Pétrosphère 2/14

Pétrosphère N o 2 / Juin 2014

C’est une affaire de qualité de vie et de liberté, dont dépendent souvent les contacts sociaux et les échanges culturels. Mais chaque médaille a son revers. La mobilité pose deux questions controversées: l’environnement et les infrastructures d’une part, leur financement d’autre part.

Motifs de déplacement par rapport à la distance journalière en 2010

5,7%

Travail Formation Achats Activité commerciale, voyages d’affaires Loisirs Services et accompagnement Autres

4,8%

24,3%

5,4%

Personnel

12,8%

40,2%

Les idées ne manquent pas sur le papier pour faciliter le fameux «tournant énergétique», mais leur viabilité reste à prouver. Vu les nouvelles de ces dernières semaines, il est difficile d’être optimiste quant aux réalisations, au niveau technique et du point de vue des investisseurs. L’électricité géothermique? On l’attend toujours, malgré les millions engloutis à Bâle, Zurich et Saint-Gall. La Suisse, château d’eau et accumulateur d’énergie de la moitié de l’Europe? Les projets de centrales d’accumu- lation par pompage sont actuellement suspendus (Grimsel 3, Lago Bianco) car leur exploitation n’est pas rentable à cause de l’électricité verte subventionnée d’Allemagne. L’énergie éolienne de la mer du Nord? Pas d’abonné au numéro demandé. Les premiers parcs éoliens (Windreich) s’attirent avec leur insolvabilité les foudres des petits investisseurs. Développer une industrie locale moderne basée sur les technologies solaires? Négatif, voyez les Chinois. Meyer Burger en tremble. Le courant solaire d’Espagne? Depuis que le pays a réduit les subventions, la centrale thermo-solaire de Puerto Errado, dans laquelle plusieurs entreprises électriques suisses ont d’ailleurs investi, ne rapportent plus d’argent. Alors, le courant solaire du Maghreb? L’ancien projet pilote Desertec a déjà été abandonné par les grands investisseurs et partenaires technologiques. Face à toutes ces mauvaises nouvelles, les défenseurs de la Stratégie énergétique 2050 feraient bien de revoir leur position. Il n’en est pourtant rien: les associations de défense de l’environnement et les partis de gauche mettent justement en garde contre l’échec des énergies fossiles, reconnues et éprouvées en temps de crise, et agitent la menace d’une «bulle carbone». Le PS et les Verts œuvrent, avec pas moins de trois interventions parlementaires, à interdire aux investisseurs l’acquisition de titres de groupes exploitant du pétrole, du gaz naturel ou du charbon ou détenant des stocks de matières premières. Espérons que cette stratégie de l’écran de fumée pratiquée par les partisans du «tournant énergé- tique» sera reconnue comme telle et n’abusera personne.

6,8%

Sources: Office fédéral de la statistique (OFS), Office fédéral du développement territorial (ARE)

Environnement: constants progrès Environnement, énergie, climat: la mobilité n’est pas un sujet anecdotique. En Suisse, elle consomme près de 30% de notre énergie. Et 93% de cette part concernent l’essence et le diesel. Environ 45% de nos émissions de CO 2 proviennent des carbu- rants. Mais la consommation des voitures nouvellement imma- triculées a baissé de 30% depuis 1996. Les émissions de CO 2 vont être réduites en Europe. On tolérera encore 130 g/km (moyenne de toutes les voitures neuves) en 2015 et 95 g/km seulement à l’horizon 2020. Cela correspond à une consomma- tion de 4,0 litres d’essence ou 3,5 litres de diesel aux 100 km. Aujourd’hui, 99% des Suisses conduisent des voitures à mo- teur essence ou diesel. La part des motorisations alternatives n’excède donc pas 1%. Ce sont surtout les voitures hybrides qui progresseront à l’avenir. Les véhicules 100% électriques ont encore une autonomie trop faible (batterie), le réseau de points de recharge est insuffisant et les nouvelles technologies, comme la pile à combustible, ne sont pas encore parvenues à maturité. En d’autres termes, les moteurs thermiques joueront un rôle essentiel pendant longtemps encore. Consommation de carburant des voitures nouvellement immatriculées en Suisse 10

9 8 7 6 5 4 3 2 1 0

= – 30 %

2006 2008

2010 2012

1996 1998 2000 2002 Consommation de carburant (litre/100 km) 2004

Essence Diesel Moyenne

Source: auto-suisse

Infrastructures: le rail favorisé Les technologies de pointe sont plus utiles à l’environnement que le blocage du trafic routier. D’autant plus en l’absence d’al- ternatives dignes de ce nom. Car les trains sont bondés et les routes saturées, en particulier dans les villes et agglomérations, pendant les heures de pointe. En 2013, on a compté deux fois plus d’heures perdues dans les bouchons que cinq ans auparavant.

Roland Bilang, directeur de l’Union Pétrolière

2

Made with