Guide Touristique Officiel des Îles de la Madeleine 2021-2022

GUIDE TOURI ST IQUE OFF ICI EL 202 1 - 2022 Îles de la Madeleine

Ÿ

l

www.tourismeilesdelamadeleine.com 418 986-2245 ou 1 877 624-4437

E

l

& x

Ÿ

E

Plage du Corfu Island (8,7 km)

k m ) E

Plage de l’Ouest (3,8 km) Ÿ

l

e ( 1 3

E

E

r t i n i q u

E

Ÿ

e L a M a

Ÿ

P l a g e d

l

E

E

Ÿ

&

Ÿ

a p

u C

Bassin

P l a g e d

&

l

E

P

E

Île du Havre Aubert

x

(voir carte p. 32-33)

l

&

Havre- Aubert

Ÿ

Plage du Havre (12 km)

E

E

l

Boutique + design + espace créatif Situé à l’entrée du site historique de La Grave Ouvert en toutes saisons

DIRECTEMENT SUR LA MAGNIFIQUE plage DE LA DUNE DU SUD

Une porte ouverte sur la mer

• 15 chalets tout équipés • 125 sites de camping • Minigolf • Salle communautaire

Numéros d’établissements : Camping : 205096 | Chalets : 091361

436, chemin de la Dune-du-Sud Havre-aux-Maisons (Québec) G4T 5P4

418 969-2134 | info@chaletscampingdessillons.com Réservation en ligne : chaletscampingdessillons.com

Sommaire

8

-> Accès à la région

1 2

12 -> Portrait

de la région Découvrir les Îles de la Madeleine Nos incontournables

14

26 30

Les Îles 52 -> Voyager

par expériences Vivre le Saint-Laurent Îles vibrantes et festivités Culture et histoire vivante

54 64 74

104 118 120 138

Aventures en nature Plaisirs d'hiver Saveurs locales Activités diverses

5 6 4 3

144 -> Hébergement et restauration 166 -> Renseignements généraux 168 Informations pratiques 182 Voyager au Québec

184 -> Index 188 -> Cartes

et pictogrammes

Maximisez votre navigation en ouvrant la carte régionale située sur le dernier volet du guide.

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis, Tourisme Îles de la Madeleine/M. Turbide Couverture : Les falaises de la Belle Anse /© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

5 Sommaire

tourismeilesdelamadeleine.com

Les Îles de la Madeleine sur le Web

Îles de la Madeleine sur le Web

www ✉ En plus du guide touristique, nous mettons à votre disposition une série d’outils Web pour vous inspirer, vous aider à planifier votre voyage et pour le partager. Site Internet

Infolettre Inscrivez-vous à l’ infolettre de Tourisme Îles de la Madeleine afin de ne rien manquer de ce que notre archipel concocte en vue de votre visite ! Personnalisez nos envois selon vos intérêts et recevez en exclusivités nos concours, nos offres promotionnelles et plus encore ! tourismeilesdelamadeleine.com/infolettre

Avec les sections « Où Dormir », « Quoi Faire » et « Où Manger » (entre autres), profitez d’une visite sur notre site Web pour préparer votre séjour mais également pour planifier vos journées une fois à destination. Votre meilleure référence ! tourismeilesdelamadeleine.com

# www

Instagram Suivez-nous sur Instagram pour voir les Îles à travers les yeux des Madelinots et visiteurs. Découvrez les Îles sous toutes ses facettes, au gré des saisons. Ajoutez les mots-clics officiels de la destination à vos publications ou identifiez-nous dans vos stories pour nous autoriser à partager ! @ilesdelamadeleine #fousdesiles #ilesdelamadeleine

Blogue Qu' ils parlent d'histoire, de bouffe, de musique ou de sports, retrouvez sur notre blogue des billets authen- tiques racontés par des Madelinots et Néo-Madelinots. Ils vivent tous sur le même archipel mais chacun y vit l' insularité de manière différente. Suivez les récits uniques de nos ambassadeurs ! tourismeilesdelamadeleine.com/blogue

/tourismeilesdelamadeleine /ilesdelamadeleine

/tourismeim /tourismeIDM /atrim

6

tourismeilesdelamadeleine.com

Mes Îles j’y tiens, je trie bien!

Crustacés

Contenants Tetra Pak

Plastiques métallisés

Fruits, légumes et pelures

Sacs et pellicules plastique

Plastiques souillés

Coquilles, os et viandes

Styromousses alimentaires

Caoutchouc et vinyle

Papiers et cartons

Bouteilles et vaisselle en plastique

Textiles abimés

Bouteilles et pots en verre

Vaisselle cassée

Papiers-mouchoirs

Essuie-tout et papier à main

Boîtes de conserve, canettes et aluminium

Couches et serviettes hygiéniques

Pour plus d’information : Téléphone : 418 986-3100 www.muniles.ca

Accès à la région – Renseignements généraux

Accès à la région

Automobile Les voyageurs doivent se rendre à Souris (Île-du- Prince-Édouard) et prendre un traversier jusqu’aux Îles de la Madeleine. La traversée est d’une durée de cinq heures. Voir p. 10 pour plus de détails sur le service de traversier. Vous pouvez consulter notre site Web au tourismeilesdelamadeleine.com pour obtenir le tracé du trajet de votre ville de départ jusqu’à Souris, Île-du-Prince-Édouard. Pour se rendre au port de Souris En provenance du Québec : suivre la route Transcana­ dienne (autoroute 20) jusqu’à Rivière-du-Loup. De Rivière-du-Loup, il y a deux façons de vous rendre à Souris : a) Par Edmundston : prendre la route 85/185 Sud (Québec) qui devient ensuite l’autoroute 2 (Nouveau-Brunswick). À Moncton, prendre la sortie 467B pour rejoindre l’autoroute 11 N/15 E en direction de Shediac. (Edmundston-Shediac : 502 km). b) Par la vallée de la Matapédia - Notez que ce trajet est le plus long : prendre la route 132 Est jusqu’à Matapédia. Poursuivez jusqu'à Pointe-à-la-Croix, puis traversez le pont vers le Nouveau-Brunswick qui devient alors la route 11 de Campbellton jusqu’à Bathurst. Accédez ensuite à la route 8 jusqu’à Miramichi et de nouveau la route 11 jusqu’à Shediac (Campbellton-Shediac : 286 km). En provenance des États-Unis Prendre l’autoroute 95 en direction de Houlton, Maine, et passer la frontière canadienne. Continuer sur la route 95 jusqu’à Woodstock, au Nouveau-Brunswick, puis prendre l’autoroute 2 E (Transcanadienne). À Moncton, prendre la sortie 467B pour rejoindre l’auto- route 11 N/15 E en direction de Shediac.

