MeeT and TRaVeL MaG N°76 janvier-fevrier 2024

Cette publication interactive est créée avec FlippingBook, service pour la diffusion des fichiers PDF en ligne. Pas besoin de télécharger, ni attendre. Ouvrez et commencez à lire immédiatement!

Panama Suède Hong-Kong Alsace Lorraine

JANVIER / FÉVRIER 2024

NuMéRo 73 NuMéRo 76

éDiTo L’évènementiel a plutôt bien tiré son épingle du jeu en 2023, le millésime devrait même figurer parmi les meilleurs de la dernière décennie, si l’on en croit les témoignages de nombreuses agences Mice et réceptives qui n’ont guère chômé jusqu’à la fin de l’année. Le constat est évidemment à géométrie variable en fonction de la typologie des opérations, plus favorable lorsqu’il s’est agi de séminaires, de conventions et de congrès, plus tendu lorsqu’il a concerné les voyages, surtout les périples au long cours dans le collimateur des défenseurs de l’environnement. L’autre enseignement de 2023, c’est l’impact finalement réduit qu’ont eu les crises internationales sur l’activité du secteur, avec une guerre en Ukraine reléguée au second plan après les tragiques évènements du 7 octobre en Israël et les opérations militaires à Gaza. Paradoxalement, la forte inflation des tarifs hôteliers et aériens constatés partout dans le monde a eu davantage de conséquences, obligeant les organisateurs d’évènements à faire des choix, beaucoup réduisant les prestations ou le nombre de participants. Une tendance que l’on devrait retrouver en 2024, une année de transition qui va heureusement chez nous être marquée par plusieurs grands évènements sportifs, au premier rang desquels les Jeux Olympiques et Para-Olympiques qui s’ouvriront à Paris le 26 juillet. Un évènement planétaire qui devrait attirer 15 millions de visiteurs (s’ils ne sont pas rebutés par l’envolée des prix de l’aérien et de l’hébergement, surtout à Paris) et générer pas mal de retombées pour les professionnels du secteur évènementiel, même si certains, à l’instar des traiteurs, n’ont à ce jour pas enregistré de réelles demandes directement liées à ce rendez-vous.

NuMéRo 76

Toute l’équipe de MeeT and TRaVeL MaG vous adresse ses meilleurs Vœux.

Michel Foraud

NUMÉRO 76 | JANVIER - FÉVRIER 2024

SoMMaiRe

ACTUALITÉS P.6 Horizons P.8 Transports P.10 Étoiles P.14 Espaces P.16 DMC P.18 Prestas P.20 Agences P.22 Mise en scène

P.26

P.24 Zoom Saint-Émilion

P.44

DESTINATIONS P.26 Panama P.44 Suède P.52 Hong-Kong P.56 Alsace Lorraine

P.52

P.56

NUMÉRO 76 | JANVIER - FÉVRIER 2024

Helmi Hassine est le nouveau Directeur Général de l’Office national du tourisme tunisien. Il était précédemment Vice Président Commercial de la compagnie Tunisair. La Suède n’est pas la Suisse, et inversement. Agacé que l’on confonde encore trop souvent les deux pays, l’Office du tourisme de Suède vient de lancer une grande campagne de communication destinée à mettre fin à cette confusion. Avec un message clair : « la Suède offre un luxe différent, le luxe d’une nature unique ». On attend la réponse de la Suisse. Carton plein pour la Croatie qui a accueilli près de 20 millions de visiteurs au cours des dix premiers mois de l’année 2023, soit une croissance de 9% par rapport à la même période de 2022. 570000 Français ont fréquenté le pays durant cette période, en progression de 8 % sur 2022. Le marché de l’incentive a encore de l’avenir si l’on se réfère à l’Incentive Travel Report 2023 que vient de dévoiler IBTMWorld. Le nombre de participants à des incentives aura ainsi progressé de 61 % entre 2019 et 2024. Et le secteur devrait représenter quelque 160 milliards d’euros de revenu à l’échelle internationale.

LOTFI MANSOUR DIRECTEUR EXÉCUTIF DU TUNISIA CONVENTION BUREAU.

M&T – Quel bilan faites-vous de la première édition du Tunisia MICE Day qui s’est déroulée à Hammamet ? Pour une structure qui vient de naitre comme le TCB, la tenue de cette journée, avec un salon (Tunisia MICE Market) et une soirée de gala (Tunisia MICE Awards), est en soi un résultat positif. On a pu créer un espace d’échange et de réseautage entre les professionnels tunisiens et aussi avec les invités européens. Nous avons accueilli quelque 250 personnes sur la matinée et autant pendant la soirée, ce qui est très satisfaisant pour un segment pointu comme le MICE. Cela nous autorise à être plus ambitieux pour la seconde édition en novembre 2024. M&T – Prévoyez-vous de renforcer la participation des agences évènementielles européennes, notamment françaises, lesquelles étaient étonnement absentes lors de cete première édition ? Nous voulions accueillir 25 agences européennes des principaux marchés à raison de 5 DMC par marché. Les Allemands, Suisses et Italiens ont répondu présents, pas les Français. Peut-être que nous n’étions pas assez convaincants. Nous comptons nous rattraper l’édition prochaine en doublant notre objectif, soit 50 DMC européens en plus des journalistes. M&T – Au moment où se déroulait le Mice Day, Transavia a lancé 2 vols hebdomadaires entre Paris et Tozeur. Une bonne nouvelle pour les professionnels du Mice ? Absolument, notamment pour les incentives. Le TCB travaillera avec ses membres pour le maintien de cette ligne et, pourquoi pas, le développement de ses fréquences.

REBOND SPECTACULAIRE DU TOURISME Le tourisme international s’est presque complètement remis

HoRiZoNS

6

de la crise de la covid-19 selon les dernières données publiées par l’organisation mondiale du Tourisme (l’OMT). 975 millions de visiteurs internationaux ont été comptabilisés entre janvier et septembre dans le monde, soit une hausse de 38 % par rapport à la même période de 2022. Des résultats spectaculaires qui ont permis aux arrivées d’atteindre 87% des niveaux d’avant pandémie, un chiffre qui devrait dépasser 90% pour l’ensemble de l’année 2023. Évidemment, cette envolée du tourisme international a un impact fort sur les recettes du secteur qui devraient frôler 1 400 milliards de dollars, pas très loin des 1 500 milliards enregistrés en 2019, année de référence. Par zone, le Moyen Orient continue d’être en tête

de la reprise avec des arrivées supérieures de 20 % aux niveaux d’avant la pandémie, tandis que l’Europe, la plus grande région de destination touristique au monde, a accueilli 550 millions de touristes internationaux sur cette période (c’est 56% du total mondial), soit 94 % des niveaux d’avant la crise. L’Afrique a de son côté récupéré 92 % de ses visiteurs, suivie du continent américain à 88 %. Enfin, c’est en Asie-Pacifique que les scores sont les plus faibles avec une reprise qui atteint péniblement 62 % des niveaux de pré-crise, 50 % même en Asie du Nord.

