaire simplicité et d’une grande fiabilité

de fonctionnement, nombre de pièges de toutes natures sont tendus au novice qui souhaite se lancer dans cette belle aventure. Ce guide évitera le cauchemar d’être mal conseillé dans un environnement technique, économique et juridique d’une grande complexité. Un grand merci à nos partenaires de nous offrir une nouvelle opportunité d’agir concrètement au service de nos concitoyens dans une perspective d’intérêt général!

Marc Jedliczka, fondateur et actuel directeur général de l’association Hespul

SOMMAIRE 01 I LE PHOTOVOLTAÏQUE À PORTÉE DE TOUTES LES ENTREPRISES ............. 04 02 I LE PHOTOVOLTAÏQUE, C’EST QUOI? ...................................................................................................... 07 03 I LES CONDITIONS DE RACCORDEMENT AU RÉSEAU .......................................................... 11 04 I MODÈLES ÉCONOMIQUES, FAITES LES BONS CHOIX ...................................................... 12 05 I LES PARTENAIRES DU PROJET PHOTOVOLTAÏQUE .......................................................... 14 06 I LES CONDITIONS D’EXPLOITATION .......................................................................................................... 18 I S’INFORMER – SE FAIRE ACCOMPAGNER ...................................................................................... 19

3

01 LE PHOTOVOLTAÏQUE À PORTÉE DE TOUTES LES ENTREPRISES

à l’indépendanceénergé- tique de votre entreprise et de votre territoire; à réduire les gaz à effet de serre (GES) – princi- pale cause de réchauf- fement climatique – de votre entreprise et de la planète.

01.1 UN ENGAGEMENT CITOYEN

Produire de l’électricité solaire est une opportu- nité pour bénéficier dès à présent d’un revenu complémentaire ou d’éco- nomies sur sa facture et pour réduire son impact environnemental.

Participez, directement ou indirectement, à un projet photovoltaïquepourcontri- buer : à stabiliser votre prix de l’électricité dans la durée; aux engagements RSE de votre entreprise et de vos collaborateurs qui partagent vos valeurs fédératrices; au bien-être de vos salariés, partenaires et clients en les proté- geant des intempéries ou de la chaleur – via des ombrières de parking, des brise-soleil...;

Je suis devenu producteur d’électricité solaire en faisant installer des panneaux sur trois toitures, puis des ombrières photovoltaïques de parking. Aujourd’hui, je propose du tiers investissement à des entreprises ou à des agriculteurs qui possèdent des toitures bien exposées, mais qui n’ont pas lesmoyens d’investir. Pour moi, un toit, ça sert à protéger, mais aussi à produire de l’énergie propre. Quel dommage de ne pas l’équiper quand il présente des dispositions favorables ! C’est non seulement la garantie d’un complément de revenu, mais cela permet aussi de contribuer à l’effort collectif de production d’électricité renouvelable.

Bruno O., producteur d’électricité

4

Une performance énergé- tique en amélioration constante Rendements : hausse de plus de 50%en dix ans; Temps de retour énergé- tique : inférieur à trois ans en France; Productiondans ladurée : 80% des performances initiales maintenues au bout de trente ans;

Un taux de recyclage supérieur à 90% : • le recyclage des panneaux est organisé et financé dès leur fabrication; • enFrance, PVCyclegère la collecte et le recyclage des panneaux usagés et a créé la première usine indus- trielle en la matière à Rousset (13).

01.2 UNE TECHNOLOGIE FIABLE ET VERTUEUSE

L’effet photovoltaïque est découvert en 1839 par Antoine Becquerel. Il faut attendre le développement spatial dans les années 1960 pour voir la construction du premierpanneausolaireet le démarrage de la filière grâce à cette application de pointe. Sur terre, l’utilisation de cette technologie s’est foca- lisée sur les sites «isolés » (sans accès au réseau), avant de s’étendre à des configurations raccordées au réseau. La filière a ainsi pu prendre part de façon active au mix énergétique.

Énergie propre, renouvelable et abondante, le solaire photovoltaïque est une technologie simple et fiable, qui offre de bonnes performances et permet une production prévisible et locale.

Verre Le verre est unmatériau recyclable à 100% . Il représente 75% de la composi ion du panneau.

Plas iques Ils peuvent être transformés en granules ou servir à produire de l’énergie.