> Avion Aéroport des Îles de la Madeleine 210, chemin de l'Aéroport, Havre-aux-Maisons Plusieurs compagnies d'aviation desservent les Îles de la Madeleine. La durée des vols varie entre une et quatre heures selon la ville de départ et le nombre d'escales effectuées. Air Canada 1 888 247-2262 ― aircanada.ca Comptoir à l'aéroport : 418 969-2888 Air Canada offre des vols vers les Îles de la Madeleine uniquement durant la saison estivale. Pascan 210, chemin de l'Aéroport, Havre-aux-Maisons 1 888 313-8777 ― pascan.com Horaire : toute l'année. PASCAN aviation, un transporteur québécois au service des régions depuis plus de 20 ans ! Avec des vol au départ de Montréal (St-Hubert), Québec, Bonaventure et Gaspé 365 jours par année. Nous offrons des vols réguliers ainsi que des vols nolisés pour une flexibilité selon vos besoins. Notre flotte : Appareils SAAB 340, 33 places avec service à bord ainsi que nos Jetstreams, 15 passagers. ø Autobus et train Il est possible de prendre le train jusqu'à Moncton (N.-B.), puis l'autobus pour se rendre jusqu'à Charlot- tetown (I.P.E.). Ensuite, il faut prendre un taxi ou une navette jusqu'à Souris. Nous vous suggérons de contacter votre agent de voyage.

8

tourismeilesdelamadeleine.com

Renseignements généraux – Accès à la région

Portion commune des différents trajets Une fois rendu à Shediac, suivez les indications pour accéder à l’autoroute 15 E. Ensuite, au carrefour giratoire de Port Elgin, prendre la 16 E en direction du Cape Jourimain et de l’Île-du-Prince-Édouard pour prendre le pont de la Confédération qui mène à l’Île-du-Prince-Édouard. La route 16 devient la route 1 après le pont, à Borden-Carleton. De Borden-Carleton, prendre la route 1 jusqu’à Charlottetown et la route 2 Est jusqu’à Souris (Borden-Carleton à Souris : 137 km). Pont de la Confédération 1 888 437-6565 ― confederationbridge.com Tarifs 2021 Véhicule à deux essieux : 48,50 $ Motocyclette : 19,50 $ La traversée du pont est payante. Le coût du péage varie en fonction du type de véhicule et est payable au moment de quitter l’Île. Attention : il est interdit aux cyclistes et piétons de circuler sur le pont. Une navette est offerte.

å Croisière Croisières CTMA 418 986-3278 ― 1 888 986-3278 ― croisieresctma.ca Horaire: mi-juin à la mi-septembre. La saison des croisières 2021 est malheureusement annulée étant donné la pandémie. CTMA propose une croisière unique pour vous rendre aux Îles de la Madeleine à partir de Montréal. Cette croisière d'une semaine constitue une expérience madelinienne incomparable qui permet de découvrir toutes les richesses du fleuve Saint-Laurent et de l'archipel madelinot. La découverte de la Gaspésie est aussi au programme lors d'une escale. Alternant les moments de détente, les activités et les plaisirs gourmands, vous admirerez des paysages marins à couper le souffle, en compagnie de notre charmant équipage. Lors de votre séjour de trois jours aux Îles, les forfaits Saveurs, Art et Culture, et Vélo sont disponibles. En juin et septembre, des croisières thématiques et itinéraires spéciaux sont proposés.

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

tourismeilesdelamadeleine.com

9

Accès à la région – Renseignements généraux

å Traversier CTMA Traversier 435, chemin Avila-Arseneau, Cap-aux-Meules 418 986-3278 ― 1 888 986-3278 ― traversierctma.ca Horaire : toute l'année. Accédez aux Îles de la Madeleine grâce à cette traversée de 5 heures entre l'Île-du-Prince-Édouard et l'archipel madelinot. Montez à bord et appréciez la courtoisie de l'équipage madelinot, le confort du navire ainsi que les nombreux services offerts. Vous y vivrez une véritable expérience de détente et de plaisirs en mer. Au moment de votre réservation, ayez en main le type du véhicule, les dates de votre voyage ainsi qu'une carte de crédit pour le paiement. Réservation en ligne : traversierctma.ca.

Tarifs 2021 pour le traversier (aller simple)

Haute saison 15 juin au 14 sept.

Basse saison 15 sept. au 14 juin

Adulte (13 à 59 ans)

56.80 $ 45,90 $ 28,60 $ Gratuit

36,70 $ 29,90 $ 14,80 $ Gratuit

60 ans et plus

Enfant (5 à 12 ans)

Enfant (moins de 5 ans)

Unités (excluant conducteur, passagers et cyclistes) Véhicule (21 pieds et moins)*

105,90 $

75,50 $

127, 60 $ à 510,45 $ (selon la longueur)

96,15 $ à 479,00 $ (selon la longueur)

Camion commercial, remorque, véhicule récréatif (plus de 21 pieds), autobus*

Motocyclette, Spyder ou VTT

52,95 $ 20,00 $

37,25 $

Bicyclette 16,50 $ * Dès que votre unité dépasse la mesure d’une tranche de prix (ex : 21 pieds 2 pouces), veuillez arrondir votre mesure à l’entier supérieur (catégorie 22 à 25 pieds). Pour les tarifs des véhicules lourds et les véhicules commerciaux, veuillez vous référer à la grille tarifaire commerciale de la CTMA. Tous les prix sont en dollars canadiens. Une surcharge de carburant sera ajoutée aux tarifs. Les tarifs sont exempts de taxes.