AGENDA DES SALONS FITUR 24-28 JANVIER PARC DES EXPOS DE MADRID PURE MEETINGS & EVENTS FRANCE 25 JANVIER PARIS PAVILLON DAUPHINE ITB BERLIN 5-7 MARS MESSE BERLIN

HEAVENTS MEETINGS CANNES 28-30 MARS PALAIS DES FESTIVALS ET DES CONGRÈS ATM 6-9 MAI DUBAI INTERNATIONAL CONVENTION&EXHIBITIONCENTRE IMEX 14-16 MAI MESSE FRANCFORT

MEET AND TRAVEL MAG

Chez Ethiopian Airlines, Mesfin Biru remplace Aman Wole à la direction France. Il arrive alors que la compagnie vient de passer commande de 84 appareils pour la bagatelle de Singapore Airlines opère 2 vols quotidiens au départ de Paris CDG vers la Cité du Lion. Air France assure pour sa part 11 vols hebdomadaires vers la Cité du Lion. À Roissy-CDG, Etihad Airways opère désormais ses vols au départ du terminal 2 F et ses vols d’arrivée du terminal 2E. Pour sa saison estivale 2025, Star Clippers va proposer des croisières au départ de Nice, en complément de celles opérées depuis Cannes. C’est le Star Flyer, un élégant trois mâts de 83 cabines doubles qui assurera les liaisons vers la Corse, l’Île d’Elbe, la Sardaigne avant une ultime escale à Portofino. Le gouvernement néerlandais a finalement renoncé à son projet de réduire en 2024 le nombre de vols sur la plateforme d’ Amsterdam-Schiphol. Tenant compte des mises en garde de l’Union Européenne et des États-Unis, les autorités locales maintiennent les 500000 vols par an opérés jusqu’alors, au lieu des 450000 envisagés. Depuis le 21 décembre, la compagnie roumaine Hisky dessert Bucarest au départ Bordeaux à raison de 2 vols hebdomadaires – les lundis et jeudis –. Les vols sont opérés en Airbus A320. 23 milliards de dollars. Depuis le 3 décembre,

2024, ANNÉE RECORD POUR LE TRANSPORT AÉRIEN ?

C ’ e s t c e q u e p r é v o i t l ’A s s o c i a t i o n Internationale du transport aérien – IATA – dans ses dernières projections, lesquelles révèlent un envol du nombre de passagers qui devrait atteindre 4,7 milliards pour l’année 2024, un chiffre qui balaierait le record historique de 2019 qui était de 4,5 milliards et bien sûr les 4,3 milliards de 2023. Le rebond du secteur est spectaculaire au

sortir d’une crise sanitaire qui a plongé la plupart des compagnies aériennes dans de graves difficultés financières, d’autant que le chiffre d’affaires cumulés s’est élevé à 896 milliards de dollars en 2023, supérieur de 6 points à celui de 2019, et que IATA estime que le chiffre d’affaires de 2024 devrait frôler 964 milliards de dollars. Avec des résultats opérationnels en forte hausse à 40,7 milliards de dollars en 2023 et 49,3 milliards attendus en 2024. ON SE BOUSCULE CHEZ LES AVIONNEURS

Le transport aérien s’envole et avec lui les commandes d’appareils nouveaux qui n’ont jamais été aussi élevées. Les deux avionneurs principaux, Airbus et Boeing, ont ainsi enregistré au cours de l’année 2023 des commandes records portant sur 14 000 appareils, Ai rbus ayant vendu à el le seule 8 000 appareils contre 6 000 à son concurrent américain. C’est 22 % de plus que les commandes de 2022 et c’est la perspective pour Airbus de

TRaNSPoRTS

8

onze années de travail garantis pour les salariés. Une avalanche de commandes qu’il va falloir gérer pour assurer dans les délais la livraison des appareils, ce qui va obliger Airbus à monter en cadence pour produire 75 avions par mois d’ici à 2026. Notons enfin que ce sont les monocouloirs – type A320neo ou Boeing 737Max – qui représentent la majorité des commandes passées en 2023 et probablement en 2024, une année qui devrait encore permettre au duo battre des records. EMIRATES

AIME LES GRANDS CHÂTEAUX La compagnie de Dubaï, la plus importante au Moyen Orient, fait depuis quelques années du vin un produit phare de ses classes Affaires et Première, n’hésitant pas à investir des sommes folles dans l’achat et le vieillissement de très grands crus de Bordeaux et de Bourgogne. En 2023, elle a par exemple consacré 48 millions d’euros pour faire emplète de vins d’exception qui vont enrichir sa cave située en Bourgogne, laquelle abrite plus de 6 millions de bouteilles, dont certaines sont conservées de 10 à 15 ans avant d’être servies en Première classe et en Business. La carte des vins proposée en 2024 devrait ainsi afficher des crus prestigieux de Bourgogne (Echezeaux, Clos Vougeot, Corton Charlemagne) et du Bordelais (Mouton Rothschild, Haut Brion, Cheval Blanc, Yquem), sans compter le champagne Dom Pérignon, dont Emirates est le premier partenaire au monde.

MEET AND TRAVEL MAG

GILLES RINGWALD DIRECTEUR FRANCE DE GULF AIR Propos recueillis par Michel Foraud M&T – Après 30 années chez Lufthansa, THAI, Jet Airways, Air Transat et Corsair, vous venez de prendre la Direction France de Gulf Air. Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre la compagnie nationale du Bahreïn ? C’est un beau défi de contribuer au développement de Gulf Air en France. La compagnie dessert la France depuis 1976 et n’a jamais cessé de voler, même durant le Covid. Nous avons une place particulière entre les géants du Golfe et d’Europe. Notre taille moyenne est un atout, par l’attention que nous apportons à nos clients et la f lexibilité dont nous savons faire preuve. Par ailleurs, j’ai trouvé en France et au Bahreïn des équipes engagées et très professionnelles. M&T – Gulf Air n’est pas la plus en vue des compagnies du Moyen-Orient. Quelle place occupe-t-elle aujourd’hui ? Il est bon de rappeler que Gulf Air est une des compagnies les plus anciennes du Moyen-Orient, fondée en 1950 par un pilote Bahreïni. Jusqu’au milieu des années 80, c’était la compagnie de référence du Golfe jusqu’à ce que les différents états actionnaires décident de créer leur propre compagnie nationale. L’État de Bahreïn en est aujourd’hui le seul actionnaire. Gulf Air n’a certes pas la taille de ses concurrentes de Dubaï et Doha, néanmoins, elle joue un

qui nourrit notre hub de Bahreïn, mais qui e s t éga l emen t t r è s att rac t i ve pour nos clients dans le Golfe et en Asie. Nous allons continuer à développer les marchés majeurs tels la France, l’Allemagne et l’Italie avec l’ajout d e f r é q u e n c e s e t ainsi donner plus de f lexibilité à nos clients société mais également loisir. M&T – Comment se porte la ligne Paris-Bahreïn ?