DANSUN PANNEAU SOLAIRE,

Cadre en aluminium L’aluminium est recyclable à l’inini.

Cellule photovoltaïque C’est le composant électronique qui produit l’électricité. Principalement à base de silicium, elle est réu ilisable jusqu’à 4 fois.

LETAUXDE RECYCLAGE ESTSUPÉRIEUR À90%

Conducteurs Ils sont en aluminium, en argent ou en cuivre et peuvent être réu ilisés.

5

des appels d’offres, pour les moyennes et grandes installationssurbâtiment, ombrière ou au sol. La loi de transition éner- gétique pour la croissance verte (LTEPCV) et les programmations plurian- nuelles de l’énergie (PPE) ont réaffirmé la part néces- saire du photovoltaïque dans le mix énergétique français et le soutien de l’État à cette énergie. Une énergie de plus en plus compétitive. Au plan mondial, progrès technolo- gique et développement de masse du photovoltaïque ont contribué à : augmenter la production d’une installation photo- voltaïque (kWh) à puis- sance unitaire constante;

faire baisser fortement le prix d’investissement (euros) d’une installation photovoltaïque. Résultat : un coût de pro- duction photovoltaïque (€/kWh) de plus en plus faible et compétitif par rap- port aux prix de l’électricité sur les marchés (prix de gros), et des prix payés par les consommateurs (prix au détail), nécessitant de moins en moins d’aides financières de la part de l’État et encourageant de plus en plus l’autoconsom- mationou laventeàuntiers (sur les marchés ou par contrat de gré à gré).

01.3 UN PRIX COMPÉTITIF SUR LE MARCHÉ DE L’ÉNERGIE

Les dispositifs de sou- tien de l’État. Au début des années 2000, l’État encou- rage le développement du photovoltaïque, énergie vertueuse. Il fixe des tarifs d’achat, ajustés au gré de la baisse spectaculaire des coûts – avec toutefois des évolutionssoudainesetpar- foismalmaîtrisées. Depuis2010, différentsdis- positifsontétémisenplace, en fonction des niveaux de puissance et des modes d’implantation : un guichet ouvert avec tarifs publics d’achat, pour les petites et moyennes installations sur bâtiment et ombrière;

COÛT ACTUALISÉ DE PRODUCTION PHOTOVOLTAÏQUE PRIX AU DÉTAIL DE L’ÉLECTRICITÉ PRIX DE MARCHÉ DE L’ÉLECTRICITÉ TARIFS D’ACHAT DES DISPOSITIFS DE SOUTIEN

€/kWh

ÉVOLUTION DES COÛTS DE PRODUCTION, DISPOSITIFS DE SOUTIEN, PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ

I 2040

I 1990

I 2000

I 2010

I 2020

I 2030

6

02 LE PHOTOVOLTAÏQUE, C’EST QUOI ?

Les panneaux reposent sur une structure, orientée et inclinée de manière fa- vorable à l'ensoleillement, qui porte le poids de l’ins- tallation et les maintient face aux contraintes en- vironnementales (comme le vent). Les câbles élec- triques relient panneaux,

onduleurs et les différents composants de sécuri- té électrique (disjonc- teurs, fusibles, para- foudres, interrupteurs…). L’installation inclut un système de supervision pour suivre et optimiser le bon fonctionnement de l’ensemble.

02.1 TROIS COMPOSANTS PRINCIPAUX

1 Le panneau : il est issu de l’assemblage de cellules photovoltaïques, protégées dans un «sandwich» en verreet enplastique. Leplus souvent fabriquées à par- tir de silicium, les cellules génèrent uncourant continu dès qu’elles sont exposées à la lumière. 2 L’onduleu r : il convertit le courant continu en courant alternatif,identiqueàceluidu réseau.Encasdecoupuredu réseau, l’onduleur arrête la productionpourprotégerles personnesintervenantsurle réseau électrique. 3 Le réseau : qu’il s’agisse du circuit interne du site ou duréseaupublicdedistribu- tion, il permet d’acheminer la production vers un point de consommation. L’inter- face avec le réseau public se matérialise par le point de livraison et les compteurs.