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

10

tourismeilesdelamadeleine.com

Renseignements généraux – Accès à la région

Horaires des traverses 2021

Heure de l’Atlantique (fuseau horaire des Maritimes, soit une heure de plus qu’ailleurs au Québec). Les heures indiquées sont les heures de départ du navire. Vous devez vous présenter au quai d’embarquement une heure avant le départ en basse saison et une heure et demie avant le départ en haute saison. Il est nécessaire de réserver en tout temps. Départ des Îles de la Madeleine Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi 1 er au 30 avril 2021 7:00 7:00 7:00 7:00 7:00 1 er mai au 13 juin 2021 7:00 7:00 7:00 7:00 7:00 7:00 14 juin au 30 juin 2021 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 1 er juillet au 5 septembre 2021* 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 6 septembre au 14 septembre 2021 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 8:00 15 septembre au 30 septembre 2021 7:00 7:00 7:00 7:00 7:00 7:00 1 er octobre 2021 au 4 décembre 2021 7:00 7:00 7:00 7:00 5 décembre 2021 au 27 janvier 2022 7:00 7:00 7:00 Départ de l'Île-du-Prince-Édouard Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi 1 er au 30 avril 2021 13:00 13:00 13:00 13:00 13:00 1 er mai au 13 juin 2021 13:00 13:00 13:00 13:00 13:00 13:00 14 au 30 juin 2021 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 1 er juillet au 5 septembre 2021* 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 6 septembre au 14 septembre 2021 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 14:00 15 septembre au 30 septembre 2021 13:00 13:00 13:00 13:00 13:00 13:00 1 er octobre 2021 au 4 décembre 2021 13:00 13:00 13:00 13:00 5 décembre 2021 au 27 janvier 2022 13:00 13:00 13:00 * Des traversées additionnelles peuvent être ajoutées si la demande le justifie. Notes : - Traversées supplémentaires : lundi 5 avril 2021, et dimanche 2 janvier 2022. - Modifications à l’horaire : vendredi 24 décembre 2021 (en remplacement du samedi 25 décembre). Cet horaire est sujet à changements sans préavis. Veuillez vérifier les informations auprès de la CTMA. Pour connaître l’état des traversées et en cas de changement d’horaire : - Consultez le traversierctma.ca - Téléphonez au 418 986-3278 ou au 1 888 986-3278, composez le 2, suivi du 1 et soyez attentif au message vocal.

tourismeilesdelamadeleine.com

11

12

tourismeilesdelamadeleine.com

Portrait de la région

14 -> Découvrir les Îles de la Madeleine 20 -> Particularités régionales 26 -> Incontournables 30 -> Secteurs 30 Île du Havre Aubert 34 Île d'Entrée 36 Île du Cap aux Meules 44 Île du Havre aux Maisons 47 Île de la Pointe aux Loups 48 Îles de Grosse Île et de la Grande Entrée

Portrait

de la région

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

tourismeilesdelamadeleine.com

13

Découvrir les Îles de la Madeleine – Portrait de la région

Bienvenue chez nous

14

tourismeilesdelamadeleine.com

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

Portrait de la région – Découvrir les Îles de la Madeleine

1

Découvrir les Îles de la Madeleine

Pour le visiteur qui arrive aux Îles de la Madeleine, l’effet est immédiat, le dépaysement complet. Le paysage se compose d’îles et de dunes qui se marient, se séparent et s’étirent à perte de vue, le tout déposé au fil de l’eau. Les Îles apparaissent comme un pays miniature animé par le vert champêtre des vallons, le sable blond des longues plages, le rouge des falaises sculptées, et la variété de bleus et de verts que la mer omniprésente et les lagunes empruntent aux teintes du ciel et à la vie aquatique.

Havre aux Maisons, l’Île du Cap aux Meules et l’Île du Havre Aubert. Deux autres îles de superficie importante s’ajoutent à celles déjà mentionnées : l’Île d’Entrée, habitée et située à 10 km à l’est de Havre- Aubert et l’Île Brion, inhabitée et située à 16 km au nord de Grosse-Île (voir carte régionale p. 192). Depuis le 1 er janvier 2002, les îles sont réunies en deux municipalités : la munici- palité des Îles-de-la-Madeleine et la municipalité de Grosse-Île. D’autres petites îles et îlots complètent le tableau : le Rocher aux Oiseaux, l’ île aux Goélands, l’ île Paquet, le Corps-Mort et quelques autres encore.

Au cœur du golfe du Saint-Laurent L’archipel est situé au cœur du golfe du Saint-Laurent, plus exactement à 215 km de la péninsule gaspésienne, à 105 km de l’Île-du-Prince-Édouard et à 95 km de l’ île du Cap-Breton. L’ensemble des îles forme un croissant allongé sur une distance de 88 km orienté sud-ouest/ nord-est. Les Madelinots vivent à l’heure de l’Atlantique, soit une heure de décalage avec le Québec (une heure plus tard). Ainsi lorsqu’ il est 12 h à Montréal, il est 13 h dans l’archipel. L’archipel comprend une douzaine d’ îles, dont six sont reliées entre elles par d’étroites dunes de sable. Ce sont, du nord au sud, l’Île de la Grande Entrée, la Grosse Île, l’Île de la Pointe aux Loups, l’Île du

tourismeilesdelamadeleine.com

15

Découvrir les Îles de la Madeleine – Portrait de la région

Un climat maritime doux Le climat maritime dont bénéficient les Îles de la Madeleine accentue la différence avec le continent. L’ immense masse d’eau qui entoure les Îles tempère le climat à chacune des saisons. Aux Îles, l’hiver (décembre à mars) est doux ayant le moins de jours de gel par année, le printemps (avril à juin) frais, l’été (juillet à septembre) sans canicule et l’automne (octobre à novembre) qui est aussi doux est une invitation à de longues promenades sur les plages. Le temps ensoleillé de l’été se prolonge jusqu’à la fin septembre. septembre des températures de l’ordre de 18 °C et 21 °C dans les lagunes et les baies. La faible amplitude des marées (voir tableau p. 115), mais surtout le fait que l’archipel soit situé sur des hauts- fonds, contribuent à réchauffer l’eau des lagunes et de la mer autour des Îles. Le vent, très présent, confère au climat des Îles un cachet particulier. Il influence beaucoup le climat madelinot par sa régularité et son intensité. Plus violent en hiver qu’en été, sa vitesse varie de 17 à 40 km/heure (de 9 à 22 nœuds) avec dominance des directions sud-ouest en saison chaude et nord-ouest en saison froide. L’archipel réunit donc toutes les conditions — climat, contexte maritime, variété des plans d’eau et plus de 300 km de très belles plages — pour faire de ce coin de pays un paradis des sports de voile, de glisse et de vent. L’eau qui baigne les Îles peut atteindre à la fin août et en