La ligne Paris-Bahreïn se porte bien. C’est principalement une route d’affaires, plus de 40 sociétés françaises sont présentes à Bahreïn. Nous développons également la partie loisir, peu connue en France, mais qui possède beaucoup d’atouts. Nous prévoyons d’augmenter les fréquences pour l’été 2024 afin d’offrir plus de flexibilités horaires à nos clients et de possibilités de correspondance à Bahreïn. Enfin, notre ligne estivale au départ de Nice Côte d’Azur sera de retour pour la saison estivale 2024. M&T – Pourquoi tenez-vous à conserver l’A321neoLR sur cette ligne ?

rôle économique important dans le Golfe avec une forte présence, mais également vers le sous-continent indien et le sud-est asiatique. Par ailleurs, nous disposons à Bahreïn d’un nouvel aéropor t ul t ra - moderne, à taille humaine, qui permet des transits rapides en 45 minutes minimum.

« L’Europe représente environ 30% des ventes de la compagnie. »

Il y a beaucoup d’avantages à exploiter l’A321neoLR. C’est un avion de dernière génération qui est équipé de moteurs affichant le plus bas niveau de consommation de carburant et d’émission de gaz à effet de serre

TRaNSPoRTS

10

M&T – Son positionnement face à ces concurrentes moyen-orientales (Emirates, Qatar Airways et Etihad Airways) en fait-elle une compagnie de niche ? La compagnie dispose d’une f lotte moderne de 39 appareils (moyenne d’âge de 6 ans) et opère vers 48 destinations dans 27 pays. Notre ambition n’est pas d’atteindre la taille des concurrents que vous avez nommés. Néanmoins, nous voulons voler vers les destinations qui servent d’abord les intérêts de Bahreïn, mais également qui apportent un support significatif à notre réseau. Nous ouvrons par exemple ce mois deux destinations en Chine, Shanghaï et Guangzhou, et réf léchissons à retourner en Amérique du Nord. M&T – Vers l’Europe, Gulf Air est très présente avec des vols quotidiens au départ de Londres, Francfort, Rome ou Paris. Que représente cette zone ? Va-t-elle monter en puissance ? On peut y ajouter Manchester, Athènes et Larnaca opérées toute l’année. L’Europe représente environ 30 % des ventes de la compagnie. C’est une zone

de sa catégorie. Il possède la plus longue portée de tous les avions monocouloirs, à 7400 km. C’est enfin un avion très performant en coût d’exploitation. Personnellement, j’aime beaucoup cet appareil pour son silence et son confort. Nos 321LR sont équipes de 16 sièges “lie-flat” en Business Class et 150 sièges en classe économique. Néanmoins, nous n’excluons pas dans l’avenir d’exploiter sur Paris le Dreamliner B787. M&T – Le Mice a-t-il sa place chez Gulf Air ? Qu’est-ce qui peut inciter un organisateur d’évènement à s’intéresser au royaume de Bahreïn ? Oui, le Mice est un segment que nous privilégions chez Gulf Air. Comme je l’ai mentionné précédemment, Bahreïn est une destination peu connue mais qui mérite que l’on s’y intéresse. Le royaume possède une riche histoire et une culture fascinante, trois sites sont inscrits au patrimoine national de l’Unesco, parmi lesquels le Fort de Bahreïn, et sa capitale Manama est une ville ouverte, moderne, multiculturelle dont le dynamisme se reflète dans ses musées, ses galeries d’art, ses restaurants et sa vie nocturne. L’offre hôtelière est très importante, avec un peu moins de 20.000 chambres proposées par tous les grands acteurs mondiaux. Enfin, par sa situation privilégiée dans la région, Bahreïn peut parfaitement se combiner avec une autre destination du golfe persique.

MEET AND TRAVEL MAG

NUMÉRO 76 | JANVIER - FÉVRIER 2024

À Monaco, suite à sa cession, l’hôtel Colombus situé dans le quartier de Fontvieille vient de rejoindre la Curio Collection by Hilton. Classé 3 étoiles, il dispose de 181 chambres et suites et d’une salle de réunion de 90 places. W à Budapest. La chaîne branchouille du groupe Marriott s’installe prochainement dans un ancien palais de l’avenue Andrassy où il va disposer de 151 chambres et suites, d’un restaurant de spécialités asiatiques, d’un lounge, d’un spa avec piscine intérieure et de 10 espaces de réunion et de réception ( jusqu’à 210 personnes). Après Rome, Londres et Los Angeles, Dorchester Collection pose ses valises en février à Dubaï dans le secteur de Business Bay. Premier hôtel du groupe dans la zone moyen orientale, The Lana comptera 225 chambres et suites, 7 restaurants et bars, un spa, une piscine panoramique et plusieurs salles de réunion. Le richisssime Fonds public d’investissement d’Arabie Saoudite s’apprête à entrer au capital du groupe Hôtelier Rocco Forte qui détient 14 propriétés, principalement en Europe, et qui s’apprête à en ouvrir deux nouvelles en Sardaigne et à Milan. Le groupe thaïlandais Minor Hotels débarque en force à Paris avec 3 établissements 4 étoiles : le NH Paris Gare de l’Est (207 chambres), le NH Paris Opéra Faubourg (103 chambres) et le NH Paris Champs-Élysées (90 chambres) qui après rénovation accédera en 2025 à la NH Collection. La zone balnéaire de Tamuda Bay, à une heure de route de Tanger, s’enrichit d’une nouvelle adresse de luxe, le St-Regis La Bahia Blanca , qui abrite 83 chambres et 17 suites. Face à la mer, le nouveau resort offre également 2 restaurants, un très chic bar St-Regis, une piscine, un spa Sothys et 500 m² d’espaces évènementiels. La chaine hôtelière espagnole Barcelo vient d’inaugurer le Palacio Gran Via, a Hideway Hotel, une propriété de charme de 38 chambres et suites nichée en plein cœur de Grenade.