1 Lespanneaux

2 L’onduleur

3 Leréseauélectrique

DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES AURÉSEAU ÉLECTRIQUE

7

02.2 DE LA SURFACE (m²) À LA PUISSANCE CRÊTE (kWc)

Trèsmodulaires–dusol au bâtiment enpassantpar les ombrières de parking –, les panneaux photovoltaïques offrent de nombreuses solutions d’implantation. Implantations sur bâti- ment : système intégré dans le plan de la toiture ou surimposé à l’enveloppe d’un bâtiment (au-dessus des tuiles, du bac acier ou sur châssis sur une toi- ture-terrasse), une atten- tion particulière doit être portéeà lacapacitédubâti- ment à supporter l’instal- lation, qui pèse entre 15 et 20 kg/m 2 , et au maintien de l’étanchéité. Il est pos- sible également d’associer lephotovoltaïqueàd’autres fonctionnalitésdubâtiment (brise-soleil, garde-corps, verrière, bardage, etc.). S’il n’y a pas de surface minimale à installer, il est généralement plus avan- tageux - d’un point de vue économique - de s’orienter vers des installations attei- gnant le plafond des seuils de puissance des tarifs d’achat et appels d’offres.

Implantations en ombrière et au sol  : pour les autres modes d’implantation (ombrière, au sol), les frais incompressibles de déve- loppement et d’étude nécessitent des surfaces minimales disponibles afin d’atteindre des puissances suffisantes : parc au sol : surface mini- malede2hectareséquiva- lente à 1,5MW; ombrière de parking : 50 places minimum équivalentes à 100 kWc; serre photovoltaïque : sur- face minimale de 700 m, équivalente à 100 kWc.

En milieu rural, les pro- duits innovants en agri- voltaïsme permettent de conjuguermaîtrisedel’om- brage des cultures et pro- duction d’électricité.

8

Sur toiture

Bardage

Garde-corps

Verrière

Ombrière de parking

Toit-terrasse

Brise-soleil

Membrane

Intégra ion

Surimposi ion

Baie et allège

Tuiles solaires

LEPHOTOVOLTAÏQUE PEUTS’ADAPTER ÀTOUTTYPE D’IMPLANTATION ENMILIEUURBAIN. 100 kWc représentent environ 1 000m 2 de surfacede toiture : unpeumoins en toiture

inclinée, unpeuplus en toiture-terrasse.

9

02.3 DE LA PUISSANCE CRÊTE (kWc) À

LA PRODUCTION (kWh)

CARTE DE PRODUCTION ANNUELLE MAXIMALE PAR kWc INSTALLÉ (kWh/kWc). Enmoyenne, en France métropolitaine, une puissance de 100 kWc correspond à 120 000 kWh/an.

La capacité de produc- tion d’une installation est déterminée par : sa puissance en kWc; sa localisation géogra- phique; l’orientationet l’inclinai- son des panneaux; la présence éventuelle d ’ omb r e s p o r t é e s (masques). Lapuissancecrête(kWc)dé- finit la puissance électrique des panneaux photovol- taïques dans des conditions de test standards (STC) afin decomparer lacapacitéd’un panneauàunautre. Ellecor- respond en France métro-

900 à 1125 kWh/kWc 1150 à 1200 kWh/kWc 1200 à 1350kWh/kWc 1350 à 1500kWh/kWc

Plus un panneau est bien orienté(sud),bienincliné(30°) et bien situé (environnement dégagé,ensoleilléettempéré), plus il est productif.

politaine à une puissance rarement atteinte. La carte de production in- dique la production estimée parkWc, pourdespanneaux à l’inclinaison et l’orientation les plus favorables, c’est-à- dire pleinSud à 30°.

UNE ORIENTATION EST OU OUEST PEUT FAIRE BAISSER LA PRODUCTION DE 15%. Pour autant, ces projets ne sont pas à rejeter d’emblée, car ils peuvent répondre à des enjeux autres que des critères économiques, comme le respect d’engagements environnementaux ou réglementaires et l’optimisation de la surface ou de l’autoconsommation.

10

03

LES CONDITIONS DE RACCORDEMENT AU RÉSEAU

L’étude de raccordement se basesurlapuissancedepro- duction injectéeauréseau.

Pour les puissances ≥ 250 kVA raccordées au réseau moyenne tension : leraccordementdevientun poste important enmatière d’études, d’investisse- ments et de délais.

03.3 EN CAS

D’AUTOCONSOMMATION TOTALE (SANS INJECTION)

Les démarches sont sim- plifiées (la déclaration reste obligatoire) et les coûts en général faibles, voire nuls.