La découverte des Îles Les Indiens Micmacs nommaient poétiquement l’archipel « Menagoesenog », mot signifiant « îles balayées par la vague ». Bien avant la venue des Européens, ils le visitaient en quête de poissons, de phoques et de vaches marines (morses). Le 25 juin 1534, Jacques Cartier dans son journal de bord baptise à son tour les Îles « les Araynes », du latin arena, c’est-à-dire sable. Il aborde d’abord le Rocher aux Oiseaux, qu’ il nomme alors « Isles de Margaulz » à cause des nombreux volatiles qui s’y trouvent, puis l’Île Brion. Quant à Samuel de Champlain, c’est en 1629 qu’ il inscrit sur une carte « La Magdeleine » à l’endroit de l’Île du Havre Aubert. On dit aussi que le nom des Îles de la Madeleine n’aurait peut-être été attribué à l’archipel qu’en 1663 par François Doublet de Honfleur, concessionnaire des Îles, qui voulait ainsi honorer son épouse Madeleine Fontaine. Sous le Régime français, les Îles passent entre plusieurs mains sans qu’ il n’y ait d’exploitation durable ni de colonisation véritable. Un pays d’Acadiens... En 1755, le destin des Acadiens prend une tournure tragique. C’est le début du « Grand Dérangement » et la population acadienne est déportée à travers le continent. Entre 1761 et 1765, quelques individus ayant échappé à cette déportation débarquent aux Îles de la Madeleine sous la rude tutelle du marchand Richard Gridley pour lequel ils chassent le morse et exploitent les pêcheries des Îles. En 1792, suite à la Révolution française, d’autres familles acadiennes originaires de Miquelon se joignent à eux sous la gouverne de l’abbé Jean-Batiste Allain à qui l’on doit le premier registre conservé. C’est avec eux que commence la véritable colonisation des Îles de la Madeleine. En 1763, les Îles sont d’abord annexées à Terre-Neuve pour passer, en 1774 par l’Acte de Québec, sous la juridiction du Québec. En 1798, Isaac Coffin en obtient la concession et oblige les Madelinots à payer des rentes pour occuper les terres qu’ ils ont défrichées et occupées depuis plus de 25 ans. S’ajoute à cette domination féodale, celle des marchands sur les pêcheurs. Ces misères et injustices auxquelles sont alors soumis les Madelinots expliquent leur émigration continuelle vers des terres nouvelles. Ils vont ainsi fonder plusieurs villages de la Côte-Nord dont Blanc-Sablon (1854), Havre-Saint-Pierre, Natashquan (1855) et Sept-Îles (1872). C’est en 1895 seulement qu’une loi du Québec permettra aux Madelinots de racheter leurs terres du concessionnaire. Débarrassés des tracasseries colonialistes, ils mettront dès lors leurs efforts à surmonter leurs difficultés et à viser l’autosuffisance.

16

tourismeilesdelamadeleine.com

© Tourisme Îles de la Madeleine/L'île imagin'air

Portrait de la région – Découvrir les Îles de la Madeleine

1

Cette appartenance est encore vivante aujourd’hui. Cette culture originale donne aux Îles de la Madeleine un petit quelque chose, une différence qui, alliée au paysage, a un parfum d’exotisme. Au premier abord, cet accent d’Acadie surprend les visiteurs qui ont tôt fait d’être séduits par les intonations musicales, les termes marins et les vieux mots venus tout droit du pays des ancêtres. Il n’y a pas un accent madelinot, mais plusieurs accents aux Îles de la Madeleine. Et parmi ces accents, il n’y en a pas un qui soit plus madelinot qu’un autre. En fait, il y a presque autant d’accents que d’ îles ! Certains roucou- leront leurs « r » comme à Havre-Aubert, tandis que d’autres les « écraseront » comme à Havre-aux-Maisons. Mais entre ces deux exemples, il en existe toute une série, de forts à nuancés, que l’on essaie d’ imiter, même quand on est d’ ici. L’origine de la langue française parlée aux Îles est plutôt acadienne. Aux Îles, le rythme de la vie est différent, le temps s’écoule autrement dit-on. On y entend souvent l’expression : « Aux Îles, c’est pas pareil… ». Les insulaires cultivent le sens de l’hospitalité. Ce caractère des Madelinots ajoute de la chaleur à leur environ- nement et contribue au dépaysement et à la détente. Les Madelinots sont très fiers de leur culture et des particularités de leur milieu.

… et de mer Les Madelinots pêcheurs et navigateurs ont certes connu les joies de la vie maritime, mais ils en ont également connu les difficultés. Au-delà de 400 naufrages ont été rapportés aux Îles. La plupart du temps, c’était des bateaux étrangers qui croisaient autour de l’archipel et que la tempête rejetait sur la côte. Bien souvent, les naufragés choisissaient de vivre parmi leurs sauveteurs. Maintes légendes et faits vécus colorent aujourd’hui encore la tradition orale et gardent vivantes ces histoires quasi incroyables du temps où l’ isolement était presque complet. Avec le temps, l’amélioration des moyens de communi- cation a largement atténué l’ isolement des insulaires qui conservent une façon de vivre qui est unique et une langue qui leur est particulière. En 2018, la population totalisait 12 551 habitants, dont cinq pour cent environ sont des anglophones majoritairement d’origine écossaise. Une culture francophone originale L’originalité de la culture madelinienne tient surtout à l’ influence à la fois de l’Acadie et du Québec, mais aussi au fait que les Îles ont longtemps été comme en vase clos, les naufrages et le commerce maritime constituant les principaux échanges avec le reste du monde.

L'eau des Îles a été reconnue meilleure eau municipale du Québec, buvez-la en utilisant des bouteilles réutilisables !

tourismeilesdelamadeleine.com

17

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

Et si ton avenir était ici?