PENINSULA DÉCOUVRE LONDRES La célèbre chaîne asiatique s’attaque au marché britannique en vue de renforcer sa présence en Europe, pour l’heure limitée au Peninsula Paris. Son arrivée à Londres dans le secteur de Belgravia, à portée de voix de Hyde Park et de Buckingham Palace, est donc un évènement qui devrait faire date dans le secteur du grand luxe. The Peninsula London compte 190 chambres et suites, 25 résidences, 3 restaurants, dont un gastronomique piloté par le chef étoilé Claude Bosi, un cigars-lounge, un bar à cocktails, une piscine couverte de 25 mètres, un spa, un espace bien-être et 9 boutiques de luxe. L’évènementiel n’est pas oublié puisque les groupes ont accès à 4 salles de réunion, à une salle de bal de 450 places ainsi qu’à une salle de cinéma de 15 places. Enfin, The Peninsula ne serait pas The Peninsula sans sa collection de limousines de grand luxe mise à la disposition des clients, quatre Bentleys hybrides, une Rolls Phamton de 1935 et une Austin Vintage électrique de 1960. So chic ! LOUVRE HOTELS MET LE TURBO

Numéro deux du secteur de l’hôtellerie en France et en Europe, Louvre Hotels Group annonce un vaste plan stratégique qui va se déployer progressivement d’ici à 2028 et concerner toutes les marques leaders du groupe positionnées sur les segments économique et moyenne gamme, à l’instar de Première Classe, Kyriad, Kyriad Direct, Campanile et Kyriad Prestige, complétées par deux marques hybrides du groupe, Tulip Hotels & Residences et Hosho, mais aussi par

éToiLeS

12

Golden Tulip, la marque haut de gamme de la collection. Louvre Hotels Group va également engager un important plan de modernisation de ses établissements, l’objectif étant d’atteindre 80% de rénovation d’ici à 2028. En parallèle, l’opérateur va continuer de développer sa présence sur ses marchés clés, notamment en France avec la signature de plus de 200 nouveaux hôtels entre 2024 et 2028, en Chine où 265 nouveaux hôtels sont annoncés pour un total de 40000 chambres d’ici à 2028, et en Inde, avec 50 unités supplémentaires qui vont s’ajouter aux 150 déjà opérationnelles.

RADISSON À SAINT-DENIS

Pas le Saint-Denis du 93, mais celui plus exotique de La Réunion, l’île intense, qui en attendant l’arrivée du Hilton à l’aéroport Santos Dumont (prévue au printemps), s’est enrichie il y a quelques semaines d’un nouvel hôtel 4 étoiles de la chaîne Radisson. C’est le sixième établissement pour le groupe dans l’Océan Indien, déjà présent à l’Ile Maurice et à Madagascar. Situé au nord de Saint-Denis,

à proximité du principal secteur commercial et économique de la ville, face au front de mer du Barachois, le Radisson Hotel Saint-Denis dispose de 124 chambres, de trois points de restauration, d’un bar en rooftop, d’une piscine, d’un fitness centre et d’un vaste espace évènementiel doté de 5 salles de réunion bénéficiant de la lumière du jour qui peuvent accueillir jusqu’à 250 personnes.

MEET AND TRAVEL MAG

MeeT and TRaVeL MaG lance son 1 er Guide des Agences évènementielles en France ! ➜ Présentation des meilleures agences Mice opérant dans les 13 grandes régions. ➜ Un ouvrage de référence pour tous ceux qui organisent des évènements en France et à l’étranger. ➜ Diffusion à 3000 entreprises (print et digital).

Pour plus d’informations : Frédéric Giallella - T : +33 (0)1 75 77 21 65 - M : +33 (0)6 61 42 06 49 f.giallella@meetandtravelmag.com

RONNY MAIER VICE-PRESIDENT EUROPE DE L’OUEST ET MAGHREB DE MARRIOTT INTERNATIONAL Propos recueillis par Michel Foraud

M&T – Le monde vit depuis 18 mois au rythme de la guerre en Ukraine et depuis deux mois sous le choc d’un nouveau conflit au Moyen-Orient. Quel impact ont ces évènements sur l’activité du groupe Marriott ? En tant qu’organisation internationale possédant près de 8 700 propriétés dans 139 pays et territoires, nous suivons de près l’impact de situations telles que l’Ukraine, Israël-Hamas, la Chine et d’autres régions du monde confrontées à des périodes difficiles. La diversification des activités de Marriott, en terme de distribution géographique, nous permet de mieux naviguer dans des environnements économiques instables. Nous venons d’obtenir d’excellents résultats pour le troisième trimestre : la demande mondiale de voyages est restée forte et le RevPAR mondial a augmenté de 9% par rapport à l’année précédente. En ce qui concerne les revenus des groupes, presque toutes les régions ont retrouvé leurs niveaux d’avant la pandémie. M&T – Marriott est le premier groupe hôtelier au monde. Outre le fait d’être leader, qu’est-ce qui le différencie des autres groupes hôteliers internationaux ? Grâce à son portefeuille de marques de premier plan, à son

Nous venons d’ouvrir une superbe propriété au Maroc, le St. Regis La Bahia Blanca Resort, Tamud a Bay. Ce t t e ouverture marque une étape importante pour la marque St. Regi s, qui célèbre sa première propr iété au Maroc. En France, nous allons ouvrir plusieurs hôtels

au cours de l’année 2024, Moxy Paris-Clamart, Courtyard by Marriott Lyon Est, Aloft Dijon et Moxy Annecy. Nous travaillons également d’arrache-pied avec les propriétaires du Marriott Rive Gauche à Paris pour rouvrir l’hôtel dans les prochains mois. M&T – Vous détenez 30 marques parmi les plus connues au monde, prévoyez-vous d’en lancer de nouvelles dans les prochaines années ? Notre but est de doubler notre portefeuille dans la zone EMEA

puissant programme de fidélisation, à la plus grande distribution de chambres au monde et à ses associés, Marriott International est bien placé pour connaître une forte croissance dans les années à venir. En outre, nos membres et nos propriétaires bénéficient de notre programme de voyage global, Marriott Bonvoy. Nous comptons aujourd’hui plus de 192 millions de membres dans le monde qui peuvent gagner et échanger des points en toute transparence dans 30 marques d’hôtels participants.

d’ici à 2025. Nous redoublons d’efforts dans le domaine du luxe, nous avons plus de 500 hôtels de luxe opérationnels et 209 contrats signés en cours de négociation. Les marques de luxe de Marriott représentent 10 % de l’ensemble de notre portefeuille de chambres et génèrent 20 % des recettes liées à l’hôtellerie. Sur le segment milieu de gamme, nous pensons qu’il existe une opportunité significative pour Marriott de se développer dans la région EMEA, en particulier dans les marchés secondaires et tertiaires. En novembre dernier, nous y avons lancé une nouvelle marque – Four Points by Sheraton Express – conçue pour un marché qui représente près de 1,2