03.1 EN CAS D’INJECTION DE LA TOTALITÉ

Pour les puissances ≤ 36 kVA , raccordées au réseau basse tension (BT) : les procédures et coûts (horszonerurale)sontsim- plifiés, enrèglegénérale. Pour les puissances de 36 à 250 kVA : des travaux plus importants peuvent être nécessaires (création oumodificationdupostede transformationoudelignes).

03.2 EN CAS D’INJECTION DU SURPLUS

En zone rurale, en cas de sites raccordésenboutdeligne,lescoûts de raccordement peuvent être un poste d’investissement important, voire rédhibitoire. Le gestionnaire de réseau Enedis met à disposition sur les espaces clients un simulateur de raccorde- ment pour évaluer les puissances sans contraintes.

Les procédures et coûts sont simplifiéspar rapportà l’injectionde la totalitédans la mesure où le dispositif de comptage est mutualisé entre laconsommationet la production.

Panneaux

LES INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES SE RACCORDENT

Postedetransforma ionde basseàmoyennetension

DIRECTEMENT SUR LES LIGNES

Pointde livraison etcompteur

DU RÉSEAU PUBLIC OU VIA UN POSTE DE TRANSFORMATION.

Onduleur

11

04 MODÈLES ÉCONOMIQUES, FAITES LES BONS CHOIX

d’électricité du site, etc. D’autre part, selon les dis- positifs de soutien mis en place. Vendre la totalité de la production Vente au tarif d’achat fixé par l’État – installations jusqu’à 100 kWc sur bâti- ment, serre et ombrière. Vente à un prix d’achat fixé par le candidat-lau- réat selon l’appel d’offres –installationssupérieures à 100 kWc sur bâtiment,

serreet ombrière, et supé- rieures à 500 kWc au sol. Vendre le surplus ou auto- consommer toute la pro- duction Économies de facture au prix d’électricité du site sur la part autoconsom- mée, vente du surplus au tarif d’achat fixé par l’État et bénéfice d’une prime à l’investissement – instal- lations jusqu’à 100 kWc sur bâtiment, serre et ombrière.

04.1 VENTE OU

AUTOCONSOMMATION DE L’ÉLECTRICITÉ PRODUITE

Il est possible de vendre toute sa production ou de vendre juste le surplus, voire d’autoconsommer sur place toute l’électricité produite. Comment faire ce choix ? D’unepart,selonlaconfigu- ration du site : puissance, mode d’implantation, pro- fil de consommation, prix

Le surplus de produc ion est injecté sur le réseau public INJECTION 20 000 kWh/an SOUTIRAGE 500000 kWh/an Le complément de consomma ion est sou iré du réseau public

La produc ion consomméesur place (autoconsomma ion) transite par le réseau interne 100 000 kWh/an

Compteur

LES kWh PRODUITS PEUVENT ÊTRE INJECTÉS AU RÉSEAU PUBLIC DEDISTRIBUTION OU ÊTRE AUTOCONSOMMÉS

CONSOMMATION 600 000 kWh/an

PRODUCTION 120000 kWh/an

12

Elle sera surtout intéres- sante quand : la production photovol- taïque peut être absorbée (autoconsommée) de 80 à 100 % par les besoins du site; la consommation peut être couverte (autopro- duite) aumoins à 10%par l’électricité produite sur place. L’autoconsommation se comptabiliseen temps réel. Il est donc nécessaire de veiller toute l’année à ce qu’en période de forte pro- duction (heures solaires), la consommation soit suf- fisante. L’analyse des don- nées de consommation en point 10 ou 30 minutes est recommandée.

Économies de facture au prix d’électricité du site sur la part autoconsom- mée, vente du surplus à un prix négocié avec un tiersetbénéficed’uncom- plément de rémunération fixé par le candidat-lau- réat de l’appel d’offres «autoconsommation» – installationsde 100kWc à 1MWc sur bâtiment, serre et ombrière. De quoi parle-t-on? C’est la consommation, directe- ment sur place, sans tran- siter par le réseaupublic, de l’énergie produite par l’ins- tallation photovoltaïque. Dans certains cas, c’est une opportunité. Les écono- mies réalisées sur la fac- ture d’électricité assurent alors la rentabilité de l’ins- tallation. 04.2 AUTOCONSOMMATION ET ÉCONOMIES SUR LA FACTURE D’ÉLECTRICITÉ

Je suis éleveur de porcs. L’énergie a une part de plus en plus importante dansmon coût d’exploitation : chaque année, je subis une hausse du prix de l’électricité. Pour en limiter l’impact, j’ai fait installer trois trackers solaires. C’est une démarche avant tout économique. Elleme permet demaîtriser le coût demon électricité sur le long terme. L’objectif, c’est de produire 20% dema consommation. Je peux suivre celle-ci sur un logiciel, ainsi que ma production d’énergie solaire : celame permet de mettre en place des process

pour maximiser mon autoconsommation.