Ta vie aux Îles t’attend : etsilesiles.ca

Découvrir les Îles de la Madeleine – Portrait de la région

Les Îles en toutes saisons

1

L’archipel offre des activités en toutes saisons. Que ce soit l’automne doux sous des couleurs fauves, l’hiver immaculé cerné par la banquise du golfe, le printemps de juin à l’atmosphère tonique et ses produits de la mer, ou l’été sans canicule, il y en a pour tous les goûts. Les Îles sont à découvrir quelle que soit la période de l’année. À la fin février et au début de mars, arrivent les phoques sur la banquise au large des Îles. L’observation des blanchons (jeunes phoques) est un produit unique offert exclusivement aux Îles. Mars, c’est aussi les festivités de la Mi-Carême. De la mi-mai à la mi-juillet, les produits de la mer sont à leur meilleur. C’est également le temps idéal pour faire de la randonnée pédestre, observer les oiseaux, les fleurs des champs et les papillons, faire de la photo. Pourquoi ne pas profiter de la pêche au homard en mai et juin pour venir avec votre groupe d’amis, votre association, votre club de marche, tenir un événement annuel, une réunion ou une randonnée et en profiter pour déguster les premiers homards, le Homard Nouveau ! Fin août arrive la période idéale pour pratiquer les sports de voile. Amateurs de planche à voile, kitesurf, cerf-volant, voilier, préparez vos gréements pour venir pratiquer votre activité préférée aux Îles. La lumière d’automne est propice au safari-photo, les oiseaux migrateurs font une halte aux Îles et quoi de plus ravigotant que de prendre une longue marche sur une plage déserte avec le vent qui oxygène le cerveau. Repos garanti ! Dans l’archipel, l’hospitalité n’a pas de calendrier et la nature a des secrets bien gardés à vous faire découvrir à chaque saison.

Une économie basée sur la pêche et le tourisme La pêche est omniprésente aux Îles. Elle se révèlera au visiteur tout au long de son séjour : balades sur les quais et dans les ports, parties de pêche, contact avec les pêcheurs, cuisine, langage, etc. Par ordre d’ importance, les pêches commerciales sont : le homard, le pétoncle, le crabe des neiges, les poissons (morue, plie, maquereau, hareng, sébaste, requin, éperlan), les coquillages (moules, coques, palourdes). Le tourisme est la deuxième activité économique des Îles. L’ industrie touristique est une industrie en pleine effervescence qui amène aux Îles de la Madeleine des visiteurs à la recherche d’un havre de paix où la nature est omniprésente et la culture unique. L’agriculture demeure une activité importante aux Îles. C’est grâce à une agriculture d’autosuffisance que les premiers habitants ont pu vivre aux Îles. L’agriculture est considérée aujourd’hui comme un secteur en expansion. On trouve parmi les produits offerts des œufs, du fromage, du bœuf, du miel, des fines herbes et des produits maraîchers. Recherchez les produits identifiés avec l’étiquette Le bon goût frais des Îles de la Madeleine. L’exploitation du minerai de sel est aussi une sphère d’activité très importante dans l’économie des Îles. Celle-ci amène un apport substantiel au plan écono- mique. Le sel recueilli sert au déglaçage des routes.

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis, Tourisme Îles de la Madeleine/M.Turbide

tourismeilesdelamadeleine.com

19

Particularités régionales – Portrait de la région

Particularités régionales

Partir à l’aventure, à pied, à vélo, en voiture ou en kayak sont autant de moyens de découvrir la richesse de la flore, de la faune et les beautés du paysage. La grande variété de couleurs qui s’offre au regard anime le paysage et fait voir la diversité du milieu. Ces riches couleurs sont supportées par les trois principaux éléments qui composent l’archipel : les noyaux rocheux (les îles et îlots), les cordons dunaires (les dunes de sable) et les eaux (baies intérieures, lagunes et pleine mer). Les beaux points de vue et les sites les plus spectaculaires sont disséminés sur tout le territoire. Les corridors panoramiques (en bleu sur les cartes de chaque île) sont une façon parmi d’autres de s’offrir les plus beaux panoramas.

Les Îles Les îles et îlots de l’archipel sont la partie visible d’un haut-fond, genre de plateforme sous-marine, d’où ils émergent. Les îles, reliées entre elles par des dunes de sable, forment l’archipel. Chaque île est une masse rocheuse, ensemble de hautes collines aux formes arrondies et très souvent dénudées que l’on appelle « buttes ». Autour d’elles, s’étale une plateforme qui s’ incline légèrement vers la mer, parcourue par un réseau de petites vallées à fond plat. C’est sur ce prolongement que les Madelinots ont concentré leurs habitations et leurs cultures. Les falaises On retrouve deux types de falaises aux Îles de la Madeleine, soit les falaises de grès gris et les falaises de grès rouge. Les falaises de grès gris sont plus résistantes à l’érosion et forment les plus hauts reliefs. Les falaises de grès rouge présentent des formes spectaculaires qui ne cessent de surprendre l’œil. Cette roche sédimentaire est composée à 99% de quartz recouvert d’une mince couche d’oxyde de fer qui lui confère sa couleur rouge. Il s’agit d’une roche extrêmement friable qui résiste mal à l’érosion. Le littoral est constamment modelé par la bataille incessante que se livrent la mer et la terre.

Les dunes Les cordons sablonneux forment 60% de toute l’étendue du littoral des Îles. Le grès des falaises effrité, lavé et transporté par la mer, perd sa teinte rouge avec le temps pour se transformer en sable blond. C’est ainsi que se sont formés les dunes et les sillons (dont on voit un bel exemple à la Dune du Sud). C’est surtout dans les dunes que le paysage madelinot démontre toute son originalité. Ces dernières sont habitées d’une flore maritime très différente de celle du continent et qui ne se retrouve nulle part ailleurs au Québec à une aussi grande échelle.

Il ne faut pas marcher près du bord des falaises car l’érosion n’est pas toujours visible et peut être très dangereuse. Tenez-vous à au moins 3 mètres (10 pieds) du bord, surtout lorsque vous voyez ce panonceau.

Utilisez les passerelles de bois pour accéder à nos plages

protégeant ainsi notre environnement fragile !

20

tourismeilesdelamadeleine.com

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

Portrait de la région – Particularités régionales

Les lagunes Lorsque les dunes se doublent, deviennent parallèles et isolent des plans d’eau, elles forment des lagunes. Elles communiquent généralement avec la mer par des goulets, sorte de chenaux de faible profondeur. Ces bassins naturels ont d’ importantes fonctions biolo- giques. Les lagunes constituent des habitats privilégiés pour la croissance du homard et la reproduction de nombreuses autres espèces maritimes telles le hareng et l’éperlan. De plus, le littoral des lagunes accueille d’ importantes populations d’oiseaux. Les véliplanchistes y trouveront des sites sécuritaires et une eau plus chaude. Les plages Le sable des plages provient en grande partie de l’érosion des falaises de grès rouge. Entraîné dans l’eau salée, le quartz est lavé de sa pellicule d’oxyde de fer. Le sable ainsi mobile est redistribué autour des Îles par les courants littoraux pour être ensuite déposé en cordons orientés selon les courants et les vents. Il est de couleur blanche à l’état sec. Le sable peut s’accumuler sur les plages et participer à la formation des buttereaux. Les matériaux de la plage sont constamment en mouvement et la largeur d’une plage sera en rapport direct avec le volume des matériaux disponibles, ainsi qu’avec l’énergie des vagues et des courants susceptibles de les déplacer. La présence des vagues est la manifestation du passage de courants marins qui circulent le long du littoral.