« Notre but est de doubler notre portefeuille dans la zone Europe/Moyen Orient/Afrique d’ici à 2025. »

éToiLeS

14

Notre échelle et l’étendue de notre distribution nous donnent également un avantage considérable, nous permettant d’identifier et de répondre rapidement aux tendances qui se dessinent dans le domaine du voyage. M&T – La Chine est au cœur de vos développe ments. Quelle part occupe-t-elle dans vos projets internationaux ? Nous continuons à penser que la Chine contribuera de manière significative à notre croissance au fil du temps, mais nous suivons de près le développement actuel du marché. Nous constatons que le rebond de ce pays est pour l’instant essentiellement national. Le transport aérien international en Chine élargie s’est amélioré pour atteindre en fin d’année 2023 environ 60 % de sa capacité de 2019. M&T – Que représente la zone Europe et Maghreb que vous dirigez ?

million de chambres, dont 68 % sont sans marque. M&T – Comment le groupe se positionne-t-il sur le segment Mice ? L’évènementiel a-t-il sa place dans les 8700 hôtels que vous gérez ? Le Mice est un segment très important pour notre activité au niveau mondial. Par rapport aux voyages d’agrément, il a fallu plus de temps pour se remettre de la pandémie, mais nous constatons que l’activité des groupes reprend régulièrement. Cette année, nous constatons que les schémas prépandémiques sont de retour, mais certains de nos clients continuent de voyager au niveau régional plutôt qu’au niveau international. En outre, nous constatons que l’accent est mis de plus en plus sur la durabilité dans tous les domaines. Les rapports sur l’empreinte carbone des réunions et des évènements sont de plus en plus nombreux. Les clients choisissent des destinations qui promeuvent la durabilité, sélectionnent des lieux certifiés durables, les organisations mettent en œuvre des stratégies et des processus solides pour minimiser les émissions de leurs évènements et rendent compte de leurs progrès aux parties prenantes internes et externes.

MEET AND TRAVEL MAG

La 8 e édition du salon Arabian Travel Market (ATM) organisé par le groupe Reed, se tiendra du 6 au 9 mai 2024 au Dubai World Trade Centre. Le Grimaldi Forum , le centre de congrès de la Principauté de Monaco, vient de décrocher sa première certification ISO 20121 et sa sixième certification ISO 14001, deux références dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable. Joli succès pour la première édition de The Mix qui s’est tenu les 13 et 14 décembre au Centre des Congrès Robert Schuman à Metz. Le salon a accueilli plusieurs centaines de visiteurs professionnels, annonceurs,

UN NOUVEAU CENTRE DE CONFÉRENCE POUR OLYMPIA LONDON Dans le secteur de West Kensington, Olympia London inauguré en 1886 est devenu l’un des hauts-lieux évènementiels de la capitale britannique, surtout depuis les investissements colossaux dont il a bénéficié en 2013. Une nouvelle étape s’ouvre désormais pour ce complexe grâce à une enveloppe de plus d’1,3 milliard de livres consacrée à son rajeunissement, dont une partie va à une

extension de ses espaces de réunions et d’expositions qui vont s’enrichir d’ici à 2026 d’un auditorium de 850 places, de 11 salles de commission offrant de 60 à 450 places, de 3 salles de conférence, de 2000 m² d’espaces modulables et d’un restaurant-bar. Le nouveau centre bénéficiera d’une entrée séparée sur Hammersmith Road et de sa propre réception pour l’accueil des groupes. Parallèlement à ce chantier, deux hôtels vont également voir le jour sur le site, un Hyatt Regency de 196 chambres et un CitizenM de 145 chambres. Réagissant à propos de cette extension, Anna Golden, la Directrice commerciale d’Olympia London, souligne que « le nouveau centre est important pour le futur du complexe et qu’il va permettre d’attirer de nouveaux évènements internationaux dans le cœur de Londres ». LA RENAISSANCE DU MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE

agences, associations et organisateurs de salons.

Le Crazy Horse vient de lancer son e-boutique. Le célèbre cabaret parisien y met en scène une gamme complète de produits dérivés qui vont de l’iconique perruque portée par les danseuses à un porte-clé à leur effigie. Des produits que les sociétés peuvent offrir à leurs clients ou collaborateurs conviés au Crazy. Après cinq années de travaux, le nouveau Musée d’Histoire de Lyon vient de rouvrir ses portes au cœur du vieux-Lyon, dans l’ensemble Gadagne. Sur 1 100 m², le MHL aligne 18 salles d’exposition et présente plus de 600 œuvres de l’antiquité gallo romaine au xxi e siècle.

Après sept années de travaux et une enveloppe budgétaire de 65 mi l l ions d’euros, le Musée National de la Marine a rouvert ses portes en fin d’année dernière dans l’aile Passy du Palais de Chaillot dans laquelle il est installé depuis 1943. C’est un nouveau musée que les visiteurs ont pu découvrir, entièrement réhabilité par Lionel Dubois et Pierre Bortolussi, deux architectes en chef des Monuments historiques, lesquels se sont inspirés du monde maritime pour réinventer

eSPaCeS

16

© Clément Dorval

l’organisation des différents pôles de ce monument répartis sur 8 000 m², dont 2 500 m² pour accueillir près de 1 000 objets. Outre la visite, le Musée National de la Marine suggère aux entreprises de profiter de ses six salles de réunion et de son auditorium de 220 places. UN NOUVEAU POSTE D’OBSERVATION POUR PARIS SOCIETY

Paris Society qui vient de reprendre le célèbre restaurant Maxim’s de la rue Royale, haut-lieu de la vie parisienne à la Belle Époque, propriété du groupe Pierre Cardin, vient également d’investir dans un lieu évènementiel plus confidentiel, Post-Scriptum, situé au septième étage du Musée de la Poste, proche de la gare Montparnasse. Un lieu aérien de 276 m² dont les baies vitrées s’ouvrent largement sur la Tour Eiffel et la Butte Montmartre et qui se partage en trois espaces évènementiels : un auditorium de 90 places (jusqu’à 110 pour un cocktail), une salle de réception de 115 m² qui peut accueillir 72 personnes pour un repas assis et jusqu’à 110 personnes en version cocktail et une salle annexe de 32 m² (14 personnes en réunion). Avec ce nouvel espace, Paris Society cible les séminaires, lancements de produits et cocktails, auxquels on peut associer une visite du musée.