Daniel B., éleveur

Facture d’énergie = Facture unique comportant : - Fourniture d’énergie - Acheminement de l’énergie et taxes http://www.energie-info.fr/Comparateur-et-outils

Exemple d'un abonnement de puissance souscrite à 12 kVA et d'une consommation à l'année de 6,2 MWh

Acheminement et taxes : (tarif BT < 36kVA) Acheminement Composante de gestion (a) Composante de comptage (b) Composante de soutirage Part fixe : selon la puissance souscrite (c) Part variable : selon la consommation soutirée Taxes CSPE (= TICFE) : consommation soutirée 22,5€/MWh

Fourniture d'énergie : prix selon fournisseur

11,88 € 19,80 €

Décoder sa facture : les économies générées par l’autoconsommation se font sur la part variable de la facture (assise sur les kWh, hors abonne- ment).Toutdépendduprix d’électricitécontractualisé avec le fournisseur.

51,84 € 238,55 €

44 à 92 €/MWh HT Soit 1 000 à 1372 € au total

146,25 € 21,54 € 65,00 €

CTA : 27,4 % (a+b+c) TFCE (commune + dpt) : consommation soutirée X (ex : 10)€/MWh

13

05

LES PARTENAIRES DU PROJET PHOTOVOLTAÏQUE

Pour les projets supé- rieurs à 1 MW , faire ap- pel à un développeur photovoltaïque, maître d’ouvrage délégué . Après une évaluation de la faisa- bilité technico-économique du projet, il prend en charge les études et démarches préalables et peut porter le risque financier au cours de cette phase, mais aussi se charger de la sélection des entreprises. Tous les professionnels engagés dans la réalisa- tion de l’installation doivent disposer d’une assurance responsabilité civile. Si l’ins- tallation est réalisée sur un bâtiment (qu’elle soit inté- grée à l’enveloppe du bâti- ment ou posée sur celle-ci), il faut exiger une assurance responsabilitéciviledécen- nale (RCD).

05.1 LE CHOIX DE

05.2 LE CHOIX DES

L’INVESTISSEUR POUR LA MAÎTRISE D’OUVRAGE

PROFESSIONNELS POUR LA RÉALISATIONDE L’INSTALLATION

Selon les capacités d’in- vestissement en jeu et le souhait du propriétaire du site, un projet photovol- taïque peut être porté par : le propriétaire du site En investissant lui-même, il bénéficie directement des retombées liées à la vente de l’énergie pro- duite et/ou aux écono- mies de facture en cas d’autoconsommation;  un tiers investisseur Il peut faire bénéficier le propriétaire du site des retombées liées au pho- tovoltaïque via la location du terrain, de la toiture, du parking, le financement de tout ou partie de la ré- novation de la toiture ou encore la vente de kWh verts locaux à un prix maîtrisé et connusur plu- sieurs dizaines d’années.

Pour les projets simples, choisir un installateur possédant une qualifica- tion Qualibat, Qualifelec, Qualit’EnR , adaptée à la puissance d’installation. En cas de recours à un contractant, il importe qu’il ait le label Alliance qualité photovoltaïque (AQPV). Pourlesprojetsplusgrands ou plus complexes (ERT, ERP, IGH, projets architec- turaux…), choisir une assistance à maîtrise d’ou- vrage (AMO) ou un maître d’œuvre (MOE) . Il favori- sera l’aboutissement d’une installation pérenne et per- formante dans le temps, en étant qualifié bureau d’études «RGEÉtudes».

La validité de l’assurance peut être conditionnée à l’utilisationde procédés photovoltaïques qualifiés en technique courante oubénéficiant d’un avis technique (ATec) en liste verte. !