La flore La flore la plus caractéristique de l’archipel se rencontre dans les milieux dunaires puisque ceux-ci couvrent 30% de la superficie totale des Îles de la Madeleine. La dune est recouverte d’ammophile à ligule courte, plante essentielle à l’équilibre écologique de l’archipel. On retrouve également des plantes comme la sabline faux-péplus, la gesse maritime, le caquillier édentulé, la smilacine étoilée, la camarine noire et la magnifique hudsonie tomenteuse, plante rare du Québec que l’on retrouve aux Îles de la Madeleine. Dans les marais et les prés salés, on retrouve beaucoup d’espèces de graminées comme les carex, les scirpes et les spartines. D’autres espèces comme les Joncs de la baltique, la glauce maritime, la salicorne d’Europe et la limonie de Nash sont également présentes dans ce milieu. Les tourbières sont le lieu de prédilection de la sphaigne et de deux plantes insectivores : la sarracénie pourpre et la rossolis à feuilles rondes de même que le calopogon tubéreux et la linaigrette à large gaine. Le très bel iris versicolore pousse parfois en colonies denses dans les marais d’eau douce tout comme le trèfle d’eau, le rubanier à gros fruits, la potentille des marais et le kalmia à feuilles étroites.

1

Il faut être très prudent lors des journées de grands vents. Certaines plages des Îles sont sujettes à de forts courants qui peuvent être sournois et vous entraîner au large. Celles-ci sont identifiées dans la liste des plages, p. 60-62.

tourismeilesdelamadeleine.com

21

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

Particularités régionales – Portrait de la région

La forêt, quoique peu développée, offre une variété de plantes dignes d’ intérêt, ne serait-ce que les petits fruits qu’on y trouve en cours de randonnée. Il faut savoir où et quand les cueillir, mais surtout attention de ne pas aller sur une propriété privée sans permission : • Fraises des champs : à partir de la deuxième semaine de juillet dans les champs et au bord des boisés. • Framboises : fin juillet début août dans les boisés et au bord des routes. • Bleuets : août dans les dunes et dans les boisés. • Canneberges : fin septembre dans les dunes, au bord des étangs et dans les prés humides. Les champs et prairies de même que le bord de la route offrent une très grande variété de fleurs en été et ce, pour le plus grand plaisir des yeux : marguerite blanche, bouton d’or, trèfle rouge, trèfle blanc, trèfle alsike, trèfle pied-de-lièvre, vesce jargeau, mélilot jaune, verge d’or, immortelle blanche, épilobe à feuilles étroites et orge agréable sont quelques-unes des plantes qui vous attendent. Les plus beaux milieux naturels : • La Réserve nationale de faune de la Pointe-de-l’Est (Île de Grosse Île) pour ses marais, ses étangs et sa plage (voir p. 48-51 et 111). • La baie du Havre aux Basques (Île du Havre Aubert) pour ses prés et marais salés : prendre le chemin de la Dune-de-l’Ouest ou le chemin de la Pointe-des-Canots (voir p. 30-33). • La Montagne (Île du Havre Aubert) pour sa forêt de conifères et sa flore forestière (voir p. 30-33). • La Dune du Sud (Île du Havre aux Maisons) pour sa tourbière à sphaigne, dans les Sillons et la longue dune jusqu’à Grande- Entrée (voir p. 44-46).

La faune Compte tenu de sa modeste superficie, l’archipel accueille une grande variété d’oiseaux et diverses espèces de mammifères. Par leur situation au cœur du golfe du Saint-Laurent, les Îles de la Madeleine offrent un site de choix pour la faune ailée. Parmi les mammifères marins, les phoques méritent le plus d’attention tant par leur nombre que par l’ intérêt qu’on leur porte. On retrouve quatre espèces différentes aux Îles (gris, commun, à capuchon et du Grœnland). Autrefois, les morses abondaient autour des Îles, mais ils ont disparu depuis 1799. Il est également possible d’observer des cétacés au large des côtes, ce qui est quand même plutôt rare. Le phoque gris et le phoque commun Le phoque gris est une espèce qui fréquente les eaux tempérées à proximité des îlots rocheux ou des bancs de sable. Il est facilement reconnaissable par sa grosseur (les adultes pèsent en moyenne 275 kg), par ses narines bien séparées ayant l’apparence de la lettre « W », sa couleur foncée, sa tête noire et surtout par son museau allongé. Le phoque commun quant à lui est beaucoup plus petit. L’adulte pèse en moyenne 90 kg et est plus pâle que le phoque gris. Son nez est également plus court et ses narines rapprochées se joignent presque en un « V ». On peut observer les phoques gris et communs dans leur milieu naturel à la pointe est de l’Île Brion, au bout de la plage de la Grande Échouerie à Grosse-Île, au Corps-Mort et au bout de la plage de la Dune du Sud, juste en face du port de Grande-Entrée. Des excursionnistes offrent des randonnées pour aller faire de l’observation dans la lagune du Havre aux Maisons. Une expérience unique, conditionnelle à de bonnes conditions météo (voir section Vivre le Saint-Laurent, Excursions en mer (bateau/ Zodiac), p. 55, Observation des mammifères marins, p. 60).