MEET AND TRAVEL MAG

VIIP MET LE DHOFAR À L’HONNEUR

Le dernier famtrip organisé par VIIP (Katia Kerkez) en collaboration Oman Air et l’agence omanaise MWT DMC qu’elle représente à Paris, avait pour cadre le Dhofar, au sud du sultanat, à la frontière avec le Yémen. Une zone encore nouvelle pour le Mice qui est un véritable poumon vert grâce aux pluies qui l’arrose copieusement de juin à septembre, et qui offre de belles opportunités pour des programmes autour de Salalah, une destination aisément accessible depuis Mascate dotée de nombreux établissements hôteliers 4 et 5 étoiles. Autre découverte durant ce périple omanais auquel participaient quatre agences

La Lettonie a été le 5 décembre dernier la vedette de l’afterwork organisé par Alia Boukhris (Echapevoo) et l’agence réceptive 3K Management qu’elle représente sur le marché français. L’évènement, qui a rassemblé une trentaine d’agences évènementielles, s’est déroulé à l’ambassade lettone à Paris, en présence de son excellence Eduards Stiprais, mais aussi d’Air Baltic. Entre deux cocktails Clavis of Riga, les invités ont pu découvrir les richesses de cette destination balte très ouverte sur la mer Baltique, dont Riga, la capitale, est la ville d’Europe ayant la plus forte concentration d’architecture art nouveau. Chez Carré Destinations , ce sont Lisbonne et Salvador de Bahia qui étaient au programme du voyage qui a réuni du 8 au 13 novembre une dizaine d’agences évènementielles, à l’invitation d’Imagine More et de Brazil Sensations, deux DMC partenaires de Carré Destinations. À la clé, une découverte des nouveautés Mice de la capitale portugaise, agrémentée d’un rallye en voitures électriques et d’un atelier de pasteis de nata, avant de se plonger dans la magie de Salvador, de son marché San Joaquim et de sa baie de tous les Saints. Liberty a regroupé ses activités en Amérique Latine au sein d’une direction régionale basée à Lima, relayée par 5 bureaux locaux au Mexique, en Colombie, au Brésil, en Argentine et au Pérou. Made in Mice vient de signer deux nouvelles représentations sur le marché français. Celle de l’agence Inspire Jordan basée à Amman et dirigée par Firas Koubaydatt, et celle de l’agence Pantera DMC, qui opère au Panama. Mice Connections (Pauline Rubio) vient renforcer son portefeuille de représentations avec l’agence Archipel qui rayonne sur Palma de Majorque, Ibiza et Minorque.

françaises, le Musée Across Ages récemment inauguré à Nizwa, l’une des plus anciennes cités du sultanat, à une heure trente à l’ouest de Mascate. Une réalisation gigantesque de 300 000 m² (65000 m² de bâtiments couverts) dont l’architecture s’inspire des monts Hajar qui retrace l’histoire du pays et met en perspective sa vision du futur. Un site prestigieux qui peut accueillir des évènements Mice, notamment un déjeuner, mais aussi des réunions dans son superbe amphithéâtre de 300 places.

MICHAEL ALOUF DIRECTEUR FRANCE DE LIBERTY INTERNATIONAL M&T – Vous représentez en France plus d’une trentaine d’agences réceptives fédérées autour de Liberty International, comment s’est achevée l’année 2023 ? L’année s’est caractérisée par l’augmentation exponentielle des demandes faites par les agences aux différents bureaux réceptifs Liberty

DMC

18

pour des projets concernant 2023, 2024 et déjà 2025. Les demandes sont faites principalement à nos bureaux historiques européens avec un développement important des demandes pour Liberty Nordic et leurs bureaux en Suède, au Danemark, en Norvège et en Islande. La Hongrie et la Pologne ont évidemment souffert de la proximité de l’Ukraine, mais les affaires reprennent avec plusieurs confirmations d’incentives à Budapest. Etant donné leur grande stabilité, les projets sur les 3 pays Baltes ont également repris, les autres destinations Européennes retrouvent peu à peu leurs niveaux d’avant la crise M&T – Qu’est-ce que la crise a changé chez les annonceurs ? La RSE bouleverse-t-elle la donne ? Je ne peux pas dire que la crise a changé le comportement des annonceurs. Ils ont de tout temps été d’une extrême exigence quant à la qualité des prestations terrestres, à la créativité et la personnalisation pointue de programmes sur-mesure. La RSE est de plus en plus mentionnée dans les briefs et nos bureaux y répondent en ciblant nos fournisseurs partenaires qui s’y sont lemieux adaptés. M&T – Les campagnes de dénonciation visant l’avion plombent-elles les incentives longs courriers au profit des destinations à moins de 4 heures ? En règle générale, oui , et c’est donc l’Europe jusqu’à la Turquie et l’Egypte qui sont favorisées pour les incentives. Par ailleurs nous recevons des demandes où les clients finaux favorisent dorénavant des destinations uniquement accessibles par le train. A maximum 4 heures de TGV direct de Paris et avec la grande richesse de leurs offres Mice, les bureaux Liberty de Londres, Bruxelles, Amsterdam, Rotterdam et Francfort sont parfaitement adaptés à cette nouvelle tendance. M&T – Entre crises, guerres, tensions climatiques, faut-il réinventer le modèle réceptif ? A-t-il encore un avenir ? Les réceptifs Mice ont évidemment de l’avenir. Par leur maîtrise des opérations, leur connaissance locale pointue des mille et une facettes de leur destination, leur pouvoir de négociation des prix/ conditions, leurs expériences régulières.

MEET AND TRAVEL MAG

Le groupe La Phratrie , dirigé par Gad Weil, a lancé une nouvelle agence baptisée Sprey, spécialisée dans le conseil en communication et le marketing digital. Quatorzième agence du groupe, Sprey est née de la transformation de l’agence de communication commercial du grand Est Reymann, et de l’acquisition de l’agence Else & Bang. Elle rejoint le pôle de communication de La Phratrie, désormais présent dans 7 villes de France, et a déjà remporté des campagnes pour Picard, Infogreffe et les cafés Caravelle. Une implantation de plus pour Funbreizh . L’agence spécialiste des activités de cohésion dans le grand Ouest met un pied à Angers, où deux personnes portent son développement, Mélanie Kergoulay et Romane Garreau. Saumur et Tours se retrouvent notamment dans leur champ d’action. Wild Buzz Agency a remporté l’appel d’offre mené par Ricard afin d’organiser sa tournée évènementielle 2024. L’agence, qui avait déjà été retenue en 2023, va proposer un nouveau dispositif dans les stations de montagne cet hiver, puis balnéaires durant l’été. 55 dates sont prévues, avec le déploiement d’un concept musical dans des bars et restaurants, avec 500 à 3000 personnes réunies par soirée.