14

05.3 TIERS INVESTISSEMENT

Propriétaire foncier

BET*, AMO, développeur

Tiers investisseur

Installateur, mainteneur

Qui sont les tiers inves- tisseurs? Ce sont des entreprises qui investissent à la place du porteur de projet ou propriétaire foncier. Ils apportent en premier lieu le capital qui permet de développer le projet et qui servira ensuite à lever du financement pour le pro- jet (emprunt bancaire, par exemple). Les tiers investisseurs peuvent intervenir seuls, ou par une prise de partici- pationminoritaireoumajo- ritaire dans une société de projet . Leur présence apportera du capital (voire des compétences) qui ras- sure les financeurs, telsque lesbanques, quant à lasoli- dité du projet. Le fonds régional Oser est une société de capi- tal risque innovante qui intervient en prise de participation, sur des durées longues, dans des projets photovoltaïques de grande ampleur en Auvergne–Rhône-Alpes.

Évaluation de la faisabilité Avant de prendre contact avec un développeur ou un iers inves isseur, il faut avoir une idée de la faisabilité technico-économique du projet. Un professionnel, assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) peut vous aider à la fois dans l’étude de faisabilité et la sélec ion d’un inves isseur.

Sélection de l’investisseur et préparation de la mise à disposition du foncier

Rédac ion des projets de contrats ou des baux.

Conception technique et obtention des autorisations administratives L’inves isseur commande la concep ion technique et la réalisa ion des démarches d’urbanisme et de raccordement au réseau et, le cas échéant, candidate à un appel d’o€fres. Une candidature échouée peut être une condi ion suspensive du bail.

Travaux d’installation et de raccordement au réseau

Mise en service et exploitation L’inves isseur récep ionne l’installa ion et prévoit la surveillance quo idienne, la maintenance périodique et la ges ion administra ive.

*Bureaud'ÉtudesTechniques

15

ORDREDEGRANDEURD’UNE INSTALLATION DE 100 kWc POUR500M 2 DE TOITURE ENAUVERGNE-RHÔNE-ALPESNORD Investissement total : 110 k€ Emprunt : 110 k€ sur 15 ans Chiffre d'affaires net d'entretien : 8 k€équivalent au remboursement de l'emprunt Au-delà de la 15 e année : 8 k€de chiffre d'affaires et plus de remboursement

05.4 INVESTISSEMENT EN PROPRE

Partenaires juridiques et financiers (avocat, juriste, notaire, banquier, etc.)

Installateur, mainteneur

Propriétaire foncier investisseur

BET*, AMO, développeur

Conception technique et évaluation économique

Démarches administratives

Autorisa ion d’urbanisme : instruite par lamairie ou les services régionaux Votreprofessionnelréalise ladéclara ion préalableou lepermisdeconstruirepourunprojet surbâ iment(démarchesspéci iques pour les installa ionsclasséespour laprotec ion de l’environnement(ICPE) : lesdélaissont dequelquesmois.Pour lesparcsausoletcertaines ombrières, ilsélec ionne lespartenairespour laréalisa iondes étudesenvironnementales, l’enquête publiqueet ledépôtdupermisdeconstruire,ainsi quepour laconcerta ion locale : leprocessusestplus long,plusd’unan,a indegaran irletempsnécessaire auxétudesenvironnementalesetà laconcerta ion. Sécurisa ion du tarif Votre professionnel réalise la demande de raccordement pour un tarif d’achat ou une candidature à un appel d’o fres, selon la puissance, ou négocie un contrat de gré à gré pour l’achat de la produc ion.

Votreprofessionnel–un installateur, unbureaud’études(maîtred’oeuvre) ouunassistantàmaîtrised’ouvrage– selon lapuissancede l’installa ion, op imise leprojet,évalue lescoûts

et laproduc iona tendue de l’installa ion,enprenant encompte lestravauxannexes (études,renforcement decharpente,terrassement…) etvousaccompagnedans lavéri‰ica ionde lafaisabilité économique.

Pour des installa ions en complément de rémunéra ion, un contrat d’agréga ion pour la vente sur lemarché est négocié. Raccordement au réseau Demande de raccordement au réseau dans le cadre des appels d’o fres et réserva ion de capacité d’accueil du réseau.

Montage financier

Avecvotrepartenairebancaire,vousbâ issez votrepland’a‰faires,enprenantencompte lescoûtsd’études,deréalisa ionetd’exploita ion. Lorsque letarifestsécurisé,etaprès laconsulta ion desentreprises, leprêtbancaireestdéclenché.