22

tourismeilesdelamadeleine.com

© Tourisme Îles de la Madeleine

Portrait de la région – Particularités régionales

Industrie de la pêche La pêche est l’activité principale qui génère le plus de revenus dans l’archipel et conditionne depuis toujours la vie des insulaires. Pour le visiteur, la pêche est un sujet de curiosité, un motif d’excursion, une occasion d’aller se balader sur les quais et d’entrer en contact avec les pêcheurs. Pour les amateurs de produits de la mer, les restaurants, les poissonneries et les marchés d’alimentation offrent une variété de poissons et de fruits de mer frais (voir section Saveurs locales, p. 120 et Restauration, p. 158). Les crustacés Le homard Chaque année, au début du mois de mai, les pêcheurs vont installer leurs cages au large. Cette pêche qui s’étend sur neuf semaines est réglementée et contrôlée. Au cours des dernières décennies, des mesures de conservation efficaces ont été mises en place en colla- boration avec les homardiers. Un total de 325 permis de pêche est délivré pour le territoire des Îles de la Madeleine. Chaque bateau peut tendre un nombre identique de cages. Les homards de taille inférieure à la taille réglementaire et les femelles œuvées doivent être remis à la mer. Les prises totales atteignent plus de 3 millions de kilogrammes par année. Les pêcheurs de homard se rendent sur les fonds de pêche tôt le matin et lèvent leurs cages à partir de 5 heures. Ils recueillent leurs prises et les cages sont remises à l’eau après avoir pris soin d’y remettre de l’appât. Ils rapportent leurs prises à leur port d’attache dans l’après-midi et doivent ensuite faire les préparatifs nécessaires à la pêche du lendemain. Des activités d’ interprétation sont disponibles (voir p. 54, 84, 90) et il est possible d’assister aux festivités entourant la mise à l’eau des cages à l’ouverture de la pêche au début mai (voir le calendrier des Événements, p. 64). Le crabe des neiges Ce crustacé des profondeurs est pêché commer- cialement aux Îles depuis plusieurs décennies. Les pêcheurs se rendent loin des côtes pour y tendre de grands casiers. Le crabe des neiges vit à des profondeurs de 45 à 275 mètres. Il est pêché en avril ou mai, aussitôt que la glace quitte le golfe. La pêche ne dure que le temps nécessaire aux pêcheurs pour atteindre leurs quotas.

Le phoque du Grœnland Chaque année au début mars, sur les glaces du golfe, des centaines de milliers de phoques du Grœnland viennent donner naissance à leurs petits, que l’on appelle « blanchons », sur la banquise ceinturant les Îles de la Madeleine. Les blanchons ont un poil long et blanc. Environ deux semaines après leur naissance, les nouveau-nés sont sevrés et abandonnés par leur mère sur la glace. Des excursions en hélicoptère vers la banquise sont offertes à partir des Îles de la Madeleine pour l’observation des blanchons (p. 118). Consultez aussi le répertoire du Centre d’ interprétation du phoque (p. 92). Les oiseaux C’est un peu plus de 300 espèces d’oiseaux qui ont été répertoriées aux Îles. Ces oiseaux possèdent différents statuts : nicheurs, migrateurs, résidents, espèces hiver- nantes et visiteurs. Parmi les nicheurs, plusieurs sont des oiseaux vivant en colonie : les fous de Bassan, les mouettes tridactyles, les grands hérons, les cormorans à aigrettes, les guillemots à miroir, les macareux moines, les petits pingouins, etc. Le pluvier siffleur, une espèce en voie de disparition mondialement, niche seulement sur les plages des Îles au Québec. Entre le 1 er mai et le 15 août, il est recom- mandé d’éviter les aires de reproduction identifiées par des panneaux de signalisation. Deux autres espèces d’oiseaux fréquentant les Îles, la sterne de Dougall et le grèbe esclavon, sont également sur la liste des espèces en péril. Parmi les migrateurs on retrouve les oiseaux de rivages : les bécasseaux, les pluviers, les chevaliers, les tourne- pierres, les courlis corlieux et les barges hudsoniennes. Quant aux résidents, ils sont peu nombreux, environ 25 espèces, de la corneille d’Amérique, très répandue, au rare harfang des neiges. Notons enfin que le nombre d’ individus et d’espèces atteint son maximum à la fin de l’été et au début de l’automne quand les oiseaux migrateurs font leur halte dans l’archipel. Pour information sur les forfaits offerts et les meilleurs sites d’observation, consultez la section Ornithologie en pages 109-110 ou visitez le tourismeilesdelamadeleine.com/ornithologie.

1

tourismeilesdelamadeleine.com

23

Particularités régionales – Portrait de la région

Les mollusques Le pétoncle

Cette pêche en mer s’effectue à l’aide d’une drague durant 14 jours étalés d’avril à juillet. Les pétoncles sont décortiqués en mer. Le muscle ou la noix est la partie la plus connue et consommée du pétoncle. Outre la pêche, le pétoncle fait également l’objet d’un élevage local (pectiniculture) qui permet la mise en marché à l’année. La cueillette des coques (myes) Bien que la cueillette soit autorisée à peu près partout sur les rivages des Îles de la Madeleine, elle est interdite en tout temps à moins de 125 mètres d’un quai et certaines zones sont fermées pour des raisons de contamination. Sachez qu’une réglementation en vigueur depuis 2004 permet la cueillette récréative de 300 coques d’une taille minimale de 51 mm (2 pouces) par jour et par individu. La moule bleue Depuis 1984, on élève la moule bleue aux Îles de la Madeleine. La moule d’élevage présente des avantages évidents par rapport à la moule sauvage : élevée en suspension, elle est exempte de sable et a un rendement en chair de deux à trois fois supérieur à celui de la moule sauvage. Les poissons Le hareng Espèce pélagique, il fut un temps où il était presque exclusivement utilisé comme bouette ou appât dans les casiers à homard. Le hareng a longtemps fait la fierté des Madelinots qui en exportaient de très grandes quantités, salé ou fumé. Dans les années 1970, les stocks ont chuté drastiquement, ce qui a fait en sorte que presque tous les fumoirs de l’archipel ont été détruits. Un exemple de ces exceptionnelles constructions d’un autre âge existe encore près du port de Pointe-Basse, à Havre-aux-Maisons. Ce fumoir a été rénové pour faire revivre cette activité si importante il y a 50 ans à peine. On y trouve l’ÉCONOMUSÉE® de la boucanerie (p. 91, 127).

Le maquereau Le maquereau est aussi une espèce pélagique et il se présente en abondance près des côtes des Îles vers la fin de l’été. Il est possible de pratiquer la pêche sportive directement sur le bout des quais. Les poissons de fond (le sébaste, la morue, la plie et autres espèces) Les poissons de fond, considérés jusqu’au début des années 90 comme la ressource principale de l’ industrie de la pêche dans l’archipel, ont été victimes de surpêche. La pêche au sébaste et à la morue est sous moratoire, jusqu’à ce que les stocks atteignent des niveaux qui permettent à nouveau une pêche commerciale. D’autres espèces de poissons de fond comme le flétan atlantique, la plie canadienne, la limande à queue jaune, la plie rouge, font l’objet d’une pêche commer- La pêche récréative est réglementée. Pour connaître les dates d’ouverture et les conditions, vous devez communiquer avec le bureau local de Pêches et Océans Canada au 418 986-2095. Diverses activités d’ interprétation sur la pêche sont proposées sous forme de sorties en mer. Si, dans le pire des cas, ça ne mord pas, la balade à elle seule vous permettra de découvrir les Îles depuis la mer. Vous trouverez les entreprises certifiées qui proposent ce type d’excursions à la section Vivre le Saint-Laurent, Excursions en mer, p. 54. ciale autour de l’archipel. La pêche récréative

Soyez de bons citoyens même en vacances en triant vos déchets. Le système est simple.