LÉVÉNEMENT RECONNUE ORGANISATION REPRÉSENTATIVE

L’ as soc i at ion réuni s sant l es agences de commun i ca t i on évènemen t i e l l e a é t é reconnue comme organisation professionnelle d’employeurs représentative par la Direction générale du travail, et le Ministère du travail, du plein emploi et de l’insertion. Officialisée par un arrêté le 17 octobre, l’annonce en a été faite par Muriel Blayac, présidente de Lévénement, lors du salon Heavent paris le 14 novembre

(photo). Cette nouvelle étape intervient alors que le Gouvernement a initié un mouvement de rapprochement des branches professionnelles depuis 2016, en vue d’en faire des organisations moins nombreuses et mieux identifiées. Lévénement fait donc partie de celles-ci, au côté de deux autres pour ce qui est du périmètre des entreprises de la création, de l’évènement et du divertissement. Ces dernières sont le SYNPASE (Syndicat national des professionnels de l’audiovisuel, du spectacle et de l’évènement), et la FICAM (Fédération des industries du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia). Le poids relatif de chacune de ces organisations est fixé à 49,84 % pour le SYNPASE, 39,12 % pour la FICAM et 11,04 % pour Lévénement. Pour cette dernière, l’objectif est d’aboutir à l’élaboration d’une convention collective adaptée à l’activité de ses agences membres.

WMH PROJECT AVEC PETIT AMI

Une agence de plus a fait son entrée au sein du groupe WMH Project. Il s’agit de Petit Ami, agence basée à Paris et fondée par Laurent Bandet en 2017, et qui se présente comme une agence de product ion créative. Se plaçant au carrefour entre art, luxe, mode, évènementiel, architecture, musique, graphisme et mode, elle produit des défilés pour les maisons de mode, réalise des expositions, scénographies

aGeNCeS aGeNCeS

20

de showroom, lancements de produits et vidéos. Parmi ses clients se trouvent notamment Jacquemus, Agnès b., Kenzo, la Bourse de Commerce ou encore l’artiste

Orelsan. Laurent Bandet (à gauche sur la photo, au côté de Marc Fischer et Frank Chaud, fondateurs du groupe) avait créé Petit Ami après avoir travaillé pendant plus de 8 ans chez Agnès b. L’agence a réalisé 6,7 millions de chiffre d’affaires en 2023. Avec cette nouvelle acquisition, le groupe WMH Project entend se positionner davantage dans les secteurs du luxe, de la mode, de l’art et de la culture.

TOPDÉPARTPOURLE 10 E VENDÉEGLOBE C’est bientôt reparti pour une course autour du monde. Le départ de la 10 e édition du Vendée Globe a lieu dans moins d’un an, le 10 novembre 2024. L’offre concernant les espaces évènementiels aux Sables d’Olonne est déjà là. Elle est commercialisée par les agences Eventeam Live, spécialiste de la billetterie et de l’évènement, et En Vendée, la structure réceptive du département. Différentes possibilités s’offrent aux organisateurs souhaitant accueillir leurs invités sur le quai de départ. Loges privatives, salons exclusif ou partagé, restaurant, ou encore accès VIP au ponton. En termes de capacité d’accueil, les loges vont de 30 à 60 m 2 , avec terrasse de 15 m 2 , et peuvent être réservées durant 3 semaines, tandis que le salon exclusif s’étend sur 300 m 2 (jusqu’à 250 personnes). Une offre semi-privative existe également à partir de 50 invités, ainsi que des prestations de restauration haut de gamme et de communication personnalisée. Il sera possible de vivre le départ soit à terre, avec une retransmission commentée en images, soit en mer, à bord d’une embarcation de l’organisateur de la course, avec les commentaires d’un skipper de course.

© Bernard Le Bars / Alea #VG2020

MEET AND TRAVEL MAG

CELINE DOS SANTOS DIRECTRICE DE L’AGENCE INSTANT GRAVE Propos recueillis par Michel Foraud

récents. Les annonceurs ne se montrent pas plus frileux mais les demandes et les besoins ont changé. Dans un monde mouvant, avec un dérèglement environnemental évident, on assiste à une certaine prise de conscience des entreprises. Elles recherchent du sens, de la cohérence et de l’engagement dans leur event. C’est aussi une question d’image. M&T – Le renchérissement des prix des transports, de l’hôtellerie et de l’énergie ne risque-t-il pas d’entraîner une réduction du nombre d’évènements ? Comme je l’ai évoqué dans votre précédente question, les évènements sont envisagés différemment avec une quête de sens, d’engagement, de proximité. Le temps des séminaires de trois jours à l’autre bout de la planète est révolu. Il va à l’encontre du sens du monde actuel et de l’image que les entreprises veulent donner à leurs collaborateurs. M&T – Comment vos clients s’emparent-ils de la RSE ? De quelle manière les accompagnez-vous dans cette démarche ? Sensibiliser, prendre conscience, trouver des pratiques en interne

M&T – L’agence Instant gravé est installée à Saint-Étienne depuis 2011. Dans quels métiers est-elle présente ? Depuis plus de dix ans, Instant Gravé propose aux entreprises de toutes tailles des évènements exceptionnels sur mesure. Du voyage au séminaire en passant par l’incentive et même plus récemment l’inauguration, en France ou à l’étranger, chaque projet est mené comme une découverte, une aventure. Instant gravé a la particularité d’avoir la licence agence de voyage qui nous permet de tout gérer de A à Z. M&T – Est-ce un atout d’être positionné en province ? Clairement, nous n’avons pas de frontières, qu’elles soient départementales, régionales, nationales ou même internationales. Pour nous, être situé physiquement en province n’a pas d’incidence. Le Covid a eu cet avantage de montrer que l’on peut travailler finalement de n’importe où, avec écoute et efficacité. M&T – Que vous apporte le fait d’être partenaire du Collectif 59 qui fédère 3 agences de communication et de conseil ? Une richesse, une ouverture d’esprit, des compétences

complémentaires. Au cœur de notre collectif, nous cultivons tous les métiers de la communication et de l’évènementiel, de la stratégie de communica tion au contenu en pas sant par le graphisme et, bien-sûr, l’organisation et l’animation d’évène ments professionnels. Sur chaque pro j e t , nous avons la capaci té d’apporter tous ces différents regards et de mettre en mouve

plus écologiques centrées sur l’humain sont les préoccupations actuelles de nos clients. Le bien-être au travail est privilégié tout comme la cohésion. Nous avons déjà travaillé à proposer des fresques du climat, du numérique, des escape-games thématiques et plus récemment des ateliers collaboratifs et créatifs pour composer un tableau végétal qui restera ensuite dans les locaux de l’entreprise. Nous proposons de plus en plus ce type d’activités de team building à impact. Plus récemment, pour un de nos clients à Minorque, nous avons organisé un après-midi beach cleaning en lien avec une association locale. M&T – Qu’est- ce qui a prés idé au