*Bureaud'ÉtudesTechniques

16

Lorsque je reçois un client qui a un projet photovoltaïque,

nous reprenons ensemble son devis pour vérifier les postes suivants : panneaux, onduleurs et garanties associées. Dans un deuxième temps, nous travaillons sur le business plan. Sur la base de l’étude de l’installateur, nous vérifions le productible et le tarif d’achat pour valider le chiffre d’affaires. Ensuite, nous comptabilisons les charges d’exploitation : maintenance, assurance, tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité. C’est seulement dans un dernier temps que je mets ma casquette de conseillère financière pour parler de l’emprunt, qui dépend de la capacité de remboursement. Mon domaine viticole est doté de trois installations photovoltaïques. La première fonctionnait bien, alors, ça m’a donné envie d’en installer une deuxième, puis une troisième! En m’appuyant sur le système de suivi de production de l’onduleur, j’ai trouvé facilement un partenaire financier. Pour s’assurer du bon suivi de production, le Crédit Agricole et mon assurance m’ont demandé de souscrire à un contrat de maintenance et d’exploitation pour mon installation de grande puissance. En intervenant au plus tôt pour changer les éléments défectueux, j’ai pu minimiser les pertes à la suite d’un problème technique. Bénédicte R., conseillère financière

BET*, AMO, développeur OU Installateur, mainteneur, selon la puissance

Travaux

Réalisa iondestravaux d’installa ion

Passa iondesmarchés,detravaux etd’installa ion,éventuellement supervisésparunmaîtred’oeuvre. Sélec iondes intervenants, posede l’installa ionet dessystèmesdesurveillance/ monitoring.Contrôletechnique. Réalisa iondestravaux deraccordementauréseau. Lestravauxdureront dequelquessemainesà quelquesmois,selon lapuissance et letypedemiseenœuvre.

Mise en service et exploitation

À larécep ionetmiseenservice, vousprenezpossessionde l’installa ion etvous,ouvotreexploitant/mainteneur délégué,assure labonnesurveillance quo idienne, lamaintenancepériodiqueainsi que lafactura ionet lages ionadministra ive.

Xavier P., viticulteur

17

06 LES CONDITIONS D’EXPLOITATION

Lemontagedel’installation photovoltaïque peut sem- bler être la phase la plus importante. Mais c’est bien la production d’électricité qui rend le projet viable! L’exploitationd’unsystème photovoltaïque est dans l’ensemble simple, ce qui n’exclut pas de prendre les mesures nécessaires à son bon fonctionnement et de se faire accompagner.

Lesuivi peut se fairepardes outils de monitoring inté- grés ou non à l’onduleur, avec des alertes possibles en cas de sous-production par rapport aux prévisions.

tallation électrique régu- lièrement. Prévoir, dès les phasespréliminaires,l’accès physique,maisaussilesliai- sons électriques et Internet. Un parcours d’accès sécu- risépermettral’organisation de visites pédagogiques. Vos salariés et partenaires pourront ainsi témoignerde vos engagements concrets! Ilexisteégalementquelques opérations administratives (facturation de l’énergie, gestion du loyer et de la fiscalité si applicable, assu- rance, etc.).

06.2 PLANIFIER L’EXPLOITATION ET LA MAINTENANCE

La maintenance et une sur- veillance régulière sont à prévoir en amont du pro- jet avec un contrat d’ex- ploitation-maintenance conclu avec l’installateur ou un mainteneur ou prévu par le tiers investisseur. Les intervenants auront besoin d’accéder à la fois aux panneaux et à l’ins-

06.1 SUIVRE SA PRODUCTION

L’opération la plus simple et essentielle est le suivi de la production. Le photovol- taïque ne fait pas de bruit : l’oublier est vite arrivé!

Documenter les étapes du projet et réaliser une fiche pédagogique vous permettrad’intégrer l’installation dans vos communica- tions sur vos enga- gements RSE.

10 20 30 40 50 60 70 PUISSANCE (kW)

COURBES DE PRODUCTION MOYENNE JOURNALIÈRE

SELON LES SAISONS ET SUR UNE ANNÉE Cas d’une installation de 100kWc avec une production annuelle de 128000kWh.

