CACEIS NEWS 41 FR

THE ASSET SERVICING JOURNAL

MARS 2015 N ° 41 - In 2015, CACEIS is celebrating 10 years of servicing clients worldwide

www.caceis.com

Editorial

JOSEPH SALIBA, Directeur général délégué, CACEIS

Mon principal objectif pour 2015 est que CACEIS facilite l'adaptation de nos clients aux évolutions de la réglementation, avec des produits novateurs, qui les aident à gagner des parts de marché et à étendre leur couverture géographique. CACEIS développe des solutions permettant de maîtriser les conséquences des directives MiFID II et Solvabilité 2. Ainsi, à l'attention des assureurs et des sociétés de gestion, nous avons développé des services dans le cadre de l'entrée en vigueur de Solvabilité 2, le 1 er  janvier 2016. De même, afin de répondre aux exigences de la directive MiFID II et du règlement MiFIR, CACEIS déploie son concept de plate- forme unique, de l’exécution à la conservation « E to C », qui intègre les négociations sur actions et dérivés dans ses systèmes de conservation, d’administration de fonds et de banque dépositaire. investissement, immobiliers et de titrisation (Private Equity, Real Estate and Securitisation – PERES) avec des prestations de middle-office et de prêts relais, complémentaires de nos services de conservation, d’administration de fonds et de banque dépositaire. Nous enrichissons également nos services pour les fonds de capital- Après l'Italie en 2014, cette année verra également notre présence européenne renforcée, avec la mise en place d'une offre de banque dépositaire en Suisse et au Royaume-Uni. Enfin, je pilote une initiative visant à donner une nouvelle impulsion à notre communication avec nos clients pour encore mieux répondre à leurs demandes et anticiper leurs besoins. Je porte un grand intérêt aux échanges que nous pourrons avoir sur ces sujets

Solvabilité 2, prêt pour le sprint final ?

© Sashkin - Fotolia.com

Page 2

CACEIS propose aux sociétés de gestion, aux compagnies et mutuelles d’assurance des solutions sur mesure pour produire des reportings conformes à la directive Solvabilité 2.

Solvabilité 2 : services de

transparisation, de reporting et de calcul de SCR

L es mesures d’exécution de Solvabilité 2, communé- ment appelées "de niveau 2", publiées le 17 janvier 2015 au Jour- nal Officiel de l’Union européenne constituent une étape essentielle vers la mise en œuvre de la directive, à la- quelle les assureurs européens seront soumis au 1 er  janvier 2016. Si le cadre réglementaire est main- tenant clair, quelques sujets font encore débat comme le calibrage du capital réglementaire en modèle standard de certaines titrisations (CLOs). Ces sujets seront évoqués lors de la préparation des textes de niveau 3. Ils prendront la forme de normes techniques d’exécution (Implementing Technical Standards - ITS) et d’orientations (Guidelines) arrêtées par l’EIOPA. Ces textes seront publiés en deux lots : le lot 1, concernant le pilier 1 et les modèles internes, qui entrera en vigueur au 1 er  avril 2015, le lot 2 concernant les piliers 2 & 3 sera communiqué par l’EIOPA à la Commission au plus

tard le 30 juin 2015 pour application à partir du 1 er  janvier 2016.

ments. Elles attendent des données enrichies, l’analyse en transpa- rence des OPC et des éléments de calcul du SCR (Solvency Capital requirement) pour leur permettre de répondre aux exigences de la régle- mentation. LA TRANSPARISATION L’approche par transparence impose de détailler chaque investissement dans les lignes des fonds détenus, en montants et caractéristiques. Dans le cas des fonds de fonds, il est néces- saire de retrouver les positions de chaque fonds. Tous les fonds sont concernés y compris les fonds moné- taires et ceux dédiés à l’immobilier. Lorsque l’approche par transparence n’est pas possible, l’assureur peut utiliser de façon prudente l’alloca- tion cible de l’OPC ou encore une approche par regroupement de don- nées limitée à des actifs représentant moins de 20 % du total des actifs de l’assureur. suite page 2

Les obligations en matière de repor- ting et d’informations au public (Pilier 3) seront pour l’essentiel précisées par les normes techniques d’exécution de l’EIOPA. Elles ne nécessiteront pas de transposition en droit local et seront directement applicables. A noter qu’elles peuvent être complétées localement pour des besoins non couverts par Solvabi- lité 2 et correspondant à des spécifi- cités du marché national. Cette réglementation, dont le prin- cipal objectif est de mieux préve- nir les risques de défaillance des assureurs, les conduit à ajuster leurs allocations d’actifs pour concilier les objectifs de performance avec le coût en capital et l’obligation de transparisation des fonds détenus. Dans ce contexte, les compagnies et mutuelles d’assurance exigent d'obtenir des reportings de qualité et transparents sur leurs investisse-

Page 3

Nouvelles frontières dans l’évaluation des risques et le reporting de performance.

Page 4

Interview de Hubert Montcoudiol,

Head of Regional Coverage France, CACEIS.

Page 4

Un financement relais pour les fonds de capital investissement.

Page 5

Interview de Gonzague Del Sarte, Twenty First Capital.

12 mars 2015

Des représentants de CACEIS vous accueillent au stand 29

Certification renouvelée pour CACEIS en France.

MiFID II les mesures d’application en débat.

Page 6

Page 7

Page 7

Made with