« Les évènements sont aujourd’hui envisagés différemment, avec une quête de sens, d’engagement, de proximité. Le temps des séminaires de 3 jours à l’autre bout de la planète est révolu. »

ment toutes ces compétences presque comme “en interne”, il suffit de passer la porte du bu reau d’à-côté. Avec le collectif, nous pouvons finalement proposer une communication 360 en associant nos compétences sans la lourdeur d’une “grosse agence”. M&T – 2023 a-t-elle conf irmé la bonne reprise enregistrée en 2022 ? Comment se présente 2024 alors que la guerre en Ukraine et les tensions au Moyen-Orient montent en puissance ? La géopolitique est une donnée omnipré sente de notre métier. Nous le savons. Nous l’avons éprouvé avec le Covid bien évidem ment et les évènements internationaux

lancement de Human Together by Instant Gravé ? Voyager sans rencontrer n’est pas voyager. Je pense aujourd’hui qu’il faut aller plus loin dans le voyage, sortir de l’hôtel cinq étoiles et des chemins touristiques communs. On se souvient d’un voyage parce qu’on va rencontrer la personne qui va marquer de son empreinte le cours de notre voyage. La mission de Human together est de réussir à donner du sens au voyage. Nous souhaitons, avec modestie, apprendre aujourd’hui à nos clients à voyager autrement et de manière plus respectueuse de l’environnement. Au-delà de la destination, les talents qui font nos voyages sont des excellences dans leur domaine. Ils ont beaucoup à donner et nous avons beaucoup à apprendre d’eux. De cette rencontre, les curieux voyageurs de Human, comme nous les appelons, rentreront grandis. Un talent et un curieux voyageur, ça peut faire un beau duo de voyage. Dans ce cadre, l’expertise et l’expérience d’Instant Gravé sont un formidable atout.

NUMÉRO 76 | JANVIER - FÉVRIER 2024

URBAN CHRYSALIDE ARPENTE ROTTERDAM

Agence : Esprit des Sens. Transport : Thalys, SNCF. Hébergement : CitizenM. Cible : professionnels de l’architecture, du design et de l’urbanisme. Rarement programmée ou en tout cas peu connue des organisateurs d’évènements, Rotterdam est pourtant une destination qui ne manque pas d’attraits. Urban Chrysalide, réseau lyonnais d’action et de prospective comptant des architectes et des aménageurs parmi ses membres, y a organisé son second voyage d’inspiration en novembre. Organisé en partenariat avec l’agence créative Muzine, ce séjour envisagé comme un learning trip avait pour fil conducteur la ville résiliente et durable. Sur ce sujet, Rotterdam a une longueur d’avance, comme ont pu le découvrir les 10 participants. Ces derniers ont ainsi eu la chance de découvrir d’innovants bureaux f lottants (FOR) dans le bassin de Rijnhaven, et un pôle dédié à l’économie circulaire, Blue City, aménagé au sein d’une ancienne piscine. Souvent comparé à un laboratoire urbain, Rotterdam regorge d’étonnantes constructions, à l’image de celles conçues par le cabinet d’architecture MVRDV. Les participants ont eu l’opportunité de rencontrer le fondateur de ce dernier, Winy Maas, et de visiter deux de ses réalisations. Le Markthal, arche abritant un marché couvert, des logements et une surprenante fresque, ainsi que le Dépôt Boijmans Van Beuningen, musée unique par sa forme autant que par sa mission de réserve d’œuvres d’art. Récentes mais déjà emblématiques, ces deux réalisations ont donné au groupe une idée de l’esprit créatif qui règne sur place. Au programme également, la découverte de quelques-uns des rares édifices anciens comme l’hôtel New-York, le temps d’un dîner, ou l’hôtel particulier hébergeant les archives municipales, la Schielandshuis. Tout cela au fil d’un parcours réalisé à pied le plus souvent, parfois en bateau taxi, et agrémenté d’étapes culinaires dans des adresses elles aussi axées sur la résilience, comme La Rotonde, et The Slaak, ancien siège d’un journal devenu un hôtel restaurant.

RELAIS & CHATEAUX INSPIRÉ PAR L’ART DE VIVRE DANOIS Agence : Hopscotch Event. Hébergement : Villa Copenhagen, Scandic Spektrum. Cible : chefs, responsables et gérants d’établissement. Copenhague, avec sa gastronomie audacieuse et ses talents pour le design et l’architecture, était la destination accueillant ce congrès de l’enseigne Relais & Châteaux, organisé les 13 et 14 novembre avec 620 participants de 48 nationalités différentes. L’occasion de tenir l’assemblée générale de l’association, implantée dans 65 pays, mais aussi de se retrouver entre pairs et d’aller chercher l’inspiration ailleurs. C’est donc la créativité danoise qui a nourri cette édition, à travers des experts de renom. Après l’accueil en personne de M. Jakob Engel-Schmidt, ministre de la Culture du Danemark, plénière, tables-rondes et conférences se sont enchaînées. Comment maintenir la désirabilité des hôtels et des restaurants ? Quelles sont les clés d’un design impactant ? Que retenir du succès de la gastronomie danoise ? Autant de sujets débattus avec des intervenants tels que Claus Meyer, co-fondateur du célèbre restaurant Noma, David Zahle, architecte associé du cabinet BIG à Copenhague, et des membres renommés de Relais & Châteaux. La Danoise Malene Rydahl a évoqué pour sa part de quelle façon bien être et performances s’articulaient dans son pays. Enfin l’intelligence artificielle était au cœur d’une intervention de Yves Corbeil, du cabinet de conseil NIJI, qui a passionné l’auditoire au travers des applications potentielles présentées. L’évènement avait investi deux lieux au centre de la ville et distants de quelques minutes à pied l’un de l’autre, l’hôtel Villa Copenhagen et le site évènementiel Øksnehallen. Ainsi que Lokomotiv, un ancien site ferroviaire, pour la soirée de clôture. Pas moins de 5 chefs, issus des Relais & Châteaux danois, ont œuvré de concert à concocter un dîner de haute volée.

MiSe eN SCèNe

22

MEET AND TRAVEL MAG

Made with FlippingBook flipbook maker