0

5

10

15

20

24

HEURES

PRINTEMPS

ÉTÉ

ANNÉE

HIVER

AUTOMNE

18

S’INFORMER Le site www.photovoltaique.info , LA référence pour toute information sur le photovol- taïque : tarifs d’achat, appels d’offres, démarches administratives, fiscalité, montage de projet, conditions de raccordement et d’accès au réseau. L’outil en ligne pour évaluer son devis photovoltaïque et choisir entre vente de la totalité, vente du surplus ou autoconsom- Guides de recommandations à destination des porteurs de projet photovoltaïque. « Guide pour la réalisation de projets photovoltaïques en autoconsommation – Secteurs tertiaire, industriel et agricole ». « Photovoltaïque et collectivités territoriales : guide pour une approche de proximité». Leguide«Photovoltaïqueentoitureouparking»,disponiblepourlesadhérentsduPerifem (association des grandes enseignes de la distribution). SE FAIRE ACCOMPAGNER CONTACTERSONCONSEILLERÉNERGIE : Annuaire des chambres d’agriculture : chambres-agriculture.fr/chambres-dagriculture/ nous-connaitre/lannuaire-des-chambres-dagriculture Annuaire des chambres de métiers et de l’artisanat : www.artisanat.fr/reseau-des-cma/ un-reseau-de-proximite/annuaire-des-cma Annuaire des chambres de commerce et d’industrie : www.cci.fr/web/organisation-du- reseau/repertoire-national Apepha (association créée par des agriculteurs pour des producteurs d’électricité photovoltaïque professionnels) : apepha.fr mation totale : evaluer-mon-devis.photovoltaique.info Les guides de l’Ademe disponibles sur www.ademe.fr :

CONTACTERDES PROFESSIONNELS PHOTOVOLTAÏQUES : Annuaires des acteurs des énergies renou- velables (EnR) :

Annuaires des installateurs qualifiés : Qualibat : www.qualibat.com Qualifelec : www.qualifelec.fr Qualit’EnR : www.qualit-enr.org Contractants généraux certifiés AQPV : www.aqpv.fr Annuaires des bureaux d’études qualifiés «RGE études» : OPQIBI : www.opqibi.com I.Cert : www.icert.fr

Observ’ER, L’Observatoire des énergies renouvelables : www.energies-renouve- lables.org/annuaire_energies_renouve- lables.asp Syndicat des énergies renouvelables (SER) : www.acteurs-enr.fr CNR, développeur de grands projets EnR sur tout le territoire : www.cnr.tm.fr

CONTACTER DES ORGANISMES DE FINANCEMENT : Le Crédit Agricole, 1 er financeur des EnR sur ses territoires : www.ca-centrest.fr Le fonds régional Oser : enr-oser.fr/contact

19

METTEZ-VOUS ÀL’HEURE DUPHOTOVOLTAÏQUE!

L’objectif de ce livre blanc est clair : participer au développement de l’énergie photovoltaïque en France. Produire de l’énergie solaire, c’est bénéficier d’unemaîtrise sur les prix de l’énergie tout en contribuant à réduire les gaz à effet de serre (GES), cause principale du réchauffement climatique. Propre, devenue accessible grâce au soutien de l’État, cette énergie solaire est fiable, pour tout type de bâtiment. On peut même la vendre! Alors que la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est devenue stratégique, le photovoltaïque est à la fois une ambition fédé- ratrice pour ses clients, partenaires ou salariés, et une action concrète. Comment faire les bons choix pour mener un projet photovoltaïque? Voici les principaux éléments de réponse.

« Produire mon électricité solaire. Une opportunité à saisir! » est une publication du groupe Uni-médias, sur une initiative du Crédit Agricole Centre-est et de la CNR.

Éditeur Uni-médias SAS, siège social : 22, rue Letellier - 75015 Paris, 01 43 23 45 72

Actionnaire : Crédit Agricole SA Président : Bertrand Corbeau

Directeur de la publication : Nicole Derrien Responsable de la rédaction : Émilie Bergevin. Directeur artistique : Sébastien Chmiel Secrétaire de rédaction : Véronique Tran Vinh

Rédacteurs Hespul : Mélodie de l’Épine et Anne-Claire Faure Imprimeur : Azur Partner 17, allée du Clos des Charmes, ZAE Les Portes de la Forêt, 77090 Collégien –Marne-la-Vallée

ISBN 978-2-37762-037-1 Achevé d’imprimé et dépôt légal : mai 2019 Crédits photo : Adobe Stock, DR

Made with FlippingBook Online newsletter