Consultez le guide de tri à la page 7.

24

tourismeilesdelamadeleine.com

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

Portrait de la région – Particularités régionales

Les phares Les phares témoignent d’un pan de l’histoire de la navigation dans le golfe du Saint-Laurent et du mode de vie qui s’y rattache. Ils présentent un intérêt patrimonial en raison de leur valeur emblématique et des paysages qu’ ils mettent en valeur. Pendant longtemps, ils ont littéralement constitué un cordon de sécurité pour les nombreux navires qui ont sillonné les côtes de l’archipel ainsi que pour les Madelinots qui vivaient de l’activité maritime. Le territoire des Îles de la Madeleine compte six phares. Quatre sont facilement accessibles, soit celui de l’Île d’Entrée, de l’Anse à la Cabane (Bassin, Île du Havre Aubert, p. 31), du Borgot (L’Étang-du-Nord, Île du Cap aux Meules, p. 39) et du Cap Alright (Île du Havre aux Maisons, p. 44). Les deux autres sont ceux du Rocher aux Oiseaux et de l’Île Brion (p. 111). Leur conception ainsi que la diversité des matériaux utilisés témoignent de l’évolution des phares dans cette contrée insulaire. Malgré la présence de ces phares, les Îles n’en demeurent pas moins le deuxième plus grand cimetière de bateaux en Amérique du Nord. Le Musée de la Mer et d’autres centres culturels et patrimoniaux exposent au public leurs collections d’objets de naufrages, de photographies ou d’archives qui illustrent l’histoire des Îles, de la navigation et des Madelinots de toutes origines. Voir la section Lieux publics et sites historiques, p. 89, et Musées, p. 90.

L’architecture traditionnelle Les maisons des Îles sont devenues une véritable identité touristique par leurs couleurs vives et originales, mais avant tout pour leur implantation en respect du relief et des milieux naturels. De ce fait, elles font partie naturellement du paysage. Dans l’architecture domestique, maisons, granges, baraques, l’habitation est plutôt sobre dans sa forme mais égayée par des coloris vifs et variés. Elle est d’ inspiration acadienne et française par l’origine de ses occupants et a aussi subi l’ influence de la Nouvelle- Angleterre. La maison traditionnelle se caractérise par certains détails : le tambour, les corbeaux, la galerie et le revêtement de bardeaux de cèdre. Les plus beaux exemples de maisons traditionnelles sont disséminés à travers les Îles. L’ensemble du Site historique de La Grave constitue à coup sûr un site privilégié de conservation et de mise en valeur de l’architecture traditionnelle. C’est une belle illustration d’aménagement et d’occupation du territoire. Sa reconnaissance à titre d’arrondissement historique est une initiative qui a encouragé d’autres interventions comme celle de l’Anse de L’Étang- du-Nord, une reconstitution largement inspirée de l’architecture traditionnelle des Îles.

1

tourismeilesdelamadeleine.com

25

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

Incontournables – Portrait de la région

Nos i n

o

c

n

t

10

o

u

r

s

n

e

a

n

i

a

t

l

s

t

i

b

e

o

d

n

c o

u

r

L'Île d'Entrée 7 km 2 de charme

p

u

d

œ

e

c

Son paysage dénudé et ses douces collines vertes vous séduiront. Il s’agit de la seule île encore habitée qui n’est pas reliée au reste de l’archipel. Les Madelinots qui l’habitent vivent dans l’ isolement, au rythme de la mer. Lors de votre passage, montez le Big Hill pour admirer un panorama à couper le souffle. Découvrir l’Île d’Entrée, c’est comme découvrir les Îles une deuxième fois ! En savoir + p. 34

Le site historique de La Grave Lieu authentique ayant su conserver son cachet architectural, vous y trouverez une grande concentration d’artistes et artisans, de restaurants et de boutiques. Vous pourrez également en apprendre plus sur l’histoire des Îles en effectuant le circuit audioguidé de La Grave. En savoir + p. 89

© Tourisme Îles de la Madeleine, Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis

26

tourismeilesdelamadeleine.com

Portrait de la région – Incontournables

1

Manger local Qu' il s'agisse d'un casse-croute, d'un bistro ou d'un grand restaurant, vous gouterez les saveurs des Îles de la Madeleine à coup sûr! N'hésitez pas à essayer les traditionnels beignets (banax), le pot-en-pot, le loup-marin ou encore nos fruits de mer ! Homard, crabe, pétoncle, hareng fumé et plus encore ! En bonus : Sélectionnez nos spécialités dans la barre de recherche Caractéristiques de la page Où manger de notre site Web pour découvrir les restaurants qui offrent ces délicieux produits ! En savoir + p. 158‑165

Partez en excursion Découvrir les Îles par la mer, voilà une façon agréable de profiter de l'archipel ! Pourquoi ne pas explorer les grottes et les falaises du littoral ou encore faire de l'observation des oiseaux. Profitez de votre séjour pour en apprendre plus sur le métier de pêcheur : un sujet de curiosité, un motif d'excursion. En bonus : Découvrez les entreprises offrant des excursions de pêche en mer ou encore en bateau/ Zodiac dans la section Vivre le Saint-Laurent de ce guide. En savoir + p. 54

Circuit des saveurs

Les produits de l'archipel jouissent d'une grande réputation, et ça n'a rien de surprenant. Les rayons chauds du soleil et la brise saline qui caractérisent les Îles sont favorables à la culture et à l'élevage de produits d'exception. Les Madelinots sont fiers de leur terroir et trouvent un réel bonheur à faire découvrir les trésors de l'archipel aux visiteurs. Alors, pourquoi ne pas faire directement connaissance

avec les producteurs locaux ? En savoir + p. 120‑137

© Tourisme Îles de la Madeleine/M.Lachapelle, Tourisme Îles de la Madeleine/M.Dupuis, Tourisme Îles de la Madeleine/L'île imagin'air

tourismeilesdelamadeleine.com

27

Made with FlippingBook Learn more on